Confinement : 5 Conseils Pour Faire Face à La Dépression

Confinement : 5 conseils pour faire face à la dépressionImage ©Ben Collins

Avec le retour du confinement en France, les médecins ont également vu revenir chez leurs patients des symptômes d’anxiété, de stress, voire de dépression. Alerté sur ce sujet, le directeur de la santé a reconnu, lors d’un discours le 17 novembre dernier, l'augmentation des états dépressifs des Français. Si vous vous demandez comment réagir à la détresse psychologique d’un de vos proches, voici 5 conseils pour faire face à la dépression en cette période de confinement.

1- Reconnaître le problème

Que vous soyez la personne déprimée ou qu’il s’agisse d’un de vos proches, la première étape pour faire face à la dépression en cette période de confinement est de reconnaître le problème.

Si vous avez honte de vous sentir dans un tel état de détresse / anxiété / déprime alors que ça ne vous était jamais arrivé auparavant, sachez que vous n’êtes pas le ou la seul(e).

Le 17 novembre, le directeur général de la santé Jérôme Salomon a déclaré que le nombre de personnes touchées par un état dépressif avait doublé entre la fin du mois de septembre et le début du mois de novembre 2020.

Enfermés, limités dans leurs activités et masqués, les Français ont le moral en berne depuis déjà plusieurs semaines.

D'après une enquête de Santé Publique France, le nombre de personnes touchées par un état dépressif est passé de 11% à 21% depuis le début de l'automne. Un Français sur cinq serait donc concerné.

Et l’on comprend aisément pourquoi : "Cette épidémie est stressante, anxiogène et peut générer une souffrance psychologique pour nombre d'entre nous", a reconnu Jérôme Salomon.

Ainsi, même si les mesures de confinement sont nécessaires en cette période d’épidémie, le gouvernement commence à reconnaître qu’elles sont difficiles à vivre et qu’elles ont un impact non négligeable sur le bien-être mental de la population.

Selon les études menées par le Pr Nicolas Franck, psychiatre et auteur du livre Covid-19 et détresse psychologique (aux éditions Broché), ce nouveau confinement affecte tout particulièrement 4 catégories de Français :
=> ceux qui habitent dans des petites surfaces
=> ceux qui ne travaillent pas
=> les jeunes et surtout les étudiants
=> les personnes en situation de handicap.

2- Oser en parler

Le deuxième de nos 5 conseils pour faire face à la dépression pendant le confinement a l’air tout simple, mais est sans doute le plus compliqué de tous : oser en parler à ses proches et/ou à son médecin pour se faire aider.

Si vous constatez dans votre entourage qu’une personne ne va pas bien, n’a pas le moral et se renferme sur elle-même vous devez absolument l’encourager à parler.

Ne le faites pas de manière frontale ou brutale (du type : "Ça ne va pas fort, toi, en ce moment !") mais essayez d’amener la personne à discuter en parlant de votre propre ressenti (par exemple : "Moi, en ce moment, je n’ai plus envie de sortir. Ce confinement, ça finit par me saper le moral.").

Adaptez bien sûr ce conseil avec vos propres mots et en fonction de la situation, mais surtout, ne laissez pas vos proches s’enfermer dans le silence et dans un isolement mental bien pire que l’isolement physique.

A noter : cette altération du bien-être mental liée au confinement peut toucher tout le monde. La dernière étude Covipred de Santé Publique France publiée le 12 novembre souligne toutefois que ces états dépressifs atteignent 35% chez les personnes rencontrant une situation financière difficile et 30% chez celles ayant eu des antécédents de dépression. Alors, soyez particulièrement attentif si l’un de vos proches est concerné.

3- Instaurer de nouvelles habitudes au quotidien

L’une des grandes leçons que nous pouvons tirer de l’épidémie de Covid-19 est que l'être humain n'est pas fait pour vivre isolé.

Tant que les mesures sanitaires seront nécessaires, nous risquons tous d’avoir le moral en berne. Mais il faut à tout prix veiller à ne pas tomber dans la résignation et ne pas aggraver la situation par certaines mauvaises habitudes comme :

=> laisser la télé allumée toute la journée sur les chaînes d’info en continu
=> fumer ou boire de l’alcool pour compenser l’ennui ou l’anxiété
=> ruminer des pensées négatives comme "Ce n’est pas demain la veille qu’on aura un vaccin et qu’on pourra vivre à nouveau normalement…".

Sans nier les difficultés bien réelles auxquelles beaucoup de Français sont confrontés (sur le plan professionnel, financier ou personnel), sachez que le confinement sera plus facile à supporter si vous suivez les conseils suivants :

1- Structurez vos journées : même si vous ne télétravaillez pas, établissez une sorte d’emploi du temps afin de bien séparer les temps de veille et de sommeil et de fixer les heures des repas. Évitez les siestes et le grignotage à n’importe quelle heure.
Si vous êtes en télétravail en ce moment, veillez à bien séparer vos activités professionnelles (pendant vos horaires de télétravail) de votre vie personnelle.

2- Gardez des contacts sociaux : passez des coups de fil à vos amis et à votre famille pour prendre des nouvelles, faites des visioconférences pour le travail mais aussi pour passer le bonjour à vos proches. Ce n’est pas très compliqué, mais ça fait beaucoup de bien !

3- Continuez de pratiquer une activité physique : certes, nous sommes limités dans nos déplacements pour l’instant, mais ce n’est pas une excuse pour se dispenser de course à pied ou balades dans son quartier ou toute autre activité qui vous ferait bouger (vélo, roller, marche nordique etc.). Les bienfaits du sport sur la santé sont prouvés et ils concernent aussi bien le corps que la tête.

4- Fixez-vous un objectif pendant le confinement: avoir un projet vous aidera à vivre cette période de manière plus positive. Alors, qu’aimeriez-vous faire ? Repeindre votre salon ? Planter des fleurs sur votre balcon ? Apprendre l'anglais ou la guitare ? Peu importe votre projet pourvu que vous en trouviez au moins un qui vous motive et vous occupe les mains et l’esprit !

4- Ne pas hésiter à consulter un spécialiste

La crise sanitaire et économique a fragilisé beaucoup de personnes, qui ne vont pas bien mais qui renoncent à consulter leur médecin à cause du confinement.

Pourtant, les professionnels de santé sont unanimes : quel que soit votre problème de santé, vous devez consulter et continuer à vous soigner, même en plein confinement.

Cela est vrai pour les patients souffrant de maladies chroniques et les personnes âgées, mais aussi pour chacun d’entre nous.

Les troubles psychiques ne sont pas moins graves que les maladies physiques et doivent être pris en charge le plus tôt possible.

Les psychiatres continuent d’ailleurs de travailler et de recevoir les patients en consultation ou en téléconsultation

Une cellule de soutien psychologique a même été mise en place au 0800 130 000 (numéro vert accessible 7j/7 et 24h/24).

5- Recourir aux médicaments en dernier recours

Signe de l’impact psychologique des mesures sanitaires, la prescription d'anxiolytiques avait grimpé en flèche lors du premier confinement.

La consommation des antidépresseurs (déjà élevée en France) avait également augmenté de 20% au printemps dernier.

Selon les psychiatres, ces médicaments provoquent une dépendance. C’est pourquoi ils ne devraient pas être la solution de premier recours. Mais, souvent, les généralistes les prescrivent faute de mieux.

Donc, en cas de mal-être et d’insomnies, plutôt que de demander à votre généraliste "un truc pour dormir", demandez-lui plutôt de vous orienter vers un psychiatre qui saura vous écouter, vous conseiller et vous donner un traitement adapté, uniquement en cas de besoin.

Plus d'information :

Tag : dépression, confinement, confinement et dépression, confinement et depression, confinement dépression, dépression confinement, impact psychologique du confinement, confinement et anxiété, confinement et insomnie , dépression, Santé, France, français, épidémie, anxiété, Télétravail, Psychiatre, Bien-être, médecin, états dépressifs, salomon, 17 novembre, motive, guitare, Anglais, flèche, dépendance, balcon, Sport, crise sanitaire, maladies chroniques, troubles psychiques, cellule, numéro vert, dernier recours, antidépresseurs, prescription, anxiolytiques, marche nordique, vélo, course à pied, directeur général, automne, anxiogène, gouvernement, Handicap, Entourage, MOI, physique, 12 novembre, alcool, vaccin, professionnel, Sommeil, famille, activité physique, stress,



Avis

Devenez membre pour donner votre avis !

Donner votre avis