Le Nouvel An Chinois

Le Nouvel An chinois

Le Nouvel An chinois est la plus importante fête du calendrier chinois. Chaque nouvelle année est associée à un signe du zodiaque et à un élément. Voici les traditions liées au passage de la nouvelle année.

Qu’est-ce que le Nouvel An chinois ?

Le Nouvel An chinois ou « passage de l’année » est le premier jour du premier mois du calendrier chinois. C'est le début de la Fête du printemps, période de 15 jours qui s’achève avec la fête des lanternes.

Le calendrier chinois étant un calendrier luni-solaire, la date de cette fête dans le calendrier grégorien varie d'une année sur l'autre, mais tombe toujours entre le 21 janvier et le 20 février.

Comme tous les commencements de mois lunaires chinois, il s’agit du premier jour d'une nouvelle lune. Par convention, l'alignement astronomique qui signale la nouvelle lune est déterminé à l’observatoire de la Montagne Pourpre à Pékin.

Chaque année chinoise est associée à un des douze signes du zodiaque chinois, qui se succèdent dans un ordre cyclique : rat, buffle (ou bœuf), tigre, lapin (ou chat ou lièvre), dragon, serpent, cheval, chèvre (ou mouton), singe, coq, chien, porc.
Chaque année est également associée à un des cinq éléments : métal, eau, bois, feu, terre.

Cette année, le Nouvel An Chinois tombera le 8 février 2016 et la nouvelle année sera celle du Singe de Feu.

Dans quels pays célèbre-t-on le Nouvel An chinois ?

Le Nouvel An chinois est célébré officiellement en Chine (7 jours de congés) et à Taïwan (5 jours de congés), à Hong Kong et Macao (3 jours de congé), ainsi que dans certains pays d’Asie où l’influence de la culture chinoise est importante : Singapour et Malaisie, Brunei et Indonésie, Viêt Nam (fête du Têt).

Les congés du Nouvel An sont une période de migration accompagnée d'embouteillages sur les routes et d'encombrements dans les gares et les aéroports, nombreux étant ceux qui s’efforcent de rejoindre leur famille, depuis l’étranger parfois.

La fête est aussi observée individuellement partout dans le monde par les membres de la diaspora chinoise, et parfois également par les Japonais, les Miao, les Mongols, les Tibétains, les Népalais et les Boutanais.

Comment fête-t-on le Nouvel An chinois ?

Les célébrations, coutumes et tabous de la Fête de printemps varient dans les détails selon les régions ou les époques. Il s’agit de commencer l’année du bon pied en s’étant débarrassé des mauvaises influences de l’an passé et en s’entourant de signes de bon augure. On a recours à des objets ou aliments présentant une homophonie avec des mots porte-bonheur.

Beaucoup de superstitions sont associées à cette période. On ne doit pas utiliser de mots grossiers et parler de la mort. Le premier jour et les jours suivants, il faut balayer du seuil vers l'intérieur pour ne pas faire sortir la chance et la richesse de la maison.

Les célébrations principales du Nouvel An chinois comportent un réveillon où sont servis des plats aux noms porte-bonheur, suivi d’une nuit de veille, gage de longévité, que certains occupent à jouer au mahjong, ainsi que la distribution d’étrennes contenues dans des enveloppes rouges et l’allumage de pétards pour chasser les mauvaises influences.

Préparation des festivités du Nouvel An chinois

Le grand nettoyage de la maison est fait. Le dernier jour, on affiche un peu partout des souhaits écrits sur papier rouge, symbole de chance. Il s’agit de caractères comme fú (福) bonheur, ou chūn (春) printemps, souvent collés à l’envers car le mot « renverser » est homophone de « arriver ». Le caractère fu renversé signifie donc : « Le bonheur est arrivé. ».

Traditionnellement, pendant le Nouvel An chinois, on colle de chaque côté des montants de la porte d’entrée une bande de papier rouge sur laquelle est écrit un vers. Bien sûr, les décorations et inscriptions de l’an passé ont été tout d’abord retirées.

Cette fête était auparavant une occasion de renouveler sa garde-robe, mais avec le développement de l’industrie du prêt-à-porter, cette coutume a un peu perdu de sa valeur.

Le réveillon du Nouvel An chinois et le premier jour

À l'heure du réveillon, le dîner ne peut commencer que lorsque toute la famille est présente (des places vides sont réservées aux membres ne pouvant assister au repas). Il est généralement copieux et comporte souvent des plats symboliques pour assurer la santé, la réussite dans les études, etc.

Le poisson, dont le nom est homophone de surplus, doit être présent à chaque repas de Nouvel An pour garantir qu’on ne manquera jamais de rien. Certains prennent même soin de ne pas finir leur part, afin de rendre plus complètement son sens symbolique.

Dans le nord de la Chine, on sert en principe un plat de raviolis car leur forme évoque celle des yuanbao, lingots anciens. Le dessert traditionnel est le niangao, « gâteau de l'An » ; gao, gâteau, est homophone de grandir, et en manger constitue un gage de croissance dans tous les domaines souhaités.

Le lendemain matin, beaucoup se rendent au temple local, puis sur les tombes ancestrales s’ils habitent à proximité. On considère que plus la visite au temple est précoce, plus on aura de chance dans l’année. Il arrive donc que les fidèles se massent devant les grands temples avant l’ouverture des portes pour être parmi les premiers. Les familles qui en avaient les moyens commandaient une danse de lion ou de dragon (qui représente Noblesse, Bravoure et Chance).

Dans certaines cités hors de Chine comme Paris, la diaspora chinoise organise une parade : cette tradition a débuté à San Francisco dans la seconde moitié du XIXe siècle. Vous trouverez le programme des festivités prévues à Paris à l’adresse suivante :

Plus d'information :

Visitez le site : http://www.chine-informations.com/actualite/nouvel-an-chinois-a-paris_62599.html

Tag : Nouvel An chinois, nouvel an chinois, traditions nouvel an chinois, date nouvel an chinois



Avis

Devenez membre pour donner votre avis !

Donner votre avis