Qu'est-ce Que L'amniocentèse ?

Qu'est-ce que l'amniocentèse ?

Proposée à près de 10% des femmes enceintes, l'amniocentèse est un prélèvement de liquide amniotique pendant la grossesse. Cet examen est actuellement la seule méthode de diagnostic prénatal permettant de déceler avec certitude des anomalies chromosomiques et génétiques chez le fœtus.

Présentation

L’amniocentèse est un examen qui consiste à prélever stérilement du liquide amniotique pendant la grossesse.

Ce prélèvement est le plus souvent effectué pour écarter un risque d’anomalie chromosomique, principalement la trisomie 13, 18 ou 21.

Cet examen est possible à partir de la 15e semaine d’aménorrhée et jusqu’au terme de la grossesse.
A noter : quand il y a une indication médicale et à partir de 38 ans, cet examen est remboursé par la Sécurité sociale.

Quel est le déroulement de l'examen ?

L’amniocentèse se déroule toujours sous contrôle échographique, afin de ne pas toucher le bébé.

Le gynécologue obstétricien localise le fœtus au moyen d’une échographie puis il désinfecte la peau du ventre de la mère et pique dans l’abdomen une aiguille très fine,
Il prélève 20 ml de liquide amniotique qui sont ensuite envoyés dans un laboratoire pour analyse.

Le prélèvement de liquide amniotique ne dure que quelques minutes et n’est pas plus douloureux qu’une prise de sang. La maman peut ressentir une sensation de tiraillement.

Cet examen ne nécessite aucune préparation particulière : il n’est pas nécessaire d’être à jeun ou de boire de l’eau, comme pour une échographie. Il faut toutefois se reposer pendant un jour ou deux après l’examen.

A noter : il faut attendre entre deux et trois semaines pour obtenir les résultats d'une amniocentèse, ce qui est très éprouvant pour les futurs parents.

Quand l'examen est-il prescrit ?

L'amniocentèse est prescrite le plus souvent dans les cas où le fœtus présente des risques importants d’anomalie chromosomique.

Pour évaluer ces risques, trois éléments sont pris en compte :
• l'âge de la mère
• l'échographie du premier trimestre, qui permet de mesurer la nuque du bébé (quand celle-ci est épaisse, les risques sont plus importants)
• la prise de sang, qui détermine un seuil de risque d'avoir un enfant trisomique.

Cet examen est également recommandé lorsque la femme enceinte contracte la toxoplasmose car cette maladie peut infecter le liquide amniotique et provoquer des malformations chez le fœtus.

Il permet de détecter certaines maladies héréditaires du métabolisme ou certaines anomalies du système nerveux central.

Cet examen sert non seulement à dresser la carte des chromosomes du fœtus, mais aussi à surveiller l’évolution des grossesses à risques (par exemple, Incompatibilité de rhésus ou évaluation de la maturité des poumons).

Les risques de l'amniocentèse

L’amniocentèse comporte un risque de fausse-couche, minime mais réel : 1% des femmes enceintes ayant subi ce prélèvement font, par la suite, une fausse-couche.

Quand l’examen est pratiqué entre 26 et 34 semaines de grossesse, il y a une possibilité d’accouchement prématuré.

A noter : il arrive aussi que le prélèvement échoue (la ponction peut ne pas ramener de liquide) ou contienne du sang, ce qui le rend ininterprétable.

Plus d'information :

Tag : amniocentèse, risques amniocentèse, risque amniocentèse, amniocentèse trisomie, amniocentèse trisomie 21, déroulement amniocentèse, diagnostic prénatal



Avis

Devenez membre pour donner votre avis !

Donner votre avis