Interview Michel Gentelet : La Coupe Internationale De Nice Propose Un Programme Varié

Interview Michel Gentelet : la coupe internationale de Nice propose un programme varié

La compétition n'est pas née hier... A la 16e édition de la Coupe Internationale de Nice, on pourrait s'attendre à un programme figé, et 5 jours réglés comme du papier à musique... Que nenni! Pour Michel Genteley, vice-président du mondial de patinage à Nice en mars 2012, chaque année est différente.

Après 15 éditions, toute la compétition est rodée non?

Pas du tout! Ce n'est pas parce que cette compétition existe de puis 1995, que nous n'innovons pas! Nous ne voulons pas figer les choses. Autant que possible, nous essayons de changer le format et le contenu. Le but est pour nous, de répondre aux attentes du public, ne pas les décevoir et pourquoi pas, les surprendre!
C'est aussi pour nous, une excellente vitrine du patinage. Et comme au printemps prochain les championnats du Monde reviennent ici à Nice, cette année,le public local se sent un peu plus concerné que les éditions précédentes.

En tant que Vice-président des championnats du Monde 2012, je peux déjà assurer que Nice offre toutes les garanties pour que cet événement se déroule dans les meilleurs conditions et soit un succès populaire. En 2000, la compétition fut un véritable succès avec plus de 52.000 spectateurs sur les 6 jours de la compétition.


Quels sont donc les variations envisageables dans une compétition encadrée par la FFSG?

Le gala de clôture par exemple, une tradition dans les compétition de patinage et événement attendu par le public, n'est arrivé chez nous qu'en 2001. C'est une partie un peu indépendante du programme. Elle est importante pour les patineurs car c'est pour eux une manière de relâcher la pression. Se faire pleinement plaisir sur la glace. Montrer aussi un peu mieux leur personnalité car en compétition, le règlement limite quand même beaucoup l'imaginaire. Ils peuvent aussi tester des figures interdites voire insolites.
Pour le public, c'est un show à part entière. Les paroles sur les musiques sont autorisées, les costumes sont souvent plus attrayants. Le public passe de supporter à simple spectateur, c'est aussi un moment de détente pour lui.

La danse sur glace n'est représentée que depuis 3 ans. Cette année, pendant le gala, le NBAA propose un extrait du ballet sur glace "Avatar" qui malheureusement ne sera interprété que par 3 patineurs au lieu des 15. On ne peut qu'admirer le travail de recherche et de réalisation des costumes qui sont vraiment déroutants. Ils ont terminé 3e du championnat de France cette année. On attend de voir la réaction du public.

Quel est le véritable objectif de cette coupe internationale?

On a créé cette coupe par amitié pour les Polonais et les Russes. Avec très peu de moyens au départ, on voulait pouvoir se rencontrer, sportivement parlant, mais dans un bon esprit. Dans la convivialité. Dès les premières éditions, notre sérieux et la qualité de notre accueil a été salué. Les Russes ont largement participé à apporter à Nice le plus haut niveau mondial et ce avec une incroyable modestie.

Ce qui explique la renommé mondiale de ce rendez-vous niçois?

Certainement! Cette année, nous avons 184 patineurs d'inscrits, venant de 33 nations différentes. Nice créé aussi la surprise justement dans ces nations. Cette année, nous avons une patineuse qui nous vient de Porto Rico et même des garçons qui arrivent du Kazakhstan et de l'Ouzbékistan!! Mais aussi des australiens et des suédois. Et nous sommes vraiment très fiers de réunir le monde entier à Nice.

Plus d'information :

Tag : patinage artistique, patinage, coupe internationale de nice, coupe de nice, trophee bompart, florent amodio, didier gailhaguet, michel gentelet



Avis

Devenez membre pour donner votre avis !

Donner votre avis