Les Nouveaux Animaux De Compagnie : Guide Pratique

Les nouveaux animaux de compagnie : guide pratique

Mygales, tortues, perroquets ou serpents suscitent un engouement grandissant auprès du public. Ces espèces, beaucoup moins conventionnelles que les chiens et les chats, sont appelées "nouveaux animaux de compagnie" ou NAC. Voici quelques conseils pratiques et règles à connaître avant de céder à la mode des NAC.

Qu'est-ce que les NAC ?

Les nouveaux animaux de compagnie, souvent désignés par l'acronyme NAC, sont des compagnons beaucoup moins conventionnels que les chiens et les chats.

Cette appellation regroupe un très grand nombre et une très grande diversité d'espèces, comme des oiseaux, des rongeurs, des poissons, des reptiles, des amphibiens, des insectes et araignées, voire des cochons et des singes.

L’expression "nouveaux animaux de compagnie" est d’ailleurs le plus souvent erronée.
Elle peut en effet désigner des espèces qui ne sont pas nouvelles comme animaux de compagnie (le furet, par exemple, a été domestiqué autrefois pour chasser les souris) ou des animaux sauvages qui devraient rester dans leur milieu naturel.

Quels sont les risques liés aux NAC ?

La mode actuelle pour les nouveaux animaux de compagnie soulève plusieurs problèmes :
• les NAC peuvent être des animaux sauvages capturés dans la nature, ce qui perturbe les équilibres écologiques et met en péril diverses espèces dans le monde
• ils peuvent faire l’objet d’un trafic illicite
• leur détention pose des problèmes en termes de santé publique : risques de morsures, venimeuse ou non, et de griffures, risques de transmission de maladie à l’homme (zoonose)
• ces espèces peuvent être relâchées ou s'évader dans la nature et devenir invasives ou nuisibles pour la faune locale, comme la tortue de Floride (risque de marronnage)
• ces animaux, parfois assez méconnus des vétérinaires habituels, sont plus difficiles à élever et à soigner, ce qui entraîne des maltraitances involontaires de la part de leur propriétaire.

Que faut-il savoir à propos des NAC ?

Il faut tout d’abord faire la distinction entre des animaux domestiques très anciens (comme les furets ou les lapins) dont le commerce est sans impact sur la biodiversité et des animaux sauvages dont la possession est strictement réglementée (reptiles, amphibiens, oiseaux, primates et autres aranéides).

La Convention sur le Commerce international des espèces de faune et de flore sauvages menacées d’extinction (CITES) classifie les différentes espèces selon que leur commerce est plus ou moins autorisé ou interdit.

Selon les espèces, le propriétaire peut être amené à demander une autorisation de détention ou un certificat de capacité. En France, les animaux venimeux doivent être déclarés à la DSV (Direction des Services Vétérinaires) et les propriétaires doivent être titulaires d’un certificat de capacité spécifique.

Pour éviter toute infraction, renseignez-vous auprès d’un vétérinaire avant tout achat. Il pourra aussi vous informer sur les contraintes et le mode de vie de l’animal. En bref, l’achat coup de cœur est particulièrement déconseillé quand il est question des NAC.

Par ailleurs, si vous regrettez votre achat, ne relâchez surtout pas l’animal dans la nature mais parlez-en à un vétérinaire qui pourra lui trouver une place dans un parc zoologique.

Plus d'information :

Tag : nouveaux animaux de compagnie, NAC, réglementation NAC, animaux de compagnie, animaux domestiques, furet, reptiles, rongeurs , espèces, NAC, animaux de compagnie, faune, amphibiens, reptiles, oiseaux, chats, chiens, vétérinaire, Biodiversité, lapins, furets, animaux domestiques, vétérinaires, marronnage, tortue de Floride, primates, Parc zoologique, aranéides, Convention, international, infraction, Flore, CITES, venimeux, France, singes, nuisibles, tortues, perroquets, serpents, acronyme, rongeurs, poissons, insectes, araignées, cochons, furet, domestiqué, souris, équilibres écologiques, santé publique, venimeuse, zoonose, invasives, mygales,



Avis

Devenez membre pour donner votre avis !

Donner votre avis