Boris Cyrulnik

Le psychiatre et éthologue Boris Cyrulnik est connu pour avoir développé la notion de "résilience" notamment dans les ouvrages Un merveilleux malheur et Les Vilains Petits Canards, qui ont connu un immense succès en France. Voici le portrait d’un homme pour qui la souffrance n’est pas une fatalité.

Qui est Boris Cyrulnik ?

Boris Cyrulnik, qui est né le 26 juillet 1937 à Bordeaux, est un médecin neurologue et psychiatre.
Ethologue de formation, c’est-à-dire spécialiste de l’étude du comportement, il a ouvert en France le champ de la recherche sur le comportement humain dans une approche résolument pluridisciplinaire, en bousculant au passage un certain nombre d’idées reçues.
Il est aujourd’hui responsable d'un groupe de recherche en éthologie clinique à l'hôpital de Toulon et enseigne l'éthologie humaine à l'Université du Sud-Toulon-Var.

La résilience

Boris Cyrulnik est surtout connu pour avoir développé le concept de "résilience", un nom métaphorique qui désigne la capacité des personnes ayant subi un traumatisme à "rebondir" et à surmonter leur souffrance.
La résilience est facilitée par certaines facultés acquises dans l’enfance, comme le sentiment d’être aimé, et par des soutiens après l’expérience traumatisante, notamment la possibilité de parler de son traumatisme.
Ce concept est notamment présenté dans les ouvrages : Un merveilleux malheur, Odile Jacob, 1999, réédité en 2002 (ISBN 2738111254) et Les Vilains petits canards, Odile Jacob, 2001 (ISBN 2738109446).

Un "merveilleux malheur"

Pour Boris Cyrulnik, la souffrance n'est pas une fatalité et peut même devenir un "merveilleux malheur" en incitant la personne à se tourner vers différentes issues possibles, comme l’engagement affectif, intellectuel, social ou la créativité artistique.
Fondant ses Travaux sur le concept de résilience sur de nombreux cas observés sur le terrain, (tant dans son cabinet de psychothérapeute qu’à l’étranger), ce psychologue explique comment, les personnes traumatisées peuvent s’en sortir et reprendre le cours de leur vie.
Certes, les traumatismes psychiques et les blessures émotionnelles les plus graves (deuil, viol, torture, attentat, déportation, guerre) ne sont pas réversibles mais ils sont du moins réparables et ne doivent pas inciter l’entourage à enfermer les personnes concernées dans le rôle de victimes.

Bibliographie

Pour en savoir plus, nous vous proposons un lien vers un entretien avec Boris Cyrulnik, ainsi qu’une bibliographie chronologique de ses ouvrages :
- Sous le signe du lien, Hachette, 1989
- La naissance du sens, Hachette, 1991
- Les nourritures affectives, Éditions Odile Jacob, 1993
- De la parole comme d'une molécule, avec Émile Noël, Seuil, 1995
- L'ensorcellement du monde, Éditions Odile Jacob, 1997
- Mémoire de singe et parole d'homme, Hachette, 1998
- Un merveilleux malheur, Odile Jacob, 1999, (réédition 2002)
- Dialogue sur la nature humaine, avec Edgar Morin, Éditions l'Aube, Essai, 2000
- Les Vilains petits canards, Odile Jacob, 2001
- Le murmure des fantômes, Odile Jacob, 2003 (réédition 2005)
- Parler d'amour au bord du gouffre, Éditions Odile Jacob, 2004
- De Chair et d'Âme, Éditions Odile Jacob, 2006.

Plus d'information :

Visitez le site : http://www.diplomatie.gouv.fr/label_france/FRANCE/IDEES/cyrulnik/page.html

Tag : Boris Cyrulnik, résilience, guérir d'un traumatisme



Avis

Devenez membre pour donner votre avis !

Donner votre avis