Les Treize Desserts : Une Tradition De Noël En Provence

Les treize desserts : une tradition de Noël en Provence

Le réveillon de Noël tel qu’on le célèbre en Provence et dans le Comté de Nice s’achève, selon la tradition, par treize desserts. Bien que ces desserts diffèrent d’une région à l’autre, ils comprennent généralement les fruits secs ou mendiants, les nougats de Provence et les fruits de saison.

Présentation

Les treize desserts servis le soir du 24 décembre pour "lou gros soupà" (le Gros Souper, c’est-à-dire le réveillon) sont une tradition particulièrement vivace en Provence et dans le Comté de Nice.

Bien qu’ils soient généralement associés au Noël provençal (Nadau en provençal et Calèna en niçois), on retrouve ces desserts dans toute l’Occitanie et jusqu’en Catalogne.

Cette tradition méridionale est relativement récente car elle est apparue à Marseille à la fin du XIXème siècle, mais elle reprend des coutumes plus anciennes datant du XVIIème siècle.
A cette époque, le nombre de desserts servis pour le réveillon de Noël variait selon les régions.

La tradition des Treize desserts de Provence a été codifiée au XIXème siècle par le Félibrige, une association de poètes provençaux fondée par Frédéric Mistral.

Symbolique des treize desserts

Les treize desserts servis le 24 décembre ont tout d’abord une signification symbolique chrétienne.
Le chiffre treize fait ainsi référence à Jésus et ses douze apôtres, tandis que les fruits secs ou mendiants traditionnellement servis représentent les ordres monastiques.

Les fruits qui figurent parmi les 13 desserts peuvent aussi être interprétés comme des symboles de renaissance faisant référence à une tradition païenne très antérieure à Noël.
En effet, la date du 24 décembre était pour les païens la fête du solstice d’hiver.

Autres traditions provençales

Mais les treize desserts ne sont qu’une des traditions associées au Gros Souper provençal qui réunit l'ensemble de la famille au retour de la messe de minuit.

Ainsi, la table de réveillon doit être recouverte de trois nappes de taille décroissante qui symbolisent la sainte Trinité et servent pour trois repas : le réveillon, le repas du jour de Noël et le soir du 25 décembre.

La tradition veut que l’on décore la table avec le Blé de la sainte barbe et une branche de Houx porte-bonheur et que l’on mette un couvert de plus que le nombre de convives : le couvert du pauvre.

Quels sont les treize desserts ?

La composition des treize desserts varie selon les régions, les villes et même les familles.
Les incontournables du Noël provençal sont :
- la pompe à huile (ou pòmpa a l’òli) : une brioche sucrée à l’huile d’olive qu’il faut rompre à la main car la couper porte malheur
- les mendiants qui représentent les différents ordres catholiques ayant fait vœux de pauvreté : noix et noisettes pour les Augustins, figues sèches pour les Franciscains, amandes pour les Carmes et raisins secs pour les Dominicains
Le "nougat de Capucin" est une friandise que l’on réalise en glissant un cerneau de noix dans une figue sèche.
- le Nougat noir et le Nougat blanc
- les dattes
- les mandarines et les oranges
- les fruits confits : oranges, clémentines, melon (ou pâtes de fruits)
- les fruits frais : pommes, poires et raisins.

On y ajoute parfois d’autres desserts non officiels comme les truffes en Chocolat ou les calissons d’Aix.
Dans le Comté de Nice, les desserts traditionnels comprennent la pâte de coing, la fougasse à la fleur d’oranger, la tourte de blette et parfois les bugnes.

Une tradition, qui ravira les gourmands, veut que l’on mange un peu de chaque dessert pour s'assurer bonne fortune pendant toute l’année.

Avis

  • Obligatoire les 13 desserts en Provence.

    19 décembre 2012

  • ouf! trop d'explications, j'aime ça!!!

    16 décembre 2012

  • ce site est très bien! beaucoup d'explications! bravo!!!

    29 novembre 2010

Devenez membre pour donner votre avis !

Donner votre avis