Les Gratte-ciel : Présentation, Histoire Et évolution

Les gratte-ciel : présentation, histoire et évolution

Les gratte-ciel, qui furent pendant longtemps un symbole des Etats-Unis, s’élèvent aujourd’hui sur tous les continents. Alors que des édifices spectaculaires voient le jour en Asie et au Moyen-Orient, nous vous proposons de découvrir l’histoire et les évolutions de ces géants de béton et d’acier.

Présentation

Le nom français de gratte-ciel est l’exacte traduction du mot anglais skyscraper.

Ce terme désignait à l’origine le grand mât d’un bateau. Aujourd’hui, il sert exclusivement à désigner des immeubles d’habitation ou de bureaux d’une hauteur supérieure à 500 pieds (152 mètres).

Les premiers gratte-ciel

Les hommes construisent des édifices de grande hauteur depuis l’Antiquité, comme en témoignent les pyramides égyptiennes, le phare d'Alexandrie ou les grandes cathédrales du Moyen Age.

Pourtant, jusqu’à la fin du XIXe siècle, les immeubles d’habitation dépassaient rarement six étages. C’est l’apparition de nouveaux matériaux comme l’acier et le Béton armé et de nouvelles technologies comme l’ascenseur qui ont rendu possible la construction de bâtiments beaucoup plus hauts.

Les premiers gratte-ciel ont vu le jour à Chicago aux Etats-Unis vers la fin du XIXe siècle. Suite au gigantesque incendie qui avait dévasté la ville en 1881, l'ingénieur et architecte William Le Baron Jenney a eu l'idée de construire un immeuble de 10 étages avec une ossature en acier. Cette nouvelle technique de construction en hauteur permettait de réduire les coûts liés à l’augmentation du prix des terrains.

Une course vers les hauteurs

Il s’ensuivit un grand mouvement de construction de gratte-ciel à New York dès la fin du XIXe siècle et le début du XXe siècle.

A cette période, une vraie course au plus haut building s’engage avec la construction du New York World Building (94 mètres), suivi du Manhattan Life Insurance Building (106 mètres) en 1894, et de la Metropolitan Life Tower qui franchit la barre symbolique des 200 mètres en 1909.

En 1931, le désormais mythique Empire State Building atteint 381 mètres. En 1973, le World Trade Center devient le plus haut gratte-ciel du monde avec 417 mètres, mais il est dépassé en 1974 par la Sears Tower de Chicago (442,3 mètres).

Jusque dans les années 1980, les plus hauts immeubles du monde se trouvaient en majorité aux Etats-Unis. Si Chicago et New York sont aujourd’hui encore les deux villes où la densité de gratte-ciel est la plus élevée, des constructions ont fleuri de manière spectaculaire dans les années 1990 et 2000 en Asie (Taipei 101 à Taiwan, Shanghai World Financial Center) et au Moyen Orient.

A ce jour, la plus haute tour du monde est la Burj Dubai dont la hauteur totale atteint 818 mètres au sommet de l'antenne.

Les gratte-ciel écologiques

La démarche écologique et le développement durable constituent la grande tendance qui a marqué le secteur de la construction ces dernières années.

Les gratte-ciel, désormais équipés avec des éoliennes, des panneaux solaires ou des systèmes de récupération d'eau n’échappent pas à cette vague écologique. Dans les nouveaux buildings verts, les énergies renouvelables sont privilégiées, ainsi que les systèmes de lumière et de ventilation naturelles.

Parmi les gratte-ciel écologiques construits ou en projet, ont peut notamment citer
• le Burj al-Taqa à Dubaï (Emirats arabes unis)
• la tour Oxygène à Lyon
• la Tour Incity à Lyon
• le projet Hypergreen (France)
• la Tour Bank of America à New York
• la Hearst Tower à New York.

Plus d'information :

Tag : gratte-ciel, histoire des gratte-ciel, records gratte-ciel, gratte-ciel écologiques, gratte ciel, Burj Dubai



Avis

Devenez membre pour donner votre avis !

Donner votre avis