Autisme : Quelles Sont Les Grandes Lignes Du Plan Autisme ?

Autisme : quelles sont les grandes lignes du plan autisme ?

Alors qu'avril est le mois de l'autisme, le 5 avril dernier, Emmanuel Macron a annoncé que le 4e Plan Autisme serait doté d'un budget d'au moins 340 millions d'euros sur cinq ans. Ce plan ambitieux doit non seulement permettre un diagnostic précoce de ce trouble chez les enfants, favoriser leur scolarisation et réduire le reste-à-charge des familles, mais aussi améliorer l'accompagnement des adultes autistes. Nous vous proposons de découvrir les grandes lignes de la stratégie proposée par le gouvernement.

Plusieurs défis à relever

Selon les chiffres du secrétariat d'État chargé des Personnes handicapées, l'autisme toucherait 1 personne sur 100 en France.

Or, notre pays a encore de nombreux défis à relever dans ce domaine.

Selon les nouvelles recommandations élaborées par la Haute Autorité de Santé (HAS) avec les personnes autistes, leur famille et l'ensemble des professionnels du secteur, les questions à régler en priorité sont :
=> un diagnostic plus précoce chez les enfants
=> une mobilisation des personnels des crèches, des écoles et du médecin
=> une formation pour tous ces professionnels
=> une inclusion des autistes en milieu ordinaire
=> une mise en œuvre de leurs droits pour les adultes...

La HAS a émis ces différentes recommandations le 19 février dernier et le gouvernement s'en est largement inspiré pour mettre au point le 4e Plan Autisme, baptisé "Stratégie nationale pour l'autisme" (voir le site officiel en bas de page).

Un diagnostic précoce chez les enfants

Les troubles du spectre autistique (TSA) apparaissent chez les enfants dès les premières années, entre 1 an et 2 ans.

Plus le diagnostic est posé tôt, plus il est possible d'intervenir pour aider au développement de l'enfant.

Mais aujourd'hui, le diagnostic est encore trop tardif en France et les parents inquiets ne savent pas toujours vers qui se tourner.

C'est pourquoi la HAS recommande de mobiliser toutes les personnes en contact avec l'enfant (notamment les personnels des crèches et des écoles) pour repérer les signaux d'alerte (absence de babillage, de pointage à distance avec le doigt ou de gestes sociaux comme au revoir) et de s'appuyer sur le médecin traitant pour proposer au plus vite certaines actions.

A ce propos, Emmanuel Macron a déclaré : "Nous allons généraliser la formation de tous les professionnels, pédiatres, médecins pour avoir, au 9e mois ou au 24e mois, aux consultations prévues, le réflexe de vérifier le minimum et alerter sur un trouble psycho-autistique"

Le diagnostic devra ensuite être confirmé par des équipes spécialisées qui décideront des interventions à mettre en œuvre.

Un accompagnement des parents

La HAS a également préconisé que les parents d'enfants autistes soient accompagnés dans leurs démarches afin qu'une prise en charge personnalisée et élaborée avec eux puisse être initiée le plus rapidement possible.

L'annonce du diagnostic aux parents devra s'accompagner d'une information précise sur les troubles du spectre autistique.

Emmanuel Macron a également précisé que le plan autisme comprendrait un forfait de remboursement pour les parents à partir du 1er janvier 2019.

En effet, beaucoup de familles ne peuvent pas bénéficier des méthodes recommandées par les autorités sanitaires, par exemple des séances chez le psychomotricien ou l'ergothérapeute, pour des raisons financières.

Ce "forfait de remboursement" pour les interventions en secteur libéral devrait donc favoriser une prise en charge plus précoce et plus efficace des enfants.

Une approche inclusive pour tous

Un autre objectif majeur du plan autisme est de favoriser l'inclusion parmi les autres pour les enfants autistes comme pour les adultes.

A chaque fois que cela est possible, l'insertion en milieu ordinaire devra être privilégiée à l'école ou au travail

Aujourd'hui, seuls 40% des jeunes autistes de moins de 20 ans sont scolarisés en France, contre 70% en Angleterre.

Emmanuel Macron a annoncé vouloir permettre aux enfants "d'avoir une scolarité normale, pour que cette génération puisse rentrer en maternelle en 2021, soit dans une unité spécialisée, soit à l'école avec des auxiliaires de vie scolaire".

Les 600.000 adultes autistes en France ont toujours été les grands oubliés des plans gouvernementaux

Pourtant, à l'âge adulte aussi, les autistes devraient pouvoir bénéficier d'un accompagnement favorisant leur autonomie, leur inclusion dans la vie de la cité et la mise en œuvre de leurs droits au quotidien, selon les recommandations de la Haute Autorité de Santé.

C'est pourquoi la Stratégie nationale pour l'autisme se fixe aussi pour objectif une meilleure inclusion des adultes souffrant de ce trouble dans la société.

Plus d'information :

Visitez le site : http://handicap.gouv.fr/focus/l-autisme/strategie-nationale-pour-l-autisme-2018-2022/article/strategie-nationale-pour-l-autisme-2018-2022-changeons-la-donne

Tag : autisme, plan autisme, 4e plan autisme, autisme recommandations, autisme enfant, autisme adulte, autisme diagnostic, autisme prise en charge, autisme et éducation, autisme et insertion, stratégie autisme france



Avis

Devenez membre pour donner votre avis !

Donner votre avis