La Baguette De Pain : Candidate Au Patrimoine Immatériel De L'unesco

La baguette de pain : candidate au patrimoine immatériel de l'UNESCO

A l'initiative de la Confédération nationale de la boulangerie-pâtisserie française, la baguette de pain pourrait un jour être inscrite au patrimoine mondial immatériel de l'UNESCO. Cette quête d'une reconnaissance mondiale risque de prendre du temps mais bénéficie d'ores et déjà du soutien total de l'Élysée.

Une initiative soutenue par l'Élysée

La baguette de pain française rejoindra-t-elle un jour la pizza napolitaine, la bière belge et le lavash (le pain traditionnel arménien) au patrimoine mondial immatériel de l'UNESCO ?

C'est ce que souhaite la Confédération nationale de la boulangerie-pâtisserie française (CNBF), organisation représentative regroupant les patrons du secteur.

La candidature de notre pain au patrimoine mondial a été initiée par Dominique Anract, le président de la CNPBF, qui a déclaré sur RTL : "On a trouvé qu'il était important d'inscrire ce symbole de la France pour que la mondialisation ne le fasse pas disparaître".

Ce projet d'inscription bénéficie depuis janvier 2018 du soutien du Président de la République Emmanuel Macron.


Un symbole de la France

La candidature de la baguette de pain au patrimoine mondial est lourde de sens puisque ce pain fait partie des symboles, voire des "clichés", de notre pays.

"La France est un pays d'excellence dans le pain parce que la baguette est enviée dans le monde entier. Il faut en préserver l'excellence et le savoir-faire.", a déclaré le président de la République

Pour Dominique Anract aussi, ce produit merveilleux fait de farine, d'eau, de sel et de levure, "aurait sa juste place" au patrimoine mondial car "avec la tour Eiffel, elle est l'un des principaux symboles français".

De même que l'Italie a fait inscrire la pizza napolitaine, faire reconnaître la baguette française, c'est non seulement donner de la visibilité à ce produit mais aussi promouvoir une image nationale.

Un savoir-faire à sauvegarder

Avec cette candidature, les professionnels du pain ne cherchent pas à faire inscrire au patrimoine immatériel la baguette en tant que telle, mais plutôt sa fabrication et son importance culturelle.

"La baguette, c'est un produit emblématique du quotidien français, un savoir-faire, dont on a peur qu'il se dénature avec la mondialisation et son industrialisation.", explique Dominique Anract.

L'objectif est double : "faire reconnaître une façon de travailler à la main qui fait la fierté des artisans" et "attirer des jeunes dans le métier."

Depuis un décret de 1993, les boulangers sont tenus de suivre une liste d'ingrédients bien précise et un processus d'élaboration du pain étroit. Mais les professionnels du secteur jugent que ce n'est pas suffisant pour maintenir la tradition en l'état.

A noter : en France, quelque 32 millions de baguettes sont vendues chaque jour, dont plus d'un million à Paris. On constate cependant une forte baisse de la consommation depuis 70 ans : la consommation journalière de pain a été divisée par neuf depuis l'après-guerre.

Avec cette candidature, les artisans boulangers espèrent rebooster la consommation, réaffirmer leur savoir-faire et surtout lutter contre les chaînes et la grande distribution.

Un concours annuel à Paris

Autre initiative destinée à promouvoir la baguette artisanale, le concours de la meilleure baguette de Paris est organisé par la mairie de Paris et la chambre professionnelle des artisans boulangers-pâtissiers (CPABP) depuis 1994.

Un jury de 15 personnes, composé en majorité de professionnels, départage les meilleures baguettes de la capitale, selon des critères bien précis tels que le poids, la taille, l'aspect, la cuisson, l'odeur, le goût et la qualité de la mie.

Le premier prix de ce concours est décerné au mois de mai. Chaque enseigne parisienne présente une baguette pour l'occasion, sauf celle lauréate l'année précédente.

Une procédure compliquée

La route va être longue avant de voir la baguette de pain inscrite au patrimoine mondial immatériel de l'UNESCO.

La procédure, complexe, comporte plusieurs étapes, dont la présentation d'un dossier au Conseil de Paris puis au ministère de la culture début octobre et l'examen de ce dossier par le comité du Patrimoine ethnologique et immatériel (CPEI)

Il faudra ensuite défendre le projet à l'Unesco, qui ne gardera qu'une candidature nationale pour la prochaine session. Or, le métier de bouquiniste et les bistrots et terrasses de Paris sont également candidats.

Mais rien n'est perdu puisque, depuis 2008, le fest-noz, les fêtes du solstice dans les Pyrénées, la tapisserie d'Aubusson, le compagnonnage, le savoir-faire de la dentelle d'Alençon ou la fauconnerie ont été inscrits au patrimoine mondial immatériel, tandis que les chants polyphoniques corses ont été jugés bons à intégrer à une liste "nécessitant une sauvegarde urgente".

Plus d'information :

Tag : baguette de pain, baguette au patrimoine mondial, baguette patrimoine immatériel de l'unesco, patrimoine immatériel de l'unesco, patrimoine mondial, boulangerie, symbole de la france



Avis

Devenez membre pour donner votre avis !

Donner votre avis