Ever 2011 : Interview D'andré Alessandria, Directeur Du Salon

EVER 2011 : Interview d'André Alessandria, directeur du salon

Qui mieux que d'anciens pilotes, pour diriger un salon de voitures? André Alessandria et Frédéric Lajoux, copilotes, associés et surtout amis, organisent le salon EVER MONACO. Entretient avec un tandem monégasque, fier de nous montrer en quoi EVER est un rendez-vous incontournable dans les enjeux de l'automobile de demain.

Quel est l’objectif de ce salon ?

Sur le principe, c'est un salon B to B, c'est notre souhait depuis toujours. Le salon a plusieurs objectifs. Dans un premier temps, et sans vouloir être prétentieux, c'est assoir la position de la Principauté en tant que leader de la mobilité propre. Aujourd'hui est le pays où le pourcentage de véhicules électriques immatriculés est le plus important au monde. L'idée c'est de rester leader et d'être un salon phare pour les produits à venir mais aussi pour les existants.

La grande différence depuis ces deux dernières éditions, c'est que nous ne sommes plus un salon de voitures à venir mais un salon de voitures à vendre. C'est la grosse évolution. Avant, on présentait des produits qui n'étaient pas encore commercialisé, c'était les prémices. Nissan, c'est dans quelques semaines, Misubishi, Peaugeot-Citroën, c'est tout de suite, Renault, c'est tout de suite aussi pour le Kangoo.

Comment parvenez-vous à en vivre ?

On n'en vit pas! Le visitorat, sur un marché de niche comme le notre, n'est pas un critère très important. Avoir du grand public, sur ce type de salon, n'a pas grand intérêt car ce ne sont pas des clients qualitatifs pour mes exposants. Ce qui est capital pour nous, c'est que le visitorat soit de qualité et qu'il permette de faire du business.
Aujourd'hui le véhicule électrique n'intéresse que peu de gens, on le sait. Mes exposants vont préférer avoir un loueur de voiture, plutôt que 20 curieux. Le week-end, le salon change un peu de rôle, et devient un peu plus éducatif vis à vis de la clientèle locale afin de répondre à tout type de question. "Puis-je utiliser une voiture électrique sous la pluie?" par exemple... D'où l'intérêt de faire ce salon sur 4 jours. Deux en semaine pour les professionnels, le week-end servant de découverte pour le grand public.

On ne gagne pas d'argent sur cet événement. Mais on n'en perd pas non plus! La seule année, où on en a gagné, c'est en 2005, lors de l'EVS 21 (lire article sur la genèse du salon). Sur l'ensemble, depuis 2002, on doit peut-être équilibré nos comptes.
Aujourd'hui, notre seule source de revenu sur cet événement, c'est la vente des emplacements des stands aux exposants qui continuent de venir parce qu'ils y trouvent leurs comptes. Le moyen pour nous de gagner de l'argent, ce serait, d'une part, d'avoir plus d'exposants, pour cela, il faudrait que le marché se porte mieux. Le deuxième facteur, serait un intérêt du grand public, et qu'on soit obligé à terme de faire payer l'entrée, pour gérer et réguler l'affluence. Je pense qu'on n'y est pas encore.

Les exposants viennent-ils à tour de rôle?

D'une année sur l'autre, il y a un turn over d'à peu près 30%. On peut avoir des exposants qui n'ont pas toujours de nouveaux produits à proposer. Renault revient après 4 années d'absence car il n'avait rien à proposer. Ce n'est pas dû à un mécontentement. A l'inverse, Citroën est présent chaque année, car chaque année, ils ont quelque chose à présenter, bien qu'ils n'aient pas toujours quelques chose à vendre!
Notre nombre d'exposants est relativement stable. Aucun n'exposant n'ai jamais parti en claquant la porte. Je tiens à ce que l'on ait un véritable accueil de l'exposant. C''est essentiel. Nous sommes une petite équipe familiale. On peut nous joindre à tout moment. On veut garder à cet événement, une dimension humaine.

Exposition/ rallye, vous travaillez main dans la main ou dos à dos ?

Le salon tournerait même s'il n'y avait pas le rallye. Toutefois, on collabore, on travaille vraiment main dans la main. Ce n'est dans le fond, qu'une seule et même équipe et des amis avant tout. Le rallye sous cette forme, c'est d'abord nous qui l'avons lancé et quand il y a eu redistribution des rôles, on a toujours tenu à ce que ça reste des événements concomitants. Le rallye a toujours eu lieu pendant le salon, et le rallye arrive toujours au pied du salon. Et je pense qu'il n'y a aucune raison que cela change. D'autant que tout le monde y trouve son intérêt. Car certains concurrents qui ne seraient pas venus que pour le rallye, profite du salon pour engager une voiture sur le rallye et inversement. C'est un vrai partenariat. Même en terme de communication : quand on parle du salon, on parle du rallye et vice versa. C'est gagnant-gagnant.

Dans ce cas, pourquoi ne pas faire une affiche commune aux deux événements?

A l'Automobile Club de Monaco, on ne fait pas encore l'unanimité. Tout le monde n'a pas encore basculé à l'énergie alternative; Mais du fait que ce soit une épreuve FIA, du fait que le Président de l'Automobile Club soit le Président de la Commission des énergies alternatives à la FIA, il y avait vraiment besoin d'avoir une paternité, d'une reconnaissance de cet événement à l'ACM. On collabore, mais avec deux communications parallèles mais pas tout à fait communes. Nous ça ne nous gênerai pas d'avoir une fiche commune, bien qu'il faille être vigilent. A trop vouloir mélanger, après, on perd nos clients.

Plus d'information :

Tag : salon EVER monaco, véhicules propres, électrique, énergies renouvelables, énergies alternatives, rallye, Grimaldi Forum, épreuve



Avis

Devenez membre pour donner votre avis !

Donner votre avis