Bonsaï

Bonsaï

Les bonsaïs sont des œuvres d’art végétales qui demandent des soins particuliers. Ces arbres miniaturisés à des fins esthétiques ont suscité un certain engouement au milieu des années 1980 en France. Nous vous proposons quelques éclaircissements sur le sens du mot bonsaï, la longue histoire de cet art et les différents types de bonsaïs que vous pouvez cultiver.

Définition

Le mot bonsaï désigne un arbre ou une plante en pot. En effet, ce mot d’origine japonaise signifie littéralement "plante cultivée sur un plateau" (le caractère japonais "bon" signifiant coupe ou plateau et le caractère "sai", plante).
Il s’agit d’un arbre ou un arbuste qui a été miniaturisé en taillant et ligaturant ses branches et ses feuilles.
Les bonsaïs sont aussi régulièrement rempotés afin de tailler ses racines à l'intérieur et à la surface du pot.
Les différentes techniques de culture des bonsaïs ont pour but d’en faire des œuvres d'art ressemblant à un arbre dans la nature.
Plus l’arbre est miniaturisé et plus sa culture est délicate : le pot étant de petite taille, la terre va s’assécher très rapidement et demande un soin constant (plusieurs arrosages par jour en été).

Histoire

Les Chinois furent les premiers à cultiver des arbres en pot dans un but esthétique, à l'ère de la dynastie des Han (-206 à 220).
À cette époque on ne parlait pas encore de bonsaï mais de "pénjing" (représentation d'un paysage dans une coupe). Peu après, sous la dynastie Qin (220 - 581) apparaissent les "pénzāi" (arbre unique dans une coupe).
L'art du bonsaï gagna le Japon aux environs des VIème et VIIème siècles avec les moines, qui amenèrent aussi le bouddhisme. Cet événement est confirmé par le rouleau du moine bouddhiste Honen Shonin sur lequel sont représentés de petits arbres alignés dans des coupes.
Pendant longtemps, la culture des bonsaïs fut un art réservé aux classes dominantes, féodales et religieuses. Aujourd'hui, ce n'est plus le cas aujourd’hui où de nombreux Japonais la pratiquent et renouent ainsi avec les traditions ancestrales.
La Première exposition nationale de bonsaïs a eu lieu à Tōkyō en 1914. Cette culture n'a été reconnue comme art au Japon qu'en 1934. Depuis, une exposition annuelle se déroule au musée d'Art de la capitale.
En Europe, le bonsaï a été introduit pour la Première fois, lors de la troisième exposition universelle de Paris en 1878, puis dans une exposition privée en 1909 à Londres. En 1902, Albert Maumené publiait le premier essai sur les bonsaïs, intitulé Formation des arbres nains japonais.

Espèces utilisées

Certains arbres sont plus couramment utilisés pour réaliser des bonsaïs, notamment les essences d'arbres qui ont de petites feuilles à l'état naturel.
Mais en fait, un bonsaï peut être créé à partir de n'importe quelle essence d'arbre ou de buisson.
Les essences les plus classiques sont les pins noirs japonais (Pinus thunbergii), les pins à cinq aiguilles (Pinus pentaphylla ou Pinus parviflora au Japon), les genévriers (Juniperus chinensis), les ormes de Chine et les érables japonais.
Si certaines techniques de culture permettent de réduire la taille des feuilles, celle des fleurs et des fruits n'est jamais modifiable.

Les différentes tailles de bonsaïs

La codification des bonsaïs la plus connue en Occident est celle du Japon. On les classe généralement en trois catégories en fonction de leurs dimensions, même si de nombreux noms japonais distinguent avec plus de précision les différents paliers.
Dans cette classification, on compte "le nombre de mains" qu’il faut pour porter le bonsaï : on appelle Mame ou Shôhin les bonsaïs à une main, de 5 à 15 cm.
Cette taille très réduite est une contrainte qui limite beaucoup le nombre de variétés susceptibles d’être travaillées ainsi. De trop grandes feuilles qui seraient difficilement réductible donneraient à l’arbre une disproportion inesthétique.
Voici quelques variétés répandues dans cette catégorie : Buxus, Lonicera nitida, Acer palmatum, Pinus pentaphylla, Ulmus parvifolia, Juniperus chinensis, et Serissa, Carmona, Portulacaria.
Les termes Kotate-mochi ou Komono désignent les bonsaïs à deux mains (de 15 à 30 cm) et chùmono ceux de 30 à 60 cm. Cette taille est la plus répandue chez les amateurs, car elle permet de travailler avec beaucoup plus de finesse la structure et la ramification de l’arbre. Presque toutes les variétés conviennent à cette catégorie.
On appelle Ômono les bonsaïs à quatre mains (il faut en effet deux personnes pour les porter). D’une taille de 60 cm à 1.20 m voire plus.
L’ômono était autrefois au Japon un signe de prospérité. C’est souvent un bonsaï imposant et d’un âge vénérable.

Les différents styles

Il existe une classification de styles fondamentale que tout créateur de bonsaï doit connaître. Bien souvent un arbre fait partie de plusieurs styles distincts car il n’existe aucune loi rigide du point de vue esthétique dans la création d’un de ces arbres.
Les styles font référence aux formes des arbres dans la nature, dont les professionnels conseillent d’ailleurs de s’inspirer.
L’art des bonsaïs recherche l’évocation en miniature de la puissance de l’arbre.
Parmi les styles majeurs de bonsaïs, on trouve :
- le Chokkan présentant un tronc parfaitement droit
- le Tachiki (ou Moyogi) avec un tronc droit plus informel (comportant quelques courbes)
- le Shakan présentant un tronc incliné, comme penché par le vent
- le Kengai avec un tronc en cascade retombant en dessous du pot
- le Han-Kengai avec un tronc en semi cascade
- le Bankan qui possède un tronc tortueux s’enroulant sur lui-même en torsade.
D’autres styles se définissent en fonction de la répartition du feuillage (en balai, battu par le vent, partiellement dénudé) ou des racines.
Les racines sont exposées au-dessus du niveau de la terre dans le style Neagari ou enserrent la roche avant de plonger dans la terre dans le style Sekijojû.
Les bonsaïs peuvent aussi posséder des troncs multiples et un nom leur est donné en fonction du nombre de troncs.
Il est également possible de réaliser des plantations de groupe et, dans ce cas, un nom est donné en fonction du nombre d’arbres ainsi réunis.

Plus d'information :

Visitez le site : http://www.parlonsbonsai.com/

Tag : Bonsaï, art du bonsaï, espèces de bonsaï

Avis

Devenez membre pour donner votre avis !

Donner votre avis