Le Sucre : Une Drogue Pas Si Douce

Le sucre : une drogue pas si douce

Si vous faites partie des gens qui ne peuvent terminer un repas sans dessert ou qui ont du mal à s’arrêter quand ils mangent des bonbons, vous avez déjà expérimenté le pouvoir addictif des aliments sucrés. Le sucre crée-t-il une véritable dépendance et si oui, comment s'en libérer ?

Peut-on être accro au sucre ?

L’attirance pour le goût sucré a été mise en évidence chez les nourrissons depuis très longtemps. Elle serait même innée car déjà acquise in utero !

Dès notre naissance, nous aimons les aliments sucrés et entretenons un rapport affectif avec le sucre, à la fois source d’énergie et de plaisir gustatif.

On sait désormais que manger sucré active des zones du cerveau associées à la récompense et au plaisir, les mêmes zones que celles stimulées par la prise de drogues. Plus étonnant encore, des expériences en laboratoire ont prouvé que des rats cocaïnomanes préféraient une dose de sucre à une dose de cocaïne !

Ces résultats alarmants doivent cependant être nuancés dans la mesure où :
• chez l'homme, la préférence pour le goût sucré diminue avec l’âge
• le sucre n’entraîne pas de tolérance : contrairement à la drogue, il n’est pas nécessaire d’en consommer toujours plus pour obtenir l’effet désiré.

Une épidémie silencieuse

Si plusieurs médecins tirent la sonnette d’alarme, ce n’est pas à cause du risque de dépendance au sucre mais plutôt en raison de ses effets néfastes sur la santé.

La consommation française est passée de 5 kg par an et par personne en 1850 à plus de 30 kg aujourd’hui, ce qui n’est pas sans conséquence sur notre organisme.

Pour "traiter" les aliments sucrés, notre corps produit de l’insuline, mais au fil du temps la machine s’enraie et plusieurs maladies peuvent apparaître :
• diabète de type 2
• surpoids
• maladies cardio-vasculaires.

Les effets du sucre peuvent rester invisibles pendant plusieurs années, notamment en cas de prédiabète non diagnostiqué. Dans plus de 80% des cas, ce problème évolue vers un diabète de type 2 irréversible.

A noter : la France compte 3,5 millions de diabétiques et ce chiffre pourrait passer à 6 millions d’ici à 2025 si la tendance se maintient.

Comment décrocher du sucré ?

Faut-il pour autant se priver de tout aliment sucré ? Non, car la restriction et les interdits favorisent la frustration et augmentent le risque de troubles du comportement alimentaire.

De plus, le sucre est le principal carburant de notre cerveau et il n’est pas possible d’y renoncer complètement.

Pour modérer votre consommation :
• ne diabolisez pas les aliments sucrés mais choisissez-les avec discernement
• lisez les étiquettes pour traquer les sucres ajoutés et les sucres cachés
• préférez de l’eau aux boissons sucrées : elles entretiennent la dépendance au sucré sans calmer la faim
• faites des repas réguliers et suffisamment copieux pour ne pas avoir de fringales
• à moins d’être diabétique, ne remplacez pas le sucre par des édulcorants : ils entretiennent votre dépendance au sucré et pourraient être dangereux pour la santé
• pour satisfaire vos envies de sucré, choisissez des aliments sains comme les fruits frais ou secs ou le chocolat noir à 70% minimum, mais n’en abusez pas
• octroyez vous une portion raisonnable de dessert et rangez le reste pour ne pas vous resservir
• n’achetez plus de bonbons : avoir des friandises à portée de main est une tentation bien trop forte.

Plus d'information :

Tag : sucre, addiction au sucre, accro au sucre, dépendance au sucre, sucre addictif, sucre addiction, réduire le sucre, manger moins de sucre, accro au sucre que faire, accro au sucre solution, envie de sucre



Avis

Devenez membre pour donner votre avis !

Donner votre avis