Télé : Samuel Le Bihan Joue Dans Un Téléfilm Inspiré De Sa Propre Histoire

Télé : Samuel Le Bihan joue dans un téléfilm inspiré de sa propre histoire

Le lundi 26 octobre, France 2 diffusera en prime time "T'en fais pas, j'suis là", un téléfilm retraçant le parcours d’un père face à son enfant autiste. Cette fiction, portée par Samuel Le Bihan, résonne avec l’histoire personnelle du comédien.

Un téléfilm émouvant

Le téléfilm T'en fais pas, j'suis là, à découvrir le 26 octobre prochain sur France 2, a été réalisé par Pierre Isoard d'après une idée originale de Samuel Le Bihan.

L’acteur incarne Jonathan Rivière, un avocat d’affaires qui ne s’est jamais occupé de Gabriel, son fils autiste de 11 ans.

Quand Sophie, la mère de l’enfant, est hospitalisée d’urgence, le quotidien de Jonathan vole en éclats : le voilà obligé de prendre en charge cet enfant dont il ne voulait pas.

Jusque-là, il apaisait sa conscience et compensait son absence en faisant des chèques. Brutalement parachuté dans la vie de Gabriel, il doit se confronter à une réalité qui le dépasse.

Alors qu’il songe à se débarrasser de ce fardeau, Jonathan rencontre Marie, l’éducatrice qui suit son fils depuis des années. Pugnace et idéaliste, la jeune femme va s’employer à transformer cet homme égoïste et démissionnaire en un père digne de ce nom.

Un casting sur mesure

Dans ce téléfilm, le jeune Roman Villedieu incarne avec une incroyable crédibilité un garçon autiste.

Quant à Samuel Le Bihan, il se glisse avec beaucoup de justesse et de sincérité dans la peau de ce père bouleversé. Et pour cause : c’est le comédien qui a eu l’idée de ce téléfilm.

L’acteur, très investi dans la vie de sa propre fille autiste, explique : "Je voulais raconter le parcours d’un homme qui essaie de fuir son problème et qui va peu à peu s’engager et changer".

Contrairement à ce que l’on pourrait croire, "T'en fais pas, j'suis là" n’est pas qu’un téléfilm sur l’autisme. C’est surtout le parcours d’un père, dont les difficultés (jongler avec la garde de son enfant, l’école et ses obligations professionnelles) peuvent faire écho chez tous les parents.

Sur ce point, Samuel Le Bihan affirme : "Je n’avais pas envie de faire un film sur l’autisme, de faire culpabiliser les gens avec ça, de me plaindre. La façon dont ce mec va recréer son bonheur, dont il va changer son point de vue [...] et tisser ce lien magique avec cet enfant qui communique de façon si particulière, c'est ce qui est intéressant."

Comme le comédien n’avait pas le temps d’écrire cette histoire pour la télévision, il a confié ce projet à Pierre Isoard (le réalisateur d’Alex Hugo) qui a écrit le scénario et réalisé le film.

"Ce téléfilm fait écho à ma vie, c'est une caricature de ma propre personne.", explique Samuel Le Bihan. "C'est d'ailleurs de moi que je me moque lorsque je mets Jonathan dans des situations grotesques. J'ai toujours aimé me raconter à travers un personnage fictif auquel je prête des histoires", a-t-il déclaré dans les colonnes de Télé 7 Jours.

Une soirée thématique

Le téléfilm de Pierre Isoard "T'en fais pas, je suis là" sera suivi d’un débat animé par Julian Bugier dans le cadre de "Soirée Continue".

France 2 proposera ainsi à 22h40 un débat sur le thème Vivre avec un enfant autiste.

En France, 1 enfant sur 100 naît avec des troubles autistiques, soit environ 8000 enfants chaque année. Après un véritable parcours du combattant pour obtenir un diagnostic, les familles sont confrontées à la question de l'accompagnement.

Comment aider leur enfant à communiquer, comment réussir à le faire scolariser et à le mener sur le chemin de l'autonomie ?

Après plusieurs plans successifs, le gouvernement a mis en place en 2018 une stratégie nationale sur 4 ans. Il a pris plusieurs engagements dont le soutien des familles, une prise en charge précoce et la garantie d'une scolarisation effective des enfants autistes.

Qu'en est-il aujourd'hui ? L'accompagnement des enfants autistes a-t-il progressé ? Comment améliorer encore la prise en charge de ces enfants ? Julian Bugier abordera toutes ces questions avec Samuel Le Bihan et ses autres invités, médecins, éducateurs et responsables d’associations.

Une cause chère à Samuel Le Bihan

À propos de ce téléfilm dont il a eu l’idée, Samuel Le Bihan ne peut nier le parallèle évident avec son histoire personnelle. Sa fille Angia, 8 ans et demi, a été diagnostiquée autiste.

Comme les familles dans le même cas, le comédien a été démuni face au manque de structures et d’accompagnement.

C’est pourquoi Samuel Le Bihan a fondé en 2018 l’association Autisme Info Service, une plateforme d’écoute, de conseils et de lien entre les familles.

Comme Jonathan Rivière, son double fictionnel, l’acteur est papa solo depuis un moment et il a dû réorganiser son emploi du temps. Angia l’accompagne sur les tournages de la série à succès Alex Hugo près de Briançon.

Aujourd’hui installé à Nice, où il a trouvé un meilleur encadrement pour sa fille, l’acteur est fier des progrès d’Angia, scolarisée avec un auxiliaire de vie scolaire.

Avec le téléfilm "T'en fais pas, je suis là", l’acteur continue de s’engager pour que les mots de "société inclusive" ne soient pas qu’une vaine expression.

Depuis de nombreuses années, Samuel Le Bihan ne manque pas une occasion de lancer des appels pour que les enfants autistes soient mieux acceptés dans notre société et que cette dernière s'adapte mieux à eux.

"J’en suis convaincu : une société heureuse est une société qui accepte la différence", conclut-il.

Pour prolonger votre réflexion, après ce téléfilm et le débat proposé le lundi 26 octobre sur France 2, nous vous conseillons de lire le livre Un bonheur que je ne souhaite à personne, dans lequel l’acteur parle de sa relation avec sa fille autiste.

Plus d'information :

Tag : Samuel Le Bihan, samuel le bihan, samuel le bihan téléfilm, autisme, téléfilm autisme, t'en fais pas je suis là, autisme info service, livre un bonheur que je ne souhaite à personne, un bonheur que je ne souhaite à perso , téléfilm, Samuel Le Bihan, autiste, Acteur, France 2, histoire, 26 octobre, autistes, comédien, Alex Hugo, Julian Bugier, bonheur, film, 2018, MIS, personnage fictif, Briançon, Télé 7 Jours, autisme, association, scolarisation, France, diagnostic, gouvernement, grotesques, mets, avocat, Sophie, conscience, Marie, éducatrice, idéaliste, Villedieu, peau, école, obligations, télévision, réalisateur, caricature, Nice,



Avis

Devenez membre pour donner votre avis !

Donner votre avis