Grand Prix Historique De Monaco : Une 7ème édition Réussie

Grand Prix Historique de Monaco : Une 7ème édition réussie

Le week-end du 8 et 9 mai 2010 se déroulait le 7e Grand-Prix historique de Monaco, sur le mythique tracé destinée à la F1. Dans les rues de la Principauté, le spectacle était au rendez-vous, les spectateurs aussi. Les huit catégories de voitures datant d’avant la guerre pour les plus anciennes, jusqu’aux années 80 pour les plus récentes, nous ont prouvé qu’à l’époque le sport auto était avant tout une histoire de pilotage. Du bruit, des accidents, de belles carrosseries et du suspense, voilà les ingrédients réunis par l’Automobile Club de Monaco qui nous ont fait passer deux jours de pur bonheur.

Une organisation infaillible

L'équipe journalistique de Gralon est allé fouiller de l’autre côté du rideau. Pourquoi me direz-vous ? Mais parce que l’on y va jamais ! Et qu’on oublie très souvent que sans une organisation infaillible, un personnel qualifié et tout le travail fait en amont, les courses ne seraient pas possible.

En tout premier lieu, on le sait, le sport auto est une discipline à risque et pour cela, à Monaco, on ne lésine pas sur les moyens. Tout au long de la piste, les secours sont assurés par 650 commissaires, 120 pompiers professionnels, 65 médecins et infirmières, 80 secouristes et 20 ambulances. Mais ce n’est pas tout ! Tout ce petit monde s’active autour des 20 000m² de grillage et entre les 5 000 pneus de protection. Le moindre incident est capturé par les 39 caméras de surveillance. Et en cas d’accident 3 grues, 3 véhicules d’intervention pour la désincarcération et l’extraction peuvent s’ajouter aux véhicules d’intervention et aux 500 extincteurs ! Alors les courses de voitures, on n’est pas en train de vous dire que ce n’est pas dangereux, mais simplement, qu’ici à Monaco, le dispositif de sécurité est l’un des plus important au monde, ce qui en grande partie dû au fait que comme vous le savez, c’est un circuit qui se déroule en ville.

Un grand prix historique de monaco accessible

A l’image de ce commissaire, Gralon prend quelques minutes pour remercier l’ensemble du personnel présent sur le circuit durant le week-end. Tous plus accueillant les uns que les autres, samedi comme dimanche, c’est suffisamment rare pour qu’il soit important de le noter. Toujours prêt à renseigner, à échanger un commentaire ou même de temps à autre à glisser une blague ou deux. Que ce soit les commissaires, la police, l’organisation, les secours, vraiment tout le monde avait envie que tout se passe pour le mieux aussi bien pour les pilotes que pour le public. Alors quand on a l’habitude de se promener à Monaco, on sait que l’amabilité n’est pas toujours aussi accessible, raison de plus pour féliciter cette ambiance presque conviviale 48 heures durant.

Plus d'information :

Tag : 7ème Grand prix historique de monaco, GP historique de monaco, 7ème Grand prix de monaco historique



Avis

Devenez membre pour donner votre avis !

Donner votre avis