Robert Doisneau, Photographe Du Paris D'après-guerre

Robert Doisneau, photographe du Paris d'après-guerre

Robert Doisneau, qui figure parmi les photographes français les plus populaires, est connu dans le monde entier pour ses photographies en noir et blanc des rues de Paris et de sa banlieue. Observateur tendre des habitants de la capitale, il a photographié le petit peuple et les amoureux, comme sur sa plus célèbre photo : le Baiser de l'Hôtel de Ville.

Ses débuts

Robert Doisneau (14 avril 1912 - 1er avril 1994) est né à Gentilly, dans une famille bourgeoise.
Il a étudié les Arts graphiques à l’école Estienne à Paris et obtenu un diplôme de graveur- lithographe en 1929.
La même année, il a fait ses débuts dans le dessin de lettres et les photographies publicitaires dans l’Atelier Ullmann, un atelier spécialisé en publicité pharmaceutique.

En 1931, il devient l’opérateur d’André Vigneau et, l’année suivante, il réalise son premier reportage photographique diffusé dans l’Excelsior.
De 1934 à 1939, il travaille comme Photographe industriel chez Renault à Boulogne-Billancourt.
Licencié pour son manque de ponctualité, il tente de devenir Photographe illustrateur indépendant.

Sa carrière

Pendant la Seconde guerre mondiale, Robert doisneau rencontre Charles Rado, le fondateur de l’agence Rapho.
Il devient Photographe indépendant en intégrant cette agence de photographie en 1946.

Il réalise alors de nombreux reportages photographiques sur des sujets variés, à Paris, en province et même à l’étranger (URSS, États-Unis, Yougoslavie).
Certains de ses reportages paraissent dans les magazines Life, Paris Match, Point de Vue ou Regards.

Sa rencontre avec Robert Giraud en 1947 marque le début d'une longue amitié et d'une fructueuse collaboration.
Il publiera une trentaine d’albums dont La Banlieue de Paris, avec des textes de Blaise Cendrars (1949).
Parallèlement, Doisneau travaille pour Vogue de 1949 à 1952.

Parmi ses plus célèbres clichés, on peut citer : Le Baiser de l'Hôtel de ville (1950), Rue Mouffetard (1951), La récréation, rue Buffon, à Paris (1959) ou encore Devant la laiterie (1971).
Son travail a notamment été exposé au Museum of Modern Art de New York en 1951.

Il a réalisé sa dernière exposition en 1992 : il s’agissait d’une rétrospective au Musée d'art moderne d'Oxford.
Deux ans plus tard, il décède à Montrouge en avril 1994. Il est enterré à Raizeux, aux côtés de sa femme.

L’héritage de Doisneau

Le travail de Robert doisneau a été récompensé à plusieurs reprises : il a notamment reçu le Prix Kodak en 1947, le Prix Niepce en 1956, le Grand Prix National de la Photographie en 1983 et le Prix Balzac en 1986.

Cet observateur patient de la vie parisienne nous a laissé des photos empreintes d'humour, de nostalgie et de tendresse.
Derrière son objectif, artisans, clochards, gamins des rues et amoureux retracent la petite histoire du peuple de Paris sur près d’un demi-siècle.

Plusieurs hommages lui ont été rendus : en 2000, à l’occasion du cinquantième anniversaire de sa célèbre photo Le Baiser de l’Hôtel de ville, un tirage géant a été exposé sur la place de l’Hôtel de ville à Paris.
Parmi les expositions les plus récentes qui lui ont été consacrées, on peut citer : Doisneau : Paris en liberté d’octobre 2006 à février 2007 à l’Hôtel de ville de Paris et Doisneau Vintage en novembre - décembre 2007 à la Galerie Christophe Gaillard, à Paris.


Vous trouverez des photographies de Doisneau classées par thème sur le site Web ci-dessous.

Plus d'information :

Visitez le site : http://robertdoisneau.ifrance.com/accueil.html

Tag : Robert Doisneau, photos de Doisneau, biographie Robert Doisneau, baiser de l'hôtel de ville



Avis

Devenez membre pour donner votre avis !

Donner votre avis