La Solitude Chez Les Jeunes Adultes

La solitude chez les jeunes adultesImage ©J.W.Vein

Des rapports récents indiquent que les jeunes adultes souffrent plus de la solitude

La solitude est une problème sanitaire et social

Les chercheurs et les décideurs reconnaissent de plus en plus que la solitude est un problème social et sanitaire d'une importance publique considérable.

Par exemple, le gouvernement britannique a nommé son tout premier "ministre de la solitude" en 2018, ce qui a débouché sur une page de 84 pages. «Stratégie nationale de lutte contre la solitude».
Cela a donné lieu à de nouvelles initiatives de recherche passionnantes, notamment la création d'un réseau financé par le gouvernement sur la solitude et l'isolement social en santé mentale., basé à l'University College de Londres.

Heureusement, la solitude est désormais à l'ordre du jour du public, des recherches concomitantes examinant les causes, les conséquences et les interventions.

Le sentiment de solitude est ressenti différemment selon l'âge

Au cours de la dernière année, deux grandes enquêtes américaines ont examiné les taux de solitude dans la population générale. Ces enquêtes ont produit des résultats quelque peu surprenants sur les personnes les plus touchées.

En 2019, YouGov a interrogé plus de 1000 adultes américains, posant des questions sur la solitude et l'isolement social. Fait intéressant, cette enquête a montré que 29% des milléniaux se sentaient toujours ou souvent seuls et 27% n'avaient pas d'amis proches. En revanche, les baby-boomers avaient des taux de solitude inférieurs, avec seulement 15% se sentant toujours ou souvent seuls et 16% seulement déclarant n'avoir aucun ami proche.

Il convient de noter que les résultats ont indiqué que les hommes se sentaient seuls plus souvent que les femmes, 23% des hommes se sentant toujours ou souvent seuls, contre 20% des femmes.

De même, l'enquête sur la solitude de 2020 de Cignade plus de 10 000 adultes américains, qui indique que les jeunes adultes ont des taux de solitude plus élevés que les adultes plus âgés. Cette enquête a indiqué que plus de 70% des jeunes adultes ont déclaré se sentir parfois ou toujours seuls, timides ou que personne ne les comprenait vraiment. Ces chiffres étaient beaucoup plus faibles chez les personnes âgées.

Encore une fois, cette enquête a révélé des taux de solitude plus élevés chez les hommes que chez les femmes, avec 63% des hommes ayant un score de solitude élevé (tel que défini par l'échelle de solitude de l'UCLA) par rapport à 58% des femmes.

En somme, les jeunes adultes ont tendance à ressentir la solitude plus fréquemment que les adultes plus âgés, les jeunes hommes étant particulièrement touchés.

L'impact des médias sociaux

Plusieurs facteurs peuvent affecter ces taux élevés de solitude chez les jeunes adultes. Le plus important est peut-être l'utilisation intensive des médias sociaux dans cette population.

Il est important de noter qu'un nombre croissant d'études indiquent que l'utilisation des médias sociaux peut exacerber la solitude et aggraver les troubles de santé mentale. Par exemple, une étude récente a démontré que les gros utilisateurs de médias sociaux sont trois fois plus susceptibles d'être déprimésque les utilisateurs occasionnels.

De même, une autre étude récente a permis de constater que les étudiants de premier cycle qui0 limitaient l'utilisation des médias sociaux à 30 minutes par jour avaient une réduction significative de la solitude et des symptômes dépressifs par rapport à un groupe témoin. En d'autres termes, les médias sociaux peuvent être mauvais pour votre santé mentale.

Fait intéressant, la plupart des gens reconnaissent qu'il s'agit d'un problème de santé mentale croissant.
Par exemple, un rapport récent démontre que 58% des Américains considèrent l'utilisation croissante des médias sociaux et des technologies associées comme une raison majeure de l'augmentation de la solitude, ce qui suggère en outre qu'il s'agit d'un domaine d'action.

Relations et structure familiale

Les changements sociaux, plus larges, liés à la famille et aux relations, affectent également la solitude des jeunes adultes. Par exemple, l'âge moyen du premier mariage a considérablement augmenté aux États-Unis, avec des statistiques récentes indiquant que seulement 29% des Américains âgés de 18 à 34 ans étaient mariés en 2018, contre 59% en 1978.

En revanche, Richard McAnulty de l'Université de Caroline du Nord écrit que "la monogamie en série est le scénario sexuel principal pour les jeunes adultes", tandis que d' autres recherches suggèrent un taux élevé de «branchement». Cela signifie que de nombreux jeunes adultes sont fréquemment exposés à un manège de relations, impliquant des ruptures amoureuses régulières entrecoupées de périodes de célibataires et de rencontres occasionnelles.

Quelques recherches lient ce mode de vie basé sur le «raccordement» à un sentiment accru de solitude et de symptômes dépressifs. De même, la rupture amoureuse a été identifiée comme un facteur de risque pour les résultats de santé mentale défavorables, car cela peut entraîner une perte de soutien social et émotionnel et une augmentation concomitante de la solitude chez les jeunes adultes touchés.

Une telle situation peut être exacerbée par le divorce chez les personnes âgées, avec des statistiques récentes indiquant un taux de divorce de plus de 40% aux États-Unis. Cela signifie que les jeunes adultes peuvent ne pas avoir la sécurité ontologique d'un foyer parental stable, ce qui a été démontré pour amortir l'impact de ces événements indésirables.

Les changements sociaux plus larges

Les travaux du sociologue de Harvard, Robert Putnam, indiquent une baisse abrupte de l'effectif des organisations aux États-Unis et au-delà. Cette baisse se manifeste dans divers domaines, notamment la baisse des taux de fréquentation des églises, l'appartenance à des syndicats et la participation à des organisations fraternelles.

Cela s'est accompagné d'une diminution de la socialisation informelle. Dans un exemple désormais célèbre, Putnam lui-même documente comment de plus en plus de gens "jouent aux quilles seuls""dans les salles de bowling américaines. Au Royaume-Uni, le pub local a souvent servi de plaque tournante pour la vie de quartier, mais des statistiques récentes indiquent que ceux-ci ferment au rythme d'environ 14 par semaine, laissant moins d'espaces communs.

Ceci est préoccupant car des recherches considérables indiquent que les personnes ancrées dans des réseaux communautaires ou familiaux ont tendance à avoir des taux plus faibles d'effets indésirables sur la santé mentale que celles qui sont isolées. Par exemple, plusieurs études indiquent que la solitude peut être un facteur de risque pour la dépression , ainsi qu'un obstacle à la récupération pour ceux qui ont une maladie mentale.

En effet, une récente enquête indique qu'environ 60 pour cent des personnes disent que leur solitude a eu un impact négatif sur leur santé mentale. Tout cela est un appel à l'action pour lutter contre la solitude des jeunes.

Ce qui peut être fait?

La recherche indique que les jeunes adultes, en particulier les jeunes hommes, sont vulnérables à des niveaux élevés de solitude, ce qui peut avoir un impact néfaste sur leur santé mentale. Cela suggère plusieurs domaines d'action et d'intervention adaptées à l'âge.

Premièrement, les jeunes adultes ont grandi à l'ère des médias sociaux. Certains peuvent ne pas avoir pleinement développé leurs compétences sociales ou acquis les compétences personnelles nécessaires pour réussir à socialiser et à se faire des amis. Cela implique un besoin de formation sur les compétences sociales et de cours de développement personnel sur mesure.

Deuxièmement, de nombreuses études établissent un lien entre l'utilisation des médias sociaux et la solitude, la dépression et une mauvaise santé mentale. Ce n'est pas une connaissance courante, et les jeunes adultes devraient être informés de cette recherche et encouragés à se déconnecter des médias sociaux pour se concentrer sur l'interaction dans le monde réel.

Troisièmement, chaque quartier et district compte un certain nombre de communautés préexistantes accessibles aux jeunes adultes ayant besoin de connectivité sociale. Cela peut inclure les églises, les syndicats et les organismes fraternels. Les dirigeants de ces communautés peuvent envisager de lancer des initiatives spécifiques aux jeunes qui peuvent mieux impliquer les jeunes dans ces communautés.

Les jeunes adultes ont généralement été négligés dans les débats sur la solitude et sa réduction. Cependant, ils constituent un groupe démographique vulnérable et des mesures supplémentaires sont nécessaires pour aider à résoudre ce problème sanitaire et social important

Plus d'information :

Tag : solitude, jeunes, adultes, adolescents, âge, social, psychologie, souffrance, , médias sociaux, santé mentale, États-Unis, facteur de risque, divorce, groupe, symptômes dépressifs, dépression, isolement social, 2018, effets indésirables, développement personnel, ontologique, sociologue, Harvard, Robert Putnam, socialisation, Putnam, quilles, maladie mentale, bowling, Royaume-Uni, pub, britannique, manège, Premier ministre, gouvernement, University, Londres, ordre, baby-boomers, UCLA, famille, age moyen, mariage, 1978, Nord, monogamie, branchement, district,



Avis

Devenez membre pour donner votre avis !

Donner votre avis

(c)