Conduite Et Médicaments : Quelles Sont Les Règles De Prudence ?

Conduite et médicaments : quelles sont les règles de prudence ?

Il est parfois risqué d’associer conduite et médicaments. La prise de certains traitements peut en effet entraîner des accidents de la route. Voici tout ce qu’il faut savoir sur les médicaments potentiellement dangereux pour les conducteurs.

Un système de pictogrammes

Conduite et médicaments ne font pas toujours bon ménage… d’où l’importance de vérifier les emballages de vos traitements avant de prendre le volant.

Depuis 2005, l’Agence française de sécurité sanitaire des produits de santé (Afssaps) a mis au point un système de classement pour signaler les médicaments qui peuvent avoir un retentissement sur les capacités de conduite.

Ce système est matérialisé sur l’emballage des médicaments par trois pictogrammes symbolisant un niveau de risque allant de 1 à 3.

Des risques pour les conducteurs

Les pictogrammes en question (triangles de couleur jaune, orange ou rouge portant le symbole d’une automobile) signalent les médicaments potentiellement dangereux et leur attribuent un niveau de risque (de 1 à 3).

De nombreux médicaments ont un retentissement avéré sur les capacités de conduite d’un véhicule. Certains traitements peuvent en effet entraîner une somnolence, des vertiges, des troubles de la vue ou de la coordination. Les tranquillisants et antidépresseurs, qui agissent sur le système nerveux central, sont connus pour entraîner somnolence et perte de vigilance.

La prise de médicaments, en particulier ceux portant un pictogramme de niveau 2 ou 3, est ainsi un facteur de risque comparable à la consommation d’alcool ou de drogues.

A noter : non seulement le risque augmente avec le nombre de médicaments consommés, mais l’association de plusieurs substances peut décupler les effets de chaque médicament.

Des accidents évitables

Une étude récente vient de confirmer que la prise de médicaments portant un pictogramme de niveau 2 ou 3 augmente significativement le risque d’être responsable d’un accident de la route.

Cette étude sur l’impact des médicaments sur la conduite estime à environ 3% la proportion d’accidents attribuables à la prise d’un traitement.

Même si ce chiffre peut sembler faible, il suffirait de tenir compte des indications figurant sur les emballages pour éviter nombre d’accidents.

Pour en savoir plus, nous vous invitons à consulter le site de l'Afssaps (lien ci-dessous).

Plus d'information :

Visitez le site : http://www.afssaps.fr/Infos-de-securite/Mises-au-point/Medicaments-et-conduite-automobile-Mise-au-point

Tag : conduite et médicaments, médicaments et conduite, médicaments et conduite automobile, conduire sous traitement, somnolence au volant, risque de somnolence, pictogrammes médicaments, accidents de la route



Avis

Devenez membre pour donner votre avis !

Donner votre avis