Des Chercheurs Progressent Vers Une Pilule Contraceptive Mensuelle

Des chercheurs progressent vers une pilule contraceptive mensuelle

Pour éviter les risques d'oubli de pilule et grossesse non désirée, les scientifiques travaillent sur une pilule contraceptive mensuelle et non plus quotidienne

La pilule contraceptive

Les pilules contraceptives sont parmi les moyens les plus efficaces de prévenir une grossesse, mais uniquement si les femmes les prennent régulièrement chaque jour. La nature humaine étant ce qu’elle est, près de la moitié des femmes admettent avoir oublié de prendre une pilule au moins une fois tous les trois mois. En conséquence, environ 9% des femmes sous contraception orale tombent enceintes chaque année.

Ce nombre diminuerait presque certainement si les femmes devaient seulement se souvenir de prendre la pilule une fois par mois environ. C'est pourquoi les chercheurs du MIT et du Brigham and Women's Hospital (avec le soutien de la Fondation Gates) tentent de créer une pilule contraceptive une fois par mois.

Dans un article publié ce 4 décembre dans Science Translational Medicine, une équipe dirigée par Robert Langer, qui dirige l'un des plus grands laboratoires de génie chimique du monde au MIT, et par le Dr Giovanni Traverso, gastro-entérologue au Brigham and Women's Hospital et assistant professeur de génie mécanique au MIT, présente un polymère conçu pour survivre environ 30 jours dans l'environnement acide et rude de l'estomac humain. Ils ont chargé ce polymère avec du lévonorgestrel, un progestatif, qui est l’un des composants courants des pilules contraceptives populaires. Lors d'un test sur des porcs, ils ont constaté que la pilule mensuelle libérait à peu près la même quantité de lévonorgestrel dans le sang chaque jour.

Comment agirait la pilule mensuelle ?

Actuellement, les méthodes de contraception à longue durée d'action qui libèrent des contraceptifs nécessitent en permanence une procédure invasive, généralement sur le haut du bras, ce qui dissuade certaines femmes. D'autres méthodes à long terme, y compris les dispositifs intra - utérins et intravaginaux, dont certaines libèrent également des hormones empêchant la grossesse, nécessitent des insertions et des retraits effectués par des médecins. Une pilule à action prolongée donnerait aux femmes plus de contrôle sur leur contraception sans les complications des implants ou stérilets.

Le contraceptif décrit dans cette dernière étude est composé d’une gélule recouverte de gélatine contenant un minuscule dispositif en plastique contenant le médicament contraceptif lévonorgestrel. Une fois dans l'estomac, le revêtement se dissout et le dispositif en plastique s'ouvre pour former une étoile à six bras. Chaque bras a de minuscules compartiments de différentes tailles remplis de drogue; leurs formes différentes signifient différentes zones exposées à l'environnement de l'estomac, et cette zone détermine la rapidité avec laquelle le compartiment se dissout et libère son contenu sur une période de trois semaines.

Un concept qui peut s'étendre aux autres traitements

La technologie pourrait également être utilisée pour administrer d'autres médicaments. Déjà, Langer et son équipe ont testé le dispositif pour administrer des médicaments pour traiter le VIH et le paludisme chez les animaux, bien que pour des périodes plus courtes - environ une à deux semaines. Selon l’équipe, les pilules mensuelles construites à l’aide de cette technologie pourraient éventuellement traiter les diabétiques, les hypotenseurs, l’hypertension, la maladie d’Alzheimer et bien d’autres, libérant ainsi les patients de la nécessité de prendre des médicaments quotidiennement.

Les chercheurs ont l’intention de perfectionner la technologie, puis de la tester sur de plus gros animaux. «Nous voyons un nombre considérable d’applications potentielles», a déclaré Langer, qui, avec Traverso, a fondé la société Lyndra Therapeutics, afin de continuer à préparer la «pilule» pour les tests sur l'homme. «Nous sommes très optimistes et confiants de pouvoir transmettre cela aux humains dans les années à venir», a déclaré Traverso.

Plus d'information :

Tag : contraception, gynécologie, santé, femme, grossesse, naissance, pilule, oubli, risques, , pilule, pilule contraceptive, MIT, estomac, lévonorgestrel, grossesse, contraceptif, contraception, Environnement, polymère, plastique, animaux, pilules contraceptives, Maladie, implants, stérilets, diabétiques, drogue, gélule, paludisme, VIH, gélatine, minuscule, libère, hormones, invasive, contraceptifs, nature humaine, Contraception orale, fondation gates, 4 décembre, Science, génie chimique, Giovanni, gastro-entérologue, génie mécanique, acide, progestatif, test, sang, Désirée,



Avis

Devenez membre pour donner votre avis !

Donner votre avis

(c)