Gourmandise : 4 Conseils Pour Concilier Plaisir Et Santé

Gourmandise : 4 conseils pour concilier plaisir et santé

Si vous êtes gourmand, vous culpabilisez sans doute un peu face aux recommandations nutritionnelles qui diabolisent le sucre et le gras. Pourtant, selon le psychiatre Gérard Apfeldorfer, il est possible de manger en paix et de concilier plaisir et santé. Voici 4 conseils pour vivre en bonne entente avec votre gourmandise.

1- Arrêtez de culpabiliser

Dans la tradition catholique, la gourmandise fait partie des sept péchés capitaux. Il est encore courant d'entendre qu'elle est "un vilain défaut".

Dans ces conditions, il n'est pas toujours facile de savourer un gâteau au chocolat en toute sérénité !

Si vous avez coutume de vous sentir coupable en mangeant certains aliments, si une petite voix intérieure vous dit que "vous ne devriez pas", changez de point de vue !

Au lieu de vous demander si vous pouvez (ou non) manger tel ou tel aliment dans le cadre de votre régime ou de votre hygiène de vie, demandez-vous plutôt si vous avez suffisamment faim pour l'apprécier pleinement.

Vous êtes seul capable d'évaluer votre faim et de prendre cette décision, sans que la culpabilité ne vienne interférer dans votre choix. C'est plutôt votre appétit du moment qui doit vous dicter votre décision.

2- Ne diabolisez plus certains aliments

Peut-être réprimez-vous systématiquement votre gourmandise face à certains aliments réputés grossissants comme les chips, le chocolat ou les bonbons.

Or, il est faux de croire que certains "mauvais" aliments font grossir, tandis que d'autres seraient "bons" et "autorisés".

Face à un aliment "interdit", vous pensez peut-être aussi que "si vous commencez, vous ne pourrez plus vous arrêter" et vous finirez la tablette de chocolat ou le paquet de biscuits.

Vous avez peur de perdre le contrôle et donc vous finissez par avoir peur de certains aliments...

Or, le plaisir de manger est incompatible avec ce type de raisonnement. Le vrai gourmand n'est pas glouton ni inquiet face à ce qu'il mange.

Pour retrouver votre sérénité, ne vous privez de rien mais profitez pleinement de la nourriture.

Cela implique de :
=> manger lentement
=> mâcher et savourer chaque bouchée
=> guetter les signes de satiété
=> s'arrêter dès que l'on n'a plus faim
=> ne pas aller jusqu'à l'écœurement

Pour en savoir plus sur cette manière de déguster ses repas, lisez notre article manger en pleine conscience (ci-contre à droite).

3- Ne trompez pas vos envies avec des ersatz

Certains gourmands soucieux de leur ligne pensent adopter une bonne stratégie en choisissant systématiquement les gourmandises les moins caloriques.

Cette tendance à chercher des ersatz est d'ailleurs encouragée par l'offre abondante d'aliments allégés ou light dans les supermarchés.

Mais en privilégiant ces alternatives (pas toujours très saines ni vraiment légères d'ailleurs), vous ne faites que tromper votre véritable désir et entretenir votre frustration.

Pour compenser le côté peu satisfaisant de l'aliment light, vous risquez d'ailleurs d'en manger plus !

Afin d'en finir avec ces ersatz insipides, redécouvrez la saveur des vrais aliments. N'hésitez pas à comparer les deux versions pour vous rendre compte de la différence !

En éduquant votre goût, vous deviendrez un véritable gourmet, capable de reconnaître les aliments de qualité et de les apprécier à leur juste valeur.

Apprenez à privilégier la qualité plutôt que la quantité et vous découvrirez que vous pouvez vous contenter de portions plus petites et vous arrêter de manger quand vous êtes satisfait.

4- N'utilisez pas la nourriture comme une consolation

Vous l'aurez compris, pour vivre en paix avec sa gourmandise, manger est et doit rester un plaisir.

En revanche, manger ne doit pas être une compensation ou une consolation.

Si vous vous surprenez à vous jeter sur une tablette de chocolat quand vous êtes triste, stressé ou angoissé, cela signifie que vous utilisez la nourriture comme un bouclier, pour fuir vos émotions et vous en protéger.

La prochaine fois que cela vous arrive, essayez d'identifier précisément l'émotion qui vous pousse à manger : est-ce de la colère ou de la tristesse ? Du stress ou de l'angoisse ?

Faire face à ses émotions, les identifier sans chercher à les étouffer, est le meilleur moyen d'arrêter de les compenser avec de la nourriture.

Ainsi, les aliments retrouveront leur juste place et vous pourrez à nouveau les savourer avec plaisir.

Plus d'information :

Tag : gourmandise, gourmandise et minceur, mince et gourmand, plaisir et minceur, gourmandise et minceur, gourmandise et culpabilité, gourmandise et santé, mangez en paix, gérard apfeldorfer



Avis

Devenez membre pour donner votre avis !

Donner votre avis