Photos HDR
 

L'homéopathie

Près de 10 millions de Français recourent à l’homéopathie pour le traitement des maux courants comme l’insomnie ou le rhume. Bien que l’efficacité de cette méthode thérapeutique soit l’objet d’une vive controverse, les traitements homéopathiques, comme les granules d’Arnica ou d’Oscillococcinum, représentent 6 % des médicaments vendus en France. Le 1er janvier 2004, le remboursement des traitements homéopathiques a été diminué de 65 % à 35 % par le Ministère de la Santé. Revenons sur les fondements de cette méthode thérapeutique controversée.

Le principe

L’homéopathie est une méthode thérapeutique fondée sur le principe de similitude.
Selon ce principe, une substance qui provoque des effets semblables aux symptômes d’une maladie, serait capable de guérir cette maladie.

Origines et fondements de l’homéopathie

Les fondements de l'homéopathie ont été posés par le médecin allemand Samuel Hahnemann (1755-1843) en 1796.
Au principe de similitude, d’où cette thérapeutique tire son nom, ce médecin ajoute deux corollaires : le principe de dilution des substances actives et le principe de dynamisation.
Les substances utilisées étant généralement toxiques, Samuel Hahnemann a eu l’idée de diluer une part de substance active dans 99 parts d’eau pure. C’est ce que l’on appelle une dilution à 1 CH (CH signifiant centésimale hahnémannienne).
La solution obtenue peut être à nouveau diluée dans 99 parts d’eau pure pour obtenir une solution à 2 CH (correspondant à une dilution par 10 000) et ainsi de suite jusqu’à 30 CH, pour les produits homéopathiques les plus dilués.
Le principe de dynamisation consiste à agiter la solution entre chaque dilution. Selon Samuel Hahnemann, cette opération permettrait à la substance active de transmettre ses propriétés à la solution.

La pratique de l’homéopathie

La médecine homéopathique se caractérise également par l'adaptation du traitement à chaque patient par le praticien, appelé homéopathe.
Ce dernier recherche les symptômes présentés par le patient dans leur globalité, en dialoguant longuement avec lui.
La consultation et le dialogue avec un spécialiste sont donc également au centre de l’homéopathie. Les homéopathes déconseillent d’utiliser les remèdes homéopathiques sans en respecter les indications précises. Toute utilisation n'obéissant pas strictement aux règles de leur spécialité serait vouée à un échec thérapeutique ou à une rechute rapide et pourrait même conduire à l'aggravation de la maladie.
En outre, les médicaments homéopathiques, généralement considérés comme dépourvus d'effets secondaires, contiennent sous certaines formes (notamment les granules) des excipients à effet notoire, comme le lactose et le saccharose. Les personnes souffrant d’une intolérance à ces substances doivent donc prendre des précautions.

Les médecins homéopathes

En France, l'exercice médical de l'homéopathie est reconnu depuis 1997 par le conseil de l'ordre des médecins.
Un homéopathe est donc nécessairement un médecin, mais les remèdes homéopathiques, à l’instar d’autres médicaments, peuvent être prescrits par des professionnels de santé non médecin (dentistes, sages-femmes ou kinésithérapeutes).
Les remèdes homéopathiques sont vendus en pharmacie : on estime que 30 000 médecins généralistes en prescrivent et 23 000 pharmaciens en distribuent.

Efficacité de l’homéopathie

L'efficacité thérapeutique de l'homéopathie fait l'objet d'une vive controverse.
Alors que ses partisans font valoir les résultats obtenus sur les patients, pour ses opposants, aucune étude clinique classique n'a réussi à démonter scientifiquement la validité de cette méthode. Les traitements homéopathiques n’auraient pas un effet significativement supérieur à celui des placebo.
En France, cette méthode fait l’objet d’attaques de la part de l'Académie de médecine.
Les scientifiques dénoncent en particulier l'utilisation des dilutions extrêmes, au terme desquelles il serait pratiquement impossible que demeure dans les granules la moindre trace de substances actives.
Pour d'autres, les fondements de la médecine homéopathique pourraient se justifier par des hypothèses comme celle de la mémoire de l'eau ou par l'observation d'effets physico-chimiques de la dynamisation, mais la validité de ces théories est toujours débattue.

Un super placebo ?

Dans les faits, les granules homéopathiques soignent bel et bien certaines maladies bénignes.
Cela tient peut-être au fait qu’un médicament ne se réduit pas aux molécules chimiques qui le composent, mais agit aussi grâce à la confiance que le patient lui accorde en vue de sa guérison.
Dès lors, l’homéopathie aurait un effet placebo d’autant plus puissant que la prise des traitements y est ritualisée (un certain nombre de granules à prendre à intervalles ou à heures fixes).

Plus d'information :

Tag : homéopathie, homéopathe, traitements homéopathiques

Avis

  • Il est désormais possible de télécharger gratuitement la version internet du livre de l'homéopathe Adiel Caspi (Jerusalem), Secrets Du Traitement Homéopathique (266 p.) Parmi les nombreux sujets abordés, l'auteur montre que l'action des dilutions dites "immatérielles" peut être expliquée par les travaux de la physique quantum. Il montre également que si le "thème psychologique" du patient ne suffit pas toujours pour désigner le bon remède, c'est qu'il doit être complété par l'examen des modalités physiques de ses symptômes, conformément à l'enseignement des premiers maîtres de l'homéopathie classique. Un livre passionnant, qui sera trés utile pour tous les thérapeutes, quelque soit leur méthode. Il est téléchargeable sur www.efrathomeo.com

    13 décembre 2011

Devenez membre pour donner votre avis !

Donner votre avis