Photos HDR
 

Apiculture

Apiculture

Pratiquée depuis des millénaires sur tous les continents, l’apiculture mêle des méthodes ancestrales, telles que l’enfumage, aux technologies modernes, comme l’étude du trajet des abeilles équipées de microréflecteurs radar. On recense en France 1 345 000 ruches et 80 000 dont 20 % sont des professionnels et 80 % des amateurs.

Présentation

L'apiculture est l’élevage des abeilles en vue d’exploiter les produits de la ruche que sont le miel, le pollen, la cire, la gelée royale et la propolis.
Le travail de l’apiculteur consiste à procurer à l’abeille un abri et des soins et à veiller sur son environnement, avant de récolter une partie mesurée de ces différents produits.

Histoire

On estime que l’homme élève des abeilles depuis environ 12 000 ans.
L’apiculture était déjà une pratique courante dans le Haut-Empire égyptien, soit près de 2500 ans avant notre ère, comme en témoignent des représentations de l’extraction et de la conservation du miel, découvertes dans le temple du roi Ne-Ouser-Rê à Abou-Gourab.
Si les premières ruches étaient vraisemblablement de simples troncs creusés ou des constructions en écorce de liège, Pline l'Ancien décrit avec précision certains modèles de ruches en planches.
Aux XIXème et XXème siècles, une approche scientifique et rationnelle de cet élevage a conduit à la mise au point des ruches modernes, dotées de rayons mobiles (pour intervenir dans la ruche sans la détruire), de dimensions précises et standardisées.
L’invention du cadre mobile par Debeauvoys en 1844 marque d’ailleurs le début de l’apiculture moderne.

La colonie d’abeilles

L’apiculture consiste principalement à veiller à l’état démographique des ruches.
Une colonie d’abeilles se compose d’une reine, de nombreuses ouvrières, de faux bourdons (les mâles) et de couvain (terme qui désigne les œufs, les larves et les nymphes).
La colonie d’abeilles accumule un maximum de provisions pendant la saison favorable pour survivre pendant l'hiver (dans les pays du Nord) ou la saison sèche (dans le Sud).
La population de la colonie varie suivant les saisons de 30 000 à 70 000 individus en période d’abondance et de récolte à 6 000 individus pendant l’hiver.

La ruche

La ruche est le lieu de vie construit par l’apiculteur pour recevoir une colonie d’abeilles.
On distingue en apiculture deux grandes familles de ruches : les ruches divisibles (qui s'agrandissent par empilement vertical) et celles qui s'agrandissent par ajout de cadres latéraux.
Les ruches portent souvent le nom de leurs inventeurs : ainsi, les ruches verticales les plus courantes en France sont les ruches Dadant, Langstrot et Voirnot.

L’abeille

L’apiculture est l’élevage de l’abeille domestique ou Apis mellifera, "abeille à miel". Cette abeille est le seul insecte, avec le bombyx du mûrier (le ver à soie), à avoir été domestiqué par l’homme.
Déjà présente il y a quatre millions d’années sur Terre, cette espèce présente une adaptabilité exceptionnelle.
L’abeille peut retourner à l’état sauvage lorsqu’elle s’échappe du rucher à l’occasion de l’essaimage (multiplication artificielle des colonies par l’éleveur), ou devenir domestique à l’occasion de la capture d’un essaim sauvage.
L’abeille est également un bon indicateur de l’état de l’environnement et certains produits phytosanitaires ont été interdits suite aux interventions des apiculteurs.

Les protections nécessaires

Le risque de piqûre inhérent à la pratique de l’apiculture nécessite le port de protections.
Il s’agit d’une tenue de couleur claire, généralement blanc crème, (car les abeilles attaquent les parties sombres) protégeant l’ensemble du corps, d’une coiffe munie d’un voile métallique suffisamment serré et de gants.

L’enfumage

Toute intervention à l’intérieur de la ruche nécessite l’enfumage de la colonie.
Cette opération se fait à l’aide d’un enfumoir : la fumée est produite par un combustible (paille, aiguilles de pin, carton) emprisonné dans un récipient en tôle, dont la combustion incomplète produit beaucoup de fumée. Un soufflet permet de chasser la fumée du récipient à travers une Cheminée conique et de diriger son flux.

Apiculture sédentaire ou pastorale

L’apiculture sédentaire se pratique dans des ruches fixes, avec un rayon de récolte autour du rucher de 2 à 3 kilomètres.
L’apiculture pastorale, une pratique très ancienne, consiste à déplacer les ruches de site en site au gré des miellées.
De nos jours, ces déplacements de ruches se font par route, à la tombée de la nuit.
Ces déplacements permettent de commencer la récolte de pollen dans les plaines et vallées précoces d’avril à juin, puis de profiter des floraisons plus tardives de montagne, en juillet et août, pour finir par les récoltes de miellats de sapin, avant l’hivernage.

Avis

Devenez membre pour donner votre avis !

Donner votre avis