L'impact Du Réchauffement Climatique Sur La Grossesse

L'impact du réchauffement climatique sur la grossesse

L'augmentation des températures, liée au changement climatique, semble faire augmenter le nombre de naissances prématurées

Augmentation des températures et naissances précoces

il est déjà assez grave que les adultes aient provoqué un désastre climatologique dans le monde. C'est pire que de voir que ce gâchis a un impact disproportionné sur les enfants - qui n'ont rien fait pour créer le problème, mais qui sont plus vulnérables aux problèmes de santé, causés par la hausse des températures, que les adultes. Aujourd'hui, il semble que le réchauffement de la planète cause encore plus de dommages dans le spectre de l'âge humain. Selon une nouvelle étude publiée dans Nature Climate Change, la hausse des températures peut avoir un impact direct sur le temps de gestation humaine, augmentant ainsi le risque d'accouchement précoce.

Des risques pour les nouveaux nés

Les bébés sont considérés prématurés lorsqu'ils naissent à 37 semaines ou plus tôt. Mais l'accouchement entre 37 et 40 semaines n'est toujours pas considéré comme idéal, les naissances tardives étant corrélées à un poids inférieur à la naissance et même à des problèmes potentiels de développement cognitif plus tard dans la vie. De nombreuses variables peuvent faire en sorte qu'une grossesse autrement saine arrive à terme plus tôt qu'elle ne le devrait - la chaleur extrême.

Pour étudier cet effet, Alan Barreca, professeur agrégé à l'Institute of Environmental Sustainability de l'UCLA et économiste Jessamyn Schaller du Claremont McKenna College, a analysé la température quotidienne et les taux de natalité comté par comté aux États-Unis entre 1969 et 1988 dans une période de deux décennies. Cet ensemble de données est certes ancien, mais les chercheurs n'avaient guère le choix.

"En 1989, le système des statistiques de l'état civil a commencé à être plus prudent en ce qui concerne l'information qu'il permettait de divulguer publiquement afin de rendre difficile l'identification précise des personnes par leur lieu ou leur date de naissance ", dit Barreca. "Ils ont même commencé à masquer certains comtés. Donc, 1969 à 1988 nous a donné l'information la plus complète."

Les effets de la hausse des températures

Dans cet ensemble de données, les chercheurs ont constaté que les jours où la température atteignait ou dépassait 32,2 °C (90 °F), le taux de natalité pour 100 000 femmes augmentait de 0,97 par rapport aux dates où la température était entre 16 et 21 °C (60 et 70 °F). Il y a eu une augmentation moins importante, mais tout de même significative, de 0,57 naissance supplémentaire pour 100 000 femmes lors de journées chaudes mais moins étouffantes, allant de 26,7 à 32,2 ºC (80 à 90 ºF).

Le mécanisme biologique exact par lequel la chaleur a un impact sur la grossesse n'est pas clair, mais il existe de multiples théories. Il est possible que la chaleur entraîne un stress cardiovasculaire chez la mère qui, à son tour, provoque le début précoce du travail dans le corps. Une autre possibilité est que des températures élevées peuvent déclencher une augmentation des niveaux de l'hormone ocytocine, qui joue un rôle dans le travail et, plus tard, l'allaitement.
"Il y a peut-être même une troisième cause, dit Barreca, qui est le manque de sommeil. La température minimale d'une journée chaude se produit la nuit, mais elle peut quand même être assez élevée pour perturber le sommeil, ce qui pourrait être une voie importante pour une naissance précoce."
L'effet de la chaleur sur la grossesse a été moins prononcé dans les régions chaudes comme le sud-ouest désertique et le sud profond, probablement parce que les femmes enceintes qui vivent dans ces régions du pays se sont acclimatées aux températures élevées.
Le revenu fait aussi une différence : une plus grande richesse signifie une plus grande probabilité de climatisation dans la maison, ce qui atténue l'effet de raccourcissement de la grossesse de la température. Et comme, aux États-Unis, le revenu se décompose souvent en fonction de la race, l'étude a révélé que les mères afro-américaines sont un peu plus susceptibles d'avoir des naissances précoces liées à la température que les mères blanches.

Vers une augmentation des naissances précoces

Toutes les naissances précoces ne sont pas les mêmes, bien sûr, et les femmes de l'étude ont accouché à différents moments au cours de la période de 37 à 40 semaines. En moyenne, cependant, Barreca et Schaller ont calculé qu'une naissance précoce causée par une température de 90º F ou plus coûtait 6,1 jours de gestation à une femme et à son bébé.

Sur l'ensemble de la période de 20 ans visée par l'étude, 25 000 naissances précoces ont été causées par des températures élevées chaque année. C'est une petite partie des 3,5 millions de bébés qui naissent chaque année en moyenne pendant cette période, mais ce sont quand même 25 000 bébés chaque année qui n'ont pas bénéficié de la croissance et du développement de 40 semaines complètes.

Il est troublant de constater que le problème ne fera qu'empirer. La période de 1969 à 1988 n'a été que l'avant-garde des pointes de chaleur que le monde a connues au cours des dernières décennies. À mesure que les changements climatiques s'aggravent - huit des dix années les plus chaudes jamais enregistrées ayant eu lieu au cours de la dernière décennie - de plus en plus de bébés risquent de naître avant terme, dans un monde trop chaud.

Plus d'information :

Tag : grossesse, naissance, prématuré, cause, climat, réchauffement, santé, conséquences, températures, augmentation, biologie, maternité, accouchement, précoce ,



Avis

Devenez membre pour donner votre avis !

Donner votre avis

(c)