Animaux : 6 Stratégies De Survie En Hiver

Animaux : 6 stratégies de survie en hiver

Dans la nature, les animaux sauvages ont développé différentes tactiques pour se protéger du froid. Les stratégies animales pour survivre aux températures rigoureuses sont diverses et parfois étonnantes. Nous vous proposons de découvrir 6 stratégies de survie de la faune en hiver.

1- Leur fourrure s'épaissit

Pour se protéger du froid, les animaux sauvages ont pour première protection leur fourrure ou leur plumage.

À l'approche de l'hiver, de nombreuses espèces voient leur pelage s'épaissir. C'est d'ailleurs aussi le cas de nos animaux domestiques tels que les chiens et les chats ...

En hiver, dans les régions enneigées, certaines espèces comme l'hermine, le lièvre arctique ou le renard polaire revêtent une épaisse fourrure blanche.

Non seulement ce manteau d'hiver les protège du froid mais il les rend invisibles dans leur environnement !

Le renard polaire, qui vit dans les régions polaires de l'Arctique, a une fourrure très épaisse et son immense queue touffue lui sert de couverture ! Ces deux caractéristiques lui permettent de résister à des températures tutoyant les -30°C.





Le yak, qui vit au Tibet et dans le nord de la Chine, est lui aussi adapté au froid : il résiste à des températures jusqu'à -40°C grâce à sa longue et épaisse toison composée de deux couches de poils.

2- Ils s'engraissent

Certains mammifères et oiseaux ont aussi pour habitude de s'engraisser en prévision de l'hiver.

On observe chez certaines espèces la formation d'une graisse particulière appelée le tissu adipeux brun. Cette couche de graisse située sous la peau est riche en mitochondries capables de libérer de l'énergie sous forme de chaleur et donc, de réchauffer l'animal en hiver.

Nourrir les oiseaux en hiver les aide à engraisser et à mieux survivre au froid.

Le hérisson commun se nourrit abondamment d'avril à octobre pour se constituer une réserve de graisse, avant d'hiberner de novembre à mars.

Quant à la baleine bleue, elle est dotée d'une épaisse couche de graisse (de 5 à 40 cm d'épaisseur) qui lui offre une bonne isolation thermique et lui permet de vivre une partie de l'année dans les eaux froides de l'Arctique ou l'Antarctique




3- Ils hibernent

Une autre stratégie bien connue pour survivre à l'hiver est l'hibernation.

Ce terme désigne un sommeil profond qui s'accompagne d'une baisse de la température corporelle et d'un ralentissement du rythme respiratoire et cardiaque.

Pendant l'hibernation, l'animal vit sur ses réserves de graisse et vit "comme au ralenti".

Les espèces connues pour hiberner sont les ours bien sûr, mais aussi les chauves-souris, la marmotte des Alpes (qui hiberne d'octobre à avril) ou encore le hérisson de nos jardins !

Quand le hérisson hiberne, sa température corporelle passe de 36°C à 5°C. Il se réveille ensuite, dès que la température extérieure augmente.




A noter : contrairement à ce que l'on croit souvent, l'écureuil ne fait pas partie des animaux qui hibernent. Ce petit rongeur fait des provisions tout l'été pour pouvoir manger pendant l'hiver dans son nid, mais il continue aussi de se promener, parfois même dans la neige !

4- Ils migrent sous des cieux plus cléments

Une autre stratégie est la migration vers des régions plus chaudes.

Ce mot désigne un déplacement saisonnier sur une longue distance, avant un retour dans la région de départ.

La migration est un moyen d'échapper au froid adopté par de nombreux oiseaux, comme les oies.

Mais leur départ est motivé par le manque de nourriture, plus que par le froid en lui-même.





Certaines espèces marines comme le lamantin migrent aussi. Ce mammifère sensible au froid cherche des eaux chaudes dans lesquelles passer l'hiver.

5- Ils régulent leur température corporelle

Certains animaux comme les écureuils ou la baleine bleue disposent d'autres moyens de résister au froid : ils sont naturellement dotés de systèmes d'échange de chaleur qui leur permettent de maintenir leur température corporelle même quand il fait froid.

Dans les pattes des écureuils, les artères et les veines sont proches, de telle sorte que le sang qui arrive du cœur par les artères peut transmettre sa chaleur au sang froid qui remonte des orteils par les veines.




Quant aux poissons, ils disposent d'enzymes qui les aident à survivre dans les eaux froides. Dans les régions les plus glaciales, ils utilisent même des sortes de protéines antigel qui se lient aux cristaux de glace dans le sang pour empêcher que celui-ci ne gèle entièrement.

6- Ils se tiennent chaud à plusieurs

Oiseaux marins parfaitement adaptés aux conditions extrêmes de l'Antarctique, les manchots empereur combinent plusieurs stratégies anti-froid :
=> un plumage extrêmement dense et coupe-vent
=> une belle couche de graisse
=> un système d'échange thermique entre artères et veines

Quand les températures atteignent les -40°C, les manchots utilisent une stratégie originale : la thermorégulation de groupe ou thermorégulation sociale.




Plusieurs centaines d'individus se serrent les uns contre les autres pour se réchauffer mutuellement et préserver leur chaleur corporelle !

C'est aussi ce que font les marmottes quand elles se roulent en boule à plusieurs dans leur terrier.

Plus d'information :

Tag : animaux en hiver, aminaux face au froid, hibernation, migration en hiver, fourrure d'hiver, animaux qui hibernent, migrations en hiver, oiseaux migrateurs, thermorégulation animaux



Avis

Devenez membre pour donner votre avis !

Donner votre avis