Phytothérapie : C’est Quoi, Les Plantes Adaptogènes ?

Phytothérapie : c’est quoi, les plantes adaptogènes ?Image ©Alpsdake

Les plantes adaptoge?nes sont la toute dernière tocade a? Los Angeles. Bien avant de séduire les adeptes d’un mode de vie "healthy", ces plantes ont été utilisées pendant des siècles par les médecines traditionnelles. Mais au fait, de quoi s’agit-il exactement ? Et quels bienfaits peut-on en attendre ? Explications.

Ça veut dire quoi, adaptogène ?

Les plantes adaptogènes sont certaines plantes médicinales qui augmentent la capacité de notre organisme à s’adapter aux différents stress, physiques ou psychiques.

Ce concept a été inventé en 1947 par le pharmacologue russe Nicolaï Lazarev pour décrire l'action de certaines plantes comme le ginseng.

Selon la définition de Nicolaï Lazarev, un adaptogène est "une substance pharmacologique capable d'induire dans un organisme un état de résistance augmentée non spécifique permettant de contrebalancer les signaux de stress et de s'adapter à un effort exceptionnel".

Il faut toutefois préciser qu’un concept équivalent existe dans la médecine traditionnelle chinoise depuis des milliers d’années. On parle de "toniques supérieurs" pour des plantes qui régulent les diverses fonctions de l’organisme, augmentent l’énergie et favorisent globalement la santé sans traiter de maladie spécifique.

De nos jours, le terme "adaptogène" est encore utilisé pour caractériser certaines plantes médicinales qui augmentent la résistance au stress, la concentration, la performance et l’endurance en cas de fatigue ou de stress.

Quelles sont les particularités de ces plantes ?

Dans les années 1960, les travaux de Nicolaï Lazarev ont été poursuivis par son élève Israël Brekhman qui s’est notamment intéressé aux effets de l’éleuthérocoque.

Dès 1968, Israël Brekhman définit trois critères qui caractérisent les plantes adaptogènes :

=> elles augmentent de manière non spécifique la résistance de l'organisme contre les agressions de différente nature (physiques, chimiques ou biologiques)

=> elles ont un effet normalisateur, quel que soit les changements subis par rapport aux normes physiologiques

=> elles présentent une absence de toxicité et d’influence sur les fonctions normales de l’organisme.

De nos jours, on définit une plante adaptogène comme une plante ayant un effet général sur l’organisme (elle n’agit pas sur un organe, une fonction physiologique ou une pathologie en particulier) et une action normalisatrice (elle augmente la capacité du corps à s’adapter et à résister à différents facteurs de stress).

Comment agissent-elles ?

Si les plantes adaptogènes intéressent autant les chercheurs et les adeptes d’une vie saine, c’est parce qu’elles ont un mode d’action très particulier sur l’organisme.

On les décrit parfois comme des plantes anti-stress et anti-fatigue, mais c’est une façon très réductrice de décrire leurs bienfaits.

Contrairement à d’autres plantes calmantes, les plantes adaptogènes ne se contentent pas de réduire les symptômes du stress mais ont un effet protecteur vis-à-vis des facteurs de stress auxquels nous sommes exposés de manière chronique.

Un peu à la manière d’un vaccin, ces plantes exercent une stimulation "douce" de nos mécanismes neuroendocrinien et immunitaire de réponse au stress ou "stress-system". Ou, si vous préférez une autre image : de même que les exercices physiques répétés augmentent l’endurance de notre corps, les cures de plantes adaptogènes augmentent la résistance du corps aux facteurs de stress.

Grâce à ces plantes, votre organisme devient moins réactif au stress et subit moins les effets néfastes de ces aggressions (fatigue, anxiété, insomnie etc.).

Quelles sont les plantes en question ?

Plusieurs plantes adaptogènes sont aujourd’hui bien connues et identifiées :
=> le ginseng (Panax ginseng L.)
=> l’éleuthérocoque ou ginseng russe (Eleutherococcus senticosus Maxim.)
=> la rhodiole aussi appelée orpin rose ou ginseng de Sibérie (Rhodiola rosea L.)
=> le schisandra de Chine (Schisandra chinensis Turcz. Baill.)
=> l’ashwagandha (Withania somnifera (L.) Dunal).

On peut aussi inclure dans les substances adaptogènes le champignon reishi ou champignon de la longévité.

Parmi ces remèdes de phytothérapie, l’un des plus connus est le ginseng, plante millénaire du tonus dont l’usage remonte à l’Antiquité.

Aujourd’hui, le ginseng est recommandé pour son action tonique générale sur les performances physiques et intellectuelles.

Moins connu mais tout aussi efficace, l’éleuthérocoque est un arbuste épineux originaire de Chine et du Japon de la même famille que le ginseng (Araliacée).

La racine d’éleuthérocoque est traditionnellement utilisée en médecine chinoise ainsi que par les chamans sibériens.

Aujourd’hui, elle est indiquée en cas de fatigue physique et intellectuelle, notamment chez les personnes âgées oules étudiants en période d’examens.

Comme elle améliore la capacité de l'organisme à fournir un effort physique et à récupérer ensuite, elle a autrefois été utilisée par les cosmonautes russes et par les athlètes des anciens pays de l'Est !

Enfin, la rhodiole est l’une des plantes les plus utilisées dans les médecines traditionnelles et les plus étudiées par la science car elle est à la fois relaxante et tonifiante. Ses vertus toniques sont connues depuis plus de 3000 ans en Sibérie et en Scandinavie.

Plus d'information :

Tag : plantes adaptogènes, plantes adaptogènes définition, plantes adaptogènes bienfaits, plantes adaptogènes exemples, plante adaptogène, plantes adaptogènes anti stress, plantes adaptogènes sommeil , stress, ginseng, fatigue, Plante, Lazarev, endurance, champignon, Chine, schisandra, de nicolaï, phytothérapie, Sibérie, médecines traditionnelles, Israël, plantes médicinales, physique, russe, rose, Rhodiola rosea, Maxim, Panax, tonus, Dunal, tonique, Scandinavie, Pays de l'Est, cosmonautes, Chamans, médecine chinoise, Racine, Araliacée, famille, Japon, arbuste, insomnie, anxiété, réactif, Santé, Énergie, médecine traditionnelle chinoise, pharmacologique, substance, Nicolaï, pharmacologue, 1947, Los Angeles, Maladie, années 1960, 1968, neuroendocrinien,



Avis

Devenez membre pour donner votre avis !

Donner votre avis