L'électronique Verte : Un Défi Pour Demain

L'électronique verte : un défi pour demain

A l’heure où les produits high-tech sont de plus en plus nombreux dans notre quotidien, ils demeurent peu respectueux de l'environnement malgré les normes et les engagements des constructeurs. L’électronique verte, qui a pour ambition de réconcilier technologie et écologie, est un domaine de recherche au cœur des préoccupations actuelles.

Les enjeux de l'électronique verte

L'électronique verte est une approche destinée à rendre les produits high-tech plus respectueux de l’environnement.

En effet, malgré l’engagement de certaines entreprises en faveur des énergies renouvelables et des matériaux recyclables, une grande part des appareils que nous utilisons chaque jour restent très peu écologiques. Ils s'accompagnent d'emballages encombrants, contiennent des produits toxiques difficiles à recycler et sont de grands consommateurs d'énergie.

Un domaine de recherche

Si le concept d’électronique verte est encore peu connu du grand public, il intéresse actuellement les chercheurs et les constructeurs dans le domaine de la microélectronique.

En 2007, l’Institut Supérieur d'Electronique de Paris ou Isep s’est ainsi associé avec le CNAM Conservatoire national des arts et métiers pour créer un laboratoire de recherche pour "l'électronique verte".

Ce laboratoire baptisé LAETITIA (Laboratoire en Architecture Electronique, Traitement du signal, Image et Télécommunications pour l'Industrie et futures Applications) est dirigé par Michel Terré et réunit une équipe d’une quinzaine de chercheurs et autant de doctorants.
Il a notamment pour vocation de développer une une électronique durable et basse consommation.

Par ailleurs, "l'électronique verte et le développement durable" a été choisi pour thème du Forum SAME 2008, le Sophia antipolis Micro-Electronics Forum.
Ce choix témoigne d’une tendance actuelle forte dans le monde de la microélectronique vers les puces et circuits beaucoup moins gourmands en énergie.

Les enquêtes de Greenpeace

Greenpeace publie régulièrement les résultats d'une enquête sur les produits électroniques intitulée "En route pour une électronique verte".

Cette enquête évalue différents produits high tech en fonction des trois grands défis écologiques que l’industrie électronique doit relever : toxicité, efficacité énergétique et recyclage :
• présence de substances chimiques dangereuses comme le Pvc et les retardateurs de flamme bromés, les phtalates, les composés d’antimoine ou le béryllium
efficacité énergétique : le fabricant fournit-il aux consommateurs une assistance pour réduire sa consommation énergétique (conseils dans le mode d’emploi, réglages de base de l’appareil au plus efficace, calculateurs proposés pour vérifier la consommation de l’appareil) ?
cycle de vie : durée de vie plus ou moins longue du produit et capacité à être plus ou moins bien recyclé.
Des points de bonus sont attribués pour certaines innovations écologiques : élimination de toxiques dans certains composants comme la Carte mère ou l’écran, audit énergétique de la chaîne de production, etc.

En 2008, seuls trois produits obtiennent la moyenne selon ce barême : l'ordinateur portable Sony Vaio TZ11, le Téléphone portable Sony Ericsson T650i et l'ordinateur de poche Sony Ericsson P1i.
Vous pouvez retrouver les résultats de cette enquête en suivant le lien ci-dessous.

Plus d'information :

Visitez le site : http://www.greenpeace.org/raw/content/france/presse/dossiers-documents/enqu-te-en-route-pour-une-ele.pdf

Tag : électronique verte, critères électronique verte, enquête Greenpeace électronique verte, recherche en électronique verte, ISEP, microélectronique, électronique durable



Avis

Devenez membre pour donner votre avis !

Donner votre avis