La Calligraphie Chinoise

La calligraphie chinoise

La calligraphie chinoise, apparue plusieurs siècles avant la calligraphie latine, est une forme artistique majeure dans la civilisation chinoise. Cette discipline qui obéit à des règles précises et demande un matériel spécifique comprend cinq styles calligraphiques différents.

Présentation

Parmi les civilisations qui pratiquent l'écriture, presque toutes ont développé un art de la calligraphie, c’est-à-dire, étymologiquement, "l’art de bien écrire", de former les caractères d'écriture dans un but esthétique.
Cependant, certaines civilisations comme la civilisation chinoise ont élevé cet art à un degré particulier où la pensée et le pinceau, le trait et l'idée philosophique deviennent indissociables.
La calligraphie chinoise est un art majeur, où la beauté visuelle des caractères, la technique utilisée et les enjeux qui y sont liés incarnent l'ensemble des préceptes métaphysiques de la culture chinoise.

Les caractères chinois

La calligraphie chinoise se caractérise par l’usage de caractères appelés sinogrammes.
Selon différentes traditions, les caractères chinois auraient été inventés par Cang Jie ou par Fuxi, le légendaire premier empereur de Chine.

L'écriture chinoise, où chaque signe représente une idée, est une transcription directe de la pensée, sans l'intermédiaire des sons, de telle sorte que la langue écrite peut être lue dans toutes les langues de la Chine.

La civilisation chinoise possède une écriture codifiée depuis 4000 ans et les idéogrammes de la langue classique existent depuis presque 3000 ans.
L’art de la calligraphie y est attesté vers 210 avant Jésus-Christ.
En Occident, la calligraphie s’est développée bien plus tard qu’en Chine et de façon totalement indépendante.

Un art majeur dans la culture chinoise

La calligraphie est la forme d'art la plus caractéristique de la culture chinoise et a donné naissance aux styles de peintures traditionnels.
La calligraphie chinoise requiert l'utilisation d’un matériel spécifique appelé les "quatre trésors du lettré" , à savoir le pinceau chinois, le papier de riz, le bâtonnet d'encre et la pierre à broyer l'encre.

Dans le bouddhisme Chan, l'art de la calligraphie est une forme de méditation et, contrairement à la calligraphie occidentale, aucune correction ni aucun rajout ne sont permis par l'utilisation de l'encre de Chine.
Autre différence avec la calligraphie latine, la nature non phonétique des sinogrammes offre un répertoire graphique quasi infini (avec plus de 40.000 caractères répertoriés).

Les différents styles calligraphiques

En calligraphie chinoise, les caractères peuvent être tracés selon cinq grands styles calligraphiques différents, qui s'écrivent tous au pinceau.
Ces styles sont étroitement liés à l'histoire de l'écriture chinoise, même si les caractères les plus primitifs ne sont plus employés de nos jours.

- Le style sigillaire (ou zhuànshu) est le plus ancien des styles encore utilisés de nos jours. Cette adaptation calligraphique des caractères archaïques a connu son apogée sous la dynastie Qin (221-206 avant l'ère chrétienne).
Les lignes y sont fines et d'épaisseur constante et les extrémités se terminent nettement. La courbe est la règle générale dans ce style encore très proche du dessin et du pictogramme.

- Le style des scribes (ou lìshu) aurait été inventé sous la dynastie Qin pour faciliter le travail des fonctionnaires (les scribes écrivant des documents administratifs) car c’est un style plus simple à tracer.
Il a remplacé complètement le style sigillaire entre le Ier et le IIIe siècle de l'ère chrétienne.

- Le style régulier (ou kaishu) est apparu sous la dynastie des Hàn, au cours du III ème siècle de l'ère chrétienne.
C'est une écriture standardisée qui connaît son apogée sous les Táng (618-907 de l'ère chrétienne), pour répondre au besoin d'une écriture simple et la plus lisible possible.
Elle n'a jamais été retouchée ni modifiée avant les simplifications pratiquées en 1958 en République populaire de Chine.
C'est en calligraphie régulière, très proche des caractères imprimés, que l'on apprend actuellement le tracé des caractères et que l'on écrit couramment quand on s'applique.

- Le style courant (ou xíngshu) est également apparu sous les Hàn. C’est à la fois une écriture rapide et usuelle issue de la simplification du tracé en style régulier.
Elle est utilisée à la fois pour l'écriture manuscrite de la vie quotidienne et en calligraphie chinoise.

- Le dernier style d’écriture, aussi nommée cursive ou écriture folle, est le style d'herbe (ou caoshu).
Il s’agit d’un type d'écriture à part entière, où le tracé des caractères apparaît fortement déformé, comme s’ils avaient été tracés sans contraintes apparentes.
Il en existe de très nombreuses variantes, selon les époques et les calligraphes, et son utilisation est réservée aux calligraphes et aux spécialistes érudits.

Plus d'information :

Visitez le site : http://www.ramou.net/sh/index.htm

Tag : calligraphie chinoise, calligraphie japonaise, caractères chinois, styles de calligraphie chinoise



Avis

  • Une bonne méthode de calligraphie chinoise: http://www.chine-nouvelle.com/methode/calligraphie

    24 janvier 2009

Devenez membre pour donner votre avis !

Donner votre avis