La Maladie D'alzheimer

Jusque dans les années soixante, on pensait que la maladie d’Alzheimer était plutôt rare. Aujourd’hui, on estime que 800 000 personnes souffrent de cette maladie en France et recense 150 000 à 200 000 nouveaux cas annuels. Avec le vieillissement de la population, la maladie va devenir une priorité de santé publique. Elle cristallise d’autant plus d’angoisses qu’elle affecte les qualités essentielles de la personne humaine.

Définition

La maladie d'Alzheimer est un trouble neurodégénératif qui entraîne la perte progressive des fonctions mentales et évolue vers une démence.
L’évolution de la maladie est progressive et irréversible.

Les causes de la maladie

La cause exacte de la maladie d'Alzheimer est encore inconnue, mais des facteurs environnementaux et génétiques contribueraient à son apparition. Des mutations génétiques prédisposant à cette maladie ont été identifiées.

Les symptômes

Le premier symptôme de la maladie d'Alzheimer est la perte de la mémoire à court terme : il se manifeste par des distractions mineures qui s'accentuent progressivement avec la progression de la maladie.
Les pertes de mémoire concernent des faits récents, avec l’impossibilité pour le patient d’enregistrer de nouveaux événements, tandis que les souvenirs plus anciens sont relativement préservés.
Avec l’évolution de la maladie, les troubles s'étendent aux domaines du langage (aphasie), des mouvements (apraxie), de la reconnaissance (agnosie). D’autres symptômes sont donc une perte des repères dans le temps (alternance jour-nuit) et dans l’espace, des difficultés à reconnaître les objets, des troubles du langage puis de l’agressivité et de l’agitation.
Dans un état de profonde confusion mentale, le patient peut adopter des attitudes d’indifférence, de mutisme ou d’agressivité.

La découverte de la maladie

Aloïs Alzheimer (1864-1915), psychiatre et neurologue allemand, a étudié, au début du XXème siècle, le cerveau des personnes atteintes de démence grâce à une nouvelle technique de coloration à l'aniline et des imprégnations argentiques.
Il fut le premier à décire, en 1906, l’évolution de cette maladie inconnue jusqu’alors.
C’est pourquoi la maladie d'Alzheimer fut ensuite associée à son nom.

Les différentes formes de la maladie

On distingue une forme "sporadique" de la maladie d'Alzheimer, qui est de loin la plus commune chez la personne âgée, et une "forme familiale", débutant plus précocement (avant 60 ans).
Moins de 1% des malades présentent la forme familiale de la maladie, qui est d'origine purement génétique.
Depuis 1993, on sait que les formes dites sporadiques comportent également une prédisposition génétique.

Les facteurs de risque

L'incidence de la maladie d'Alzheimer augmente fortement avec l'âge.
Les fréquences d'apparition de la maladie sont de 5 à 7 % entre 65 et 79 ans ; 20 % chez les plus de 80 ans ; 32 % chez les plus de 90 ans.
En France, la maladie d'Alzheimer touche plus de 3 % des personnes âgées de plus de 65 ans, (soit entre 300 000 et 350 000 personnes) et 17,8 % des personnes de plus de 75 ans sont atteints de cette maladie ou d'une maladie apparentée.
La maladie représente près de 75 % des démences séniles.
Des antécédents familiaux de maladie constituent un autre facteur de risque.

Le dépistage

Le dépistage précoce de la maladie d'Alzheimer est essentiel pour un meilleur traitement et une meilleure aide aux malades et à leur entourage.
Or, des études montrent que seuls 50 % des patients atteints de la maladie sont diagnostiqués en France et que seuls 30 % d’entre eux sont traités.
Les troubles cognitifs peuvent être évalués par un interrogatoire standardisé.
Les critères du dépistage reposent sur l'installation de troubles cognitifs tels que l’amnésie des faits récents, des troubles des fonctions exécutives et du langage (des "oublis de mot"), de la maladresse dans les gestes et des troubles de reconnaissance de panneaux routiers ou de visages, par exemple.

Le diagnostic

Le diagnostic de maladie d'Alzheimer ne peut pas être affirmé de façon formelle. Le diagnostic probable se fait donc chez une personne présentant des signes de démence d'apparition progressive et pour lesquels les autres causes - tumorale, infectieuse, toxique ou psychique (dépression, schizophrénie) - ont été éliminées.
Le diagnostic pourra nécessiter de nombreux examens, en particulier un électroencéphalogramme, un Scanner et une analyse du liquide céphalorachidien obtenu par ponction lombaire.
Faire passer au malade des tests psychométriques, tels que le Test de Folstein, permet de suivre l'évolution de la maladie.

Traitement

Il n’existe aucun traitement guérissant la maladie d'Alzheimer, ni même permettant d’arrêter son évolution.
Depuis quelques années, des médicaments sont utilisés pour améliorer la qualité de vie du patient, diminuer les symptômes de la maladie et parfois ralentir son évolution.
Des chercheurs tentent de créer un vaccin qui préviendrait cette démence. Cette voie de recherche prometteuse est explorée depuis 1999 et, en 2001, des essais cliniques sur 372 patients ont été lancés.
Un autre type de traitement, non médicamenteux, consiste en une rééducation pour permettre au malade et à ses proches de vivre au quotidien avec la maladie.
Les thérapies visant à stimuler l'attention des malades ont également une certaine efficacité.

Prévention

Bien qu’il n’existe pas de réelle méthode pour se protéger de la maladie d’Alzheimer, certains individus sont moins enclins à développer la maladie que d’autres : les personnes ayant suivi de longues études auraient eu plus de temps pour développer leur mémoire et courent donc moins de risques de souffrir de la maladie.
La maladie se déclare plus souvent chez les patients souffrant de troubles vasculaires (hypertension artérielle, diabète, hypercholestérolémie, tabagisme, obésité). Il est démontré que la correction de l'hypertension divise par deux le risque de survenue de la maladie.

Plus d'information :

Visitez le site : http://www.francealzheimer.org/

Tag : maladie d'Alzheimer, Alzheimer



Avis

Devenez membre pour donner votre avis !

Donner votre avis