La Communication Non Violente : Un Outil Pour être Soi-même

La communication non violente : un outil pour être soi-même

La communication non violente ou CNV suscite un véritable engouement en France. Elle est de plus en plus utilisée dans les entreprises et les écoles pour régler les conflits et améliorer la communication. Par ailleurs, en nous incitant à identifier nos besoins véritables, cette méthode nous aide à être plus heureux en étant vraiment nous-mêmes.

Présentation de la CNV

La communication non violente ou CNV a été mise au point par Marshall Rosenberg. Cet Américain né en 1934 a élaboré cette méthode pour mieux communiquer avec les autres et désamorcer les conflits et la violence dans les relations.

Cette méthode est fondée sur l’empathie et le respect de soi et des autres.
Elle repose sur 4 principes :
• observer les faits plutôt que juger les autres
• exprimer ses sentiments
• identifier ses besoins
• formuler des demandes claires.

Etre à l'écoute de soi pour mieux s'ouvrir aux autres

Selon les principes de la communication non violente, pour être bien avec les autres et communiquer avec eux, il faut d’abord bien communiquer avec soi-même. Comment ? En identifiant ses véritables besoins et en sachant y répondre.

Cette démarche qui peut paraître simple de prime abord est un véritable travail sur soi. Elle ne se fait pas en un jour et implique de transformer ce qui doit l’être et de faire le deuil de ce qui n’est plus.

A la clé : une nouvelle manière d’être qui permet de retrouver le chemin vers soi-même et de s’ouvrir aux autres.

7 clés pour être vraiment soi-même

1) Apprendre à s’écouter : nos sentiments "négatifs" (colère, peur, désarroi) sont des signaux d’alerte qui se déclenchent quand nos besoins fondamentaux (d’affirmation de soi, de sécurité ou de reconnaissance) ont été négligés ; plutôt que de se laisser submerger par ces sentiments, il faut identifier nos besoins et agir pour y répondre.

2) Donner la priorité à ses besoins : il est essentiel de mener sa vie en fonction de ses besoins et non de ce que pensent les autres ; pour y parvenir, il faut accepter de déplaire à certaines personnes, voire d’aller contre l’avis de son entourage.

3) Se libérer de ses entraves : nos préjugés, croyances et automatismes ("je n’y arriverai jamais", "je dois faire ceci ou cela"), ainsi que notre attachement au passé et notre peur de l’avenir sont des entraves à notre libre-arbitre ; se libérer de ces conditionnements est indispensable pour profiter de la vie.

4) Etre fier de sortir du lot : le bonheur ne consiste pas à adhérer au choix du plus grand nombre mais à répondre au mieux à ses besoins véritables ; il faut donc résister à la tentation de "rentrer dans le moule", ne pas avoir peur d’être "hors norme".

5) Etre heureux plutôt qu’avoir raison : la communication non violente nous invite à changer notre façon de communiquer avec les autres ; il est inutile de chercher à avoir le dernier mot et plus constructif d’instaurer un rapport de collaboration et de compréhension mutuelle.

6) Accepter le désaccord : souvent, on n’ose pas dire "non" de peur de blesser les autres et on accepte mal de recevoir un "non". Pourtant, un désaccord ne doit pas être interprété comme un rejet. Au contraire, il faut poursuivre la discussion et s’exprimer pour désamorcer la violence.

7) Accepter ses émotions : être à l’écoute de soi, c’est aussi vivre le moment présent en acceptant l’alternance de moments heureux et de moments difficiles. Il faut accepter la tristesse et ne pas culpabiliser d’être heureux.

Plus d'information :

Visitez le site : http://nvc-europe.org/france/

Tag : communication non violente, CNV, la CNV, CNV France, Rosenberg, Marshall Rosenberg, être soi même, mieux communiquer



Avis

  • je trouve très bien votre article il va beaucoup m'aider un grand merci à vous

    14 août 2013

Devenez membre pour donner votre avis !

Donner votre avis