Le Commerce équitable

Le commerce équitable a pour principe d’assurer une juste rémunération et des conditions de travail normales aux producteurs et artisans des pays défavorisés. Cette forme d’échange, qui s’engage également en faveur de la préservation de l’environnement et de la production de produits de qualité, est en plein développement.

Présentation

Le commerce équitable consiste à garantir un prix "équitable" à des artisans ou à des groupements de petits producteurs qui, en raison de leur petite taille, peuvent difficilement se plier aux cours pratiqués sur les marchés classiques.
Il a été défini par les quatre structures internationales FLO, IFAT, NEWS et EFTA comme "un partenariat commercial fondé sur le dialogue, la transparence et le respect, dont l’objectif est de parvenir à une plus grande équité dans le commerce mondial".
Ce type de relations commerciales contribue au développement durable en offrant de meilleures conditions commerciales et en garantissant les droits des producteurs et des travailleurs, notamment dans les pays en développement.
Même si cette forme de commerce représente encore une part très marginale du commerce international, on estime qu’elle vient en aide à 1,5 millions de producteurs dans le monde.

Les origines du commerce équitable

A la fin des années 1950, Leslie Kirkley, directrice d'OXFAM (une organisation humanitaire de Grande-Bretagne) a l'idée de vendre dans les boutiques d'OXFAM les produits confectionnés par des réfugiées chinoises.
L'importation et la vente de produits artisanaux devient dès lors une pratique systématique d'Oxfam, qui crée, en 1964, la Première organisation de commerce alternatif l’Alternative Trade Organizations (ATO).
Aux Pays-Bas, la Première "boutique du monde" vendant des produits artisanaux est ouverte en 1969.
Des boutiques associatives voient le jour un peu partout en Europe mais n’atteignent qu’un public restreint.

Les labels

Le premier label de commerce équitable, Max Havelaar, a été créé en 1988, à l'initiative de deux néerlandais, Nico Roozen et Frans Van Der Hoff et de l’association Solidaridad.
La labellisation a permis à des produits équitables d'être vendus en-dehors des boutiques du monde et de se faire connaître d’un public beaucoup plus vaste, tout en assurant la traçabilité des produits.
D'autres labels de commerce équitable ont été créés dans les années 1990 et se sont regroupés dans l’association FLO (Fairtrade Labelling Organizations).
En 2007, 16 membres de la FLO utilisent pour label commun l’International Fairtrade Certification Mark pour des produits comme le riz, le cacao, le coton, le Café ou le thé.
L’association NEWS, fondée en 1994, regroupe pour sa part 15 associations nationales de 13 pays européens et près de 100.000 bénévoles. Elle compte 400 groupements de producteurs bénéficiaires dans 50 pays du "Sud".

Le boom du commerce équitable

Le commerce équitable est le marché qui connaît la croissance la plus rapide au monde.
Son chiffre d’affaire global est passé de 220 millions d’euros en 2000 à plus de 1,14 milliard d’euros en 2005.
En 2006, les ventes de produits équitables ont augmenté en moyenne de 55 % au Québec, représentant une part du marché est de 2 à 3 %.
En avril 2006, 42 % des Français déclaraient avoir acheté des produits équitables au cours des douze derniers mois.

En savoir plus

En France, le développement du commerce équitable a été soutenu par les réseaux Artisans du Monde, Alter Eco, Ethiquable et Minga, dont voici les sites Internet :
- http://www.artisansdumonde.org/
- http://www.altereco.com/
- http://www.ethiquable.com/
- http://www.minga.net/.

Plus d'information :

Visitez le site : http://www.artisansdumonde.org/

Tag : commerce équitable, labels commerce équitable, produits commerce équitable



Avis

Devenez membre pour donner votre avis !

Donner votre avis