Le Mémorial De L'abolition De L'esclavage

Le mémorial de l'abolition de l'esclavage

Il y a tout juste un an, la ville de Nantes, qui fut la première capitale de la traite négrière en France au 18 ème siècle, a ouvert le tout premier Mémorial de l'abolition de l'esclavage. Un mémorial qui a pour vocation de se souvenir d'un difficile passé qui reste pourtant tabou et d'alerter pour l'avenir.

Nantes: plaque tournante de l'esclavage

Premier port négrier de France au 18 ème siècle, la ville a organisé plus de 40% des expéditions négrières françaises et ses flottes ont déporté près de 450 000 captifs noirs vers l'Amérique.

C'est en 1998, durant l'anniversaire des 150 ans de l'abolition de l'esclavage que Nantes a décidé d'édifier un monument sur quai de la Fosse.

Toujours implanté sur le quai de la Fosse, le mémorial a été ouvert au public le 25 mars 2012, il est devenu le mémorial le plus conséquent d'Europe.

Présentation du mémorial

Un mémorial est l'incarnation d'un message politique, scientifique et d'un lieu dédié à la mémoire collective.

Ce n'est pas un centre de recherche, ni un musée (même s'ils comportent des documents forcément explicatifs), mais c'est d'abord un lieu à souvenir. Qui sert à se rappeler et surtout ne jamais oublier l'histoire.

Ce sont les artistes Krysztof Wodicsko et Julian Bonder, respectivement polonais et américain, qui se sont vus confier la construction du Mémorial de l'Abolition de l'Esclavage de Nantes.

Des projets multiples

Un projet urbain : construit dans un lieu qui a vu partir des centaines d'expéditions de traites, il vise à reconquérir les berges de la Loire. Il trace de nouveaux axes et lui donne un sens hautement symbolique.

Un projet artistique : L'architecture est conçue « comme une évocation métaphorique et émotionnelle de la lutte, principalement historique mais toujours actuelle, pour l’abolition de l’esclavage. Pour que cette évocation prenne forme, il faudra procéder à la transformation physique du site désigné et en renforcer le caractère symbolique. Relié spatialement et symboliquement au Palais de Justice par la passerelle Victor Schœlcher, le Mémorial affirmera l’importance du respect des droits de l’Homme ». Message de Krysztof Wodicsko et Julian Bonder

Un projet politique : Pour la ville nantaise, ce mémorial dépasse le cadre de l'histoire locale. Il rend hommage aux millions de victimes de l'esclavage à travers le monde entier, hommages à ceux qui ont résisté, qui se sont battus pour stopper ce mal. Il s'agit simplement de la construction d'une conscience collective.

Quelques dates pour se souvenir

26 Août 1789 : Déclaration des Droits de l’Homme et du citoyen.

1802 : Napoléon Bonaparte rétablit la traite et l’esclavage conformément à la législation en vigueur avant 1789.

1818 : Loi française abolissant la traite des Noirs. Elle sera renouvelée le 25 avril 1827 et le 22 février 1831.

1847 : 27 avril adoption du décret abolissant « définitivement » l’esclavage en France.

1865 : Les États-Unis promulguent le 13 ème amendement interdisant l’esclavage.

2000 : La Charte des droits fondamentaux de l’Union Européenne interdit l’esclavage, le travail forcé et la traite des êtres humains. En septembre, il y a l'entrée en vigueur de la Convention 182 de l’Organisation Internationale du Travail sur «l’interdiction des pires formes de travail des enfants ».

2001 : Loi française du 21 mai 2001 reconnaissant que la traite négrière et l’esclavage sont un crime contre l’humanité. La Conférence mondiale des Nations Unies contre le racisme, la discrimination raciale, la xénophobie et reconnaît « l’esclavage et la traite négrière transatlantique comme crime contre l’humanité ».

2005 : Le 2 décembre ont célèbre la Journée Internationale pour l’abolition de l’esclavage.

2008 : Ban Ki-moon, secrétaire général de l'ONU déclare : « Le commerce des esclaves a été aboli officiellement il y a 200 ans, mais cette violation flagrante des droits de l’homme persiste, alimentée par un manque de respect pour la dignité des êtres humains, une négation de leur humanité et par la pauvreté ».

« Où sont vos monuments, vos batailles, martyrs ?
 Où est votre mémoire tribale ? Messieurs, 
dans ce gris coffre-fort. La mer. 
La mer les a enfermés. La mer est l’Histoire. »
Derek Walcott, The sea is history, 
1979 (Antilles, États-Unis)

Plus d'information :

Tag : mémorial abolition esclavage, nantes, esclavage, mémorial, abolition de l'esclavage, martin luther king



Avis

Devenez membre pour donner votre avis !

Donner votre avis