Sondage

Sondage

Chaque élection présidentielle donne lieu à un grand nombre de sondages et de commentaires de leurs résultats. Dans un contexte électoral marqué par une nette augmentation des sondages publiés dans les médias, nous vous proposons un tour d’horizon des questions que soulèvent les techniques de sondage et un rappel de la législation qui encadre cette pratique en période électorale.

Qu'est-ce qu'un sondage ?

Un sondage est une méthode statistique qui a pour but d’évaluer les proportions de différentes caractéristiques d'une population.

Les sondages se fondent sur l'étude d'une partie de la population, appelée échantillon et leurs résultats sont déterminés avec des marges d'erreur.

Les sondages les plus connus du grand public sont les sondages d'opinion réalisés par les instituts de sondage, tels que TNS Sofres, Ifop, Ipsos, Médiamétrie ou BVA.
Ils visent à déterminer les opinions ou les préférences probables des personnes.

Les sondages électoraux sont-ils fiables ?

Dans la mesure où aucun sondage ne peut prétendre à des résultats exacts, les citoyens sont en droit de se demander quelle confiance ils doivent accorder aux fluctuations des résultats et aux commentaires qu'elles suscitent.

Jérôme Sainte-Marie, directeur de BVA Opinion, estime que les sondages politiques comportent une marge d’erreur de 2 à 3 %. Il est d’ailleurs intéressant de comparer les résultats publiés par plusieurs instituts sur la même période.

La représentativité des échantillons de sondage soulève également de vives discussions car elle pourraient fausser les résultats, surtout dans les cas où les chiffres sont très serrés.
Un débat récent signale que les sondages électoraux, qui passent presque exclusivement par le Téléphone fixe, risquent de ne pas prendre en compte une partie de la population française inscrite sur liste rouge ou ne possédant qu’un Téléphone portable.

De plus, les données obtenues par les sondeurs font ensuite l’objet de très nombreuses corrections par les statisticiens. Dans le cas des sondages électoraux, certains décalages entre les déclarations des sondés et la réalité des votes passés effectifs sont ainsi corrigés. On sait notamment que les votes réels du Front National sont plus nombreux que les déclarations d'intention de vote pour ce parti.

Critiques fréquentes envers les sondages

Des critiques de la part des sociologues aussi bien que des hommes politiques reprochent aux sondages la place croissante qu’ils prennent dans les campagnes électorales.

Puisque les réponses apportées par les sondés ne présentent aucune garantie de véracité, sont interprétées par les sondeurs puis corrigées, on est en droit de penser que les sondages prennent une importance démesurée en comparaison de leur fiabilité.

Ainsi, ces enquêtes prétendraient à une représentativité exagérée et parfois erronée. Au lieu de promouvoir le débat démocratique, leurs résultats influenceraient les électeurs qui se sentiraient alors dans l’obligation de "voter utile".

Que dit la loi ?

La législation française a établi un délai avant chaque élection pendant lequel les sondages ne peuvent pas être publiés afin d'éviter que cette publication n’influence trop le choix du candidat. Ce délai fixé à une semaine par la loi de 1977 a été réduit en 2002.

La loi interdit désormais la publication, la diffusion ou le commentaire de tout sondage la veille et le jour de chaque tour de scrutin.

De plus, la loi n°77-708 du 19 juillet 1977 exige que la publication ou la diffusion des sondages électoraux soit accompagnée d'indications précises : l'institut qui a réalisé l’enquête doit résumer dans une notice les conditions d'élaboration du sondage (nombre de personnes interrogées, dates des interrogations, etc.).

Cette loi a également créé une autorité administrative indépendante chargée de vérifier que les sondages électoraux sont réalisés et vendus conformément à la réglementation en vigueur, la Commission des sondages.

Quels sont les droits des citoyens ?

Outre le droit de bénéficier d’une information non erronée et de conserver son libre choix d’électeur, chaque citoyen est libre de ne pas répondre aux sollicitations des sondeurs.

Tout citoyen peut désormais connaître certains éléments que les instituts de sondage adressent à la Commission. Il peut en effet consulter sur place la notice prévue par la loi et prendre des notes.

Enfin, tout citoyen peut contester la validité d'une enquête qui ne lui paraît pas conforme à la loi et saisir par voie de réclamation la Commission de sondages dans les cinq jours qui suivent la publication litigieuse.

Plus d'information :

Visitez le site : http://www.ipsos.fr/

Tag : sondage, sondage électoral, sondage élection présidentielle

Avis

Devenez membre pour donner votre avis !

Donner votre avis