Photos HDR
 

L'aquaculture

En 2002, la production mondiale cumulée de la pêche et de l’aquaculture, c’est-à-dire de l’élevage animal ou végétal en milieu aquatique, atteignait environ 133 millions de tonnes. Alors que la pêche stagne, la culture en milieu aquatique se développe : d’après les prévisions de la World Aquaculture Society, ce secteur, qui représentait 35 millions de tonnes en l'an 2000, devrait en produire 52 millions en 2010 et 77 millions en 2025. Le développement de cette activité pourrait néanmoins être freiné par le fait qu’un kilo de poisson d'élevage nécessite la capture de sept kilos de poisson sauvage pour son alimentation.

Présentation

Le terme générique d'aquaculture recouvre toutes les activités de production animale ou végétale en milieu aquatique.
Cette activité qui se pratique en milieu marin, dans les rivières ou les étangs inclut des métiers divers, notamment la production de poisson (pisciculture), d'huîtres (ostréiculture), de moules (mytiliculture) ainsi que d'autres coquillages et de crustacés (écrevisses, crevettes de mer et crevettes d'eau douce, de "gambas" qui sont élevées en grande quantité au Brésil), sans oublier la culture des algues ou algoculture.
Ce secteur fournit 60 % des poissons d'eau douce, 40% des mollusques, 30 % des crevettes et 5 % des poissons d'eau de mer consommés dans le monde.

Une pratique très ancienne

L'aquaculture serait apparue en Égypte et en Chine quatre mille ans avant J.-C. Différentes espèces y étaient élevées pour l'alimentation ou pour des raisons esthétiques (poissons d'apparat).
Une activité aquacole extensive a été développée dans toute l'Europe dès le Moyen Âge, dans une multitude de mares et de réseaux d'étangs.

Développement récent de l’aquaculture

La production aquacole mondiale connaît depuis la fin du XXème siècle une augmentation spectaculaire, notamment l’élevage des saumons et truites, des crustacés, des moules, des palourdes et des ormeaux.
Il s’agit du secteur producteur d’aliments d’origine animale dont la croissance est la plus rapide, en particulier dans les pays en développement (la Chine et d’autres pays asiatiques étant de loin les plus grands producteurs).
Le développement de l’aquaculture n’est pas sans impact environnemental, direct (comme la destruction de mangroves pour y installer des élevages de crevettes) et indirects (production de farines alimentaires et usage d'antibiotiques et autres traitements).

Législation européenne

La Directive européenne 2006/88/CE du Conseil du 24 octobre 2006 précise les conditions de police sanitaire applicables à tous les animaux et produits d’aquaculture ainsi que les mesures à prendre pour prévenir certaines maladies des animaux aquatiques.
Cette directive concerne aussi les environnements susceptibles d’avoir une incidence sur le statut sanitaire des animaux élevés.
Elle concerne également les animaux aquatiques sauvages dans la mesure où ils peuvent, via l'environnement, altérer le statut sanitaire de la production aquacole ou pour des raisons de conformité à d'autres textes européens ou internationaux (comme la Directive 92/43/CEE du Conseil du 21 mai 1992 et la Convention sur le commerce international des espèces de faune et de flore sauvages menacées d’extinction dite CITES).
Cette directive jette les bases d'une "surveillance de la santé animale fondée sur le risque" et impose la traçabilité des produits aquacoles, afin de limiter les risques sanitaires qui risquent de croître avec le développement des aquacultures intensives,

Plus d'information :

Visitez le site : http://www.ifremer.fr/aquaculture/

Tag : aquaculture, pisciculture, élevage des poissons

Avis

Devenez membre pour donner votre avis !

Donner votre avis