Invader à Marseille : Un Jeu De Piste Artistique Dans La Cité Phocéenne

Invader à Marseille : un jeu de piste artistique dans la cité phocéenneImage ©Invader

Après Paris, Londres, Tokyo et Los Angeles, c’est à Marseille que le street artist français Invader a disséminé ses célèbres mosaïques. L’événement "Invader was here", organisé en collaboration avec le Mamo, est l’occasion de redécouvrir la cité phocéenne en partant à la chasse aux mosaïques.

Invader, un street artist français

Peut-être avez-vous déjà croisé au détour d’une rue de petites créatures en mosaïque sur les murs. Ces Space Invaders qui semblent tout droit sortis du jeu vidéo des années 1980 sont l’oeuvre d’un street artist français : Invader.

Invader est né dans les années 1970 et a étudié à l’école des beaux-arts à Paris. C’est en 1996 qu’il a posé sa première mosaïque urbaine en forme de Space Invader dans le quartier de la Bastille à Paris.

Depuis, il s’est mis à installer ses œuvres dans toutes les villes du monde. On compte aujourd’hui 3954 Space Invaders à travers dans le monde. L’une de ses créations, baptisée "space2" est même partie dans l’espace à bord d’Ariane 5 pour être installée à bord de la Station spatiale internationale !

Aujourd’hui, ses mosaïques ne représentent plus seulement des extra-terrestres (les Space Invaders du jeu vidéo) mais aussi des animaux et des personnages réels ou imaginaires.

Ses œuvres sont uniques et sont cartographiées par l’artiste lui-même, qui les installe souvent la nuit, sans autorisations. Tout comme Banksy Invader souhaite garder son anonymat et se met en scène masqué ou déguisé.






Une invasion artistique

Les mosaïques d’Invader se répandent dans le monde entier et plus particulièrement à Marseille depuis l’été 2020. L’artiste a en effet été invité au Mamo, le centre d’art ouvert en 2013 sous l’impulsion du célèbre designer Ora-ïto.

Marseille est ainsi devenue la deuxième grande ville française à avoir été "colonisée" par les Space Invaders après Paris. Ne vous étonnez pas si vous croisez de petites créatures en mosaïque sur les murs, au détour d’une rue ou dans les recoins de la Cité Radieuse où une installation-atelier inédite est actuellement consacrée à l’artiste...

Sur son site web officiel, Invader explique :
"Cet été, j'ai été invité à réaliser une exposition au MaMo, le centre d'art créé par Ora-ïto dans l'ancien gymnase situé sur le toit de la Cité Radieuse à Marseille. J'ai pour l'occasion transformé le lieu en base opérationnelle et ai repoussé les frontières symboliques et physiques du lieu en réalisant une exposition-invasion à l'échelle de la ville entière."

En plus des mosaïques éparpillées aux quatre coins de la ville, vous pouvez jusqu’au 11 novembre prochain voir de l’extérieur la base opérationnelle de l’artiste et tout son matériel (carte, dessins, outils, masques …) sur le toit terrasse de la Cité Radieuse !

Tout cela semble laissé à l’abandon, puisque le street-artist est à présent parti envahir d’autres lieux...

"C’est la première fois depuis l’ouverture du MaMo qu’il n’y aura pas d’exposition à visiter. L’espace sera seulement visible depuis l’extérieur, comme si l’on jetait un œil à la base d’un super-héros. Invader n’a pas voulu qu’on ouvre pour garder le côté mystérieux. Ça m’arrange, c’est très Covid-compatible", a confié Ora-ïto au journal Le Monde





Un jeu de piste dans la ville

Après avoir épié le camp de base de l’artiste à la Cité Radieuse, partez à la recherche de ses oeuvres ! Il y en a 100 en tout, éparpillées dans l’espace urbain de la cité phocéenne.

Pour cette exposition à ciel ouvert, Invader a réalisé une prouesse en installant incognito plus de 80 œuvres en à peine deux mois, des Goudes à l’Estaque en passant par les Baumettes et le Vieux-Port.

Saurez-vous retrouver toutes ces mosaïques cachées dans les différents quartiers de la ville ? Ces créations, représentant des extra-terrestres mais aussi des objets et des personnages emblématiques de Marseille, ont été installées autour du MaMo et bien au-delà. Une véritable invasion en somme !





Dans la cité phocéenne, les Space Invaders sont mis en scène aux côtés d’un gabian, d’une bouteille de pastis ou de la fameuse Bonne Mère !

Avec les mosaïques disséminées dans la ville, Invader a rendu un hommage à la cité phocéenne, à sa culture et à ses plus célèbres ambassadeurs comme Fernandel et Zinédine Zidane !




Chaque mosaïque est unique et a été imaginée en fonction de son emplacement à Marseille, de l’esprit du lieu et de la culture locale. Ora Ïto explique :
"Les œuvres ont été pensées par rapport au lieu, rien n’est anodin. Si on voit une bouteille de pastis sur un mur, c’est sûrement qu’il y a un bar pas très loin… Idem aux Baumettes, Invader a mis des petits Daltons ! Et s’il y a un Fernandel quelque part, c’est parce que Fernandel a habité pas loin. Tout est symbolique."

Si vous voulez partir à la chasse aux mosaïques, notez qu’une carte de localisation des Space Invaders est disponible à la librairie Imbernon de la Cité Radieuse et sur l’application pour smartphone Flashinvaders.

Infos pratiques

L’exposition-invasion "Invader was here" se tient au Mamo du 28 août au 11 novembre 2020.

Adresse
MAMO, Centre d’art de la Cité Radieuse
280 Boulevard Michelet
13008 Marseille

Horaires
Ouvert tous les jours
de 9h à 18h

Tarif
Entrée gratuite

Plus d'information :

Visitez le site : https://mamo.fr/expositions/invader-was-here/

Tag : Invader, invader marseille, space invaders marseille, street art marseille, visiter marseille, idée sortie marseille, jeu de piste marseille, invader mamo, invader was here, moma marseille, ora ïto, mosaïque street art , Invader, Marseille, mosaïques, Cité Radieuse, Space Invaders, artiste, instagram, Paris, Pdt, mosaïque, Fernandel, MIS, français, street artist, Ora-Ïto, culture, extra-terrestres, 11 novembre, Baumettes, Août, bouteille, was, chasse, jeu vidéo, boulevard Michelet, 28 août, Smartphone, toit terrasse, street-artist, librairie, super-héros, espace urbain, partir, goudes, Zinedine Zidane, OEil, Vieux-Port, gymnase, Site web, Tokyo, Los Angeles, droit, années 1980, années 1970, école, 1996, Bastille, Ariane, Station spatiale internationale, animaux,



Avis

Devenez membre pour donner votre avis !

Donner votre avis