Automobilistes : 10 Nouveautés Qui Vous Concernent En 2018

Automobilistes : 10 nouveautés qui vous concernent en 2018

De nombreux changements ont été annoncés pour les automobilistes à partir du 1er janvier. Qu'en est-il exactement ? Si vous possédez un véhicule, nous avons répertorié pour vous 10 nouveautés qui vous concernent en 2018.

1- La prime à la conversion

Commençons par une bonne nouvelle : les automobilistes souhaitant remplacer une voiture diesel ou essence assez ancienne par un véhicule neuf ou d'occasion moins polluant peuvent bénéficier d'une prime de 1000 euros, de voire 2000 euros s'ils sont non imposables.

Pour avoir droit à cette prime à la conversion, la voiture mise au rebut doit être un modèle d'avant 1997 s'il s'agit d'un modèle essence, ou d'avant 2001 s'il s'agit d'un diesel.

La voiture achetée doit être neuve et émettre moins de 130 g/km ou d'occasion à condition de porter une vignette Crit'Air 0, 1 ou 2.

En revanche, la voiture électrique voit sa prime revue à la baisse en 2018 : 2500 € contre 4000 € en 2017...

En résumé, le montant de la "prime à la conversion" varie en fonction du véhicule acheté et de la situation fiscale du foyer :

=> il est de 1000 € pour un foyer imposable qui fait l'achat d'un véhicule électrique d'occasion ou un véhicule à essence ou au diesel Crit'air 1 ou 2, neuf ou d'occasion émettant moins de 130 grammes de CO2/km 

=> il est de 2000 € pour un foyer non imposable en cas d'achat d'un véhicule électrique d'occasion ou un véhicule à essence ou au diesel Crit'air 1 ou 2, neuf ou d'occasion émettant moins de 130 grammes de CO2/km

=> il est de 2500 € sans conditions de revenus pour l'achat d'un véhicule électrique neuf.

2- Le bonus écologique

Le bonus écologique (ce dispositif qui aide à l'acquisition ou à la location des véhicules peu polluants) a lui aussi été modifié en 2018.

Depuis le 1er janvier, les hybrides rechargeables n'ont plus droit à aucune aide alors que les voitures électriques conservent un bonus de 6000 €.

3- Le malus automobile

Le barème du malus automobile a quant à lui été revu à la hausse afin de décourager l'achat des modèles les plus polluants (en termes d'émissions de CO2).

Concrètement, le malus se durcit encore depuis le 1er janvier, avec :

=> un abaissement du seuil d'application du malus à 120 grammes de CO2 par kilomètre, au lieu de 127

=> un barème progressif relevé, partant de 50€ dès 120 g CO2/km et allant jusqu'à 10.500 € pour les véhicules émettant 185 g CO2/km ou plus (le barème de 2017 allait de 50€ pour 127 g CO2/km et allait jusqu'à 10.000 € pour les tranches égales ou supérieures à 191 g CO2/km).

4- La taxe additionnelle

La taxe additionnelle est appliquée sur les cartes grises des véhicules d'occasion les plus polluants.

En 2018, cette taxe voit son mode de calcul et son barème modifiés : elle est désormais basée uniquement sur la puissance administrative (en CV).

En pratique, le tarif reste modéré pour les voitures de tourisme dont la puissance est comprise entre 10 et 14 chevaux fiscaux.

En revanche, une taxe plus importante s'applique à celles dont la puissance fiscale est supérieure ou égale à 15 CV : elles doivent désormais s'acquitter d'une taxe de 1000€ lors de l'immatriculation de la voiture contre seulement 300€ en 2017.

Notez toutefois que la taxe est réduite d'un dixième par année entamée depuis la date de première immatriculation du véhicule.

5- La taxe sur les voitures de forte puissance

Mauvaise nouvelle pour les amateurs de voitures de sport...

Depuis le 1er janvier 2018, les certificats d'immatriculation des véhicules de tourisme de 36 CV et plus donnent lieu au paiement d'un prélèvement supplémentaire.

Le montant de cette taxe est fixé à 500 € par cheval fiscal (CV) à partir du 36e, dans la limite de 8000€ pour les véhicules de 51 CV et plus.

Cette taxe sur les voitures de forte puissance est due sur les cartes grises pour les véhicules neufs comme pour les véhicules d'occasion. Seuls les voitures de collection en sont exonérées.

6- Le stationnement payant

Parmi les nouveautés qui viennent grever le budget de l'automobiliste français en 2018, il faut aussi signaler une modification des règles de stationnement payant.

Désormais, les automobilistes qui ne payent pas du tout (ou pas en totalité) le montant du stationnement payant doivent régler un forfait de paiement différé, appelé "forfait de post-stationnement".

Or, son montant varie d'une commune à l'autre contrairement à avant (où l'amende coûtait 17€ sur l'ensemble du territoire).

Ce montant peut aller jusqu'à 50 € (ou 35 € si vous payez dans les trois jours).

7- Les barèmes kilométriques

Les barèmes kilométriques pour les voitures, motos, scooters ... ont été publiés le 24 janvier 2018 au Bulletin officiel des Finances publiques-Impôts.

En 2018, ils sont identiques à ceux de 2017.

Pour rappel, c'est en se basant sur ces barèmes que les salariés peuvent calculer leurs dépenses durant leurs déplacements et demander au fisc la déduction de leurs frais réels.

8- Les tarifs des péages

Autre mauvaise surprise de 2018 : depuis le 1er février 2018, les tarifs des péages d'autoroutes et de certains viaducs ou tunnels ont augmenté.

Pour les automobilistes qui prennent l'autoroute, les prix des péages ont augmenté de :
+ 1,329 % sur le réseau Cofiroute
+ 1,338 % sur les Autoroutes du Sud de la France (ASF) et les Autoroutes Estérel, Côte d'Azur, Provence, Alpes (Escota) 
+ 1,387 % sur le réseau de la Société des autoroutes Paris-Normandie (SAPN) 
+ 1,388 % sur le réseau de la Société des autoroutes du Nord et de l'Est (Sanef).

9- Le contrôle technique

L'arrêté du 2 mars 2017 relatif à l'organisation du contrôle technique va entrer en vigueur à partir du 20 mai 2018.

A compter de cette date, le nombre de points de contrôle va augmenter et passer à 131 (contre 123 actuellement).

Parallèlement, le nombre de défaillances potentielles va passer à environ 600 (contre près de 460 aujourd'hui).

Cette réforme du contrôle technique obligatoire, destiné à suivre les directives européennes, va rendre cette formalité plus chère : son coût devrait augmenter de 15% à 20%, et il faut s'attendre à un nombre accru de contre-visites facturées entre 10€ et 30€.

Si vous devez passer votre voiture au contrôle technique cette année, nous vous conseillons donc de le faire avant le 20 mai.

10- Le permis de conduire

Enfin, si vous n'êtes pas encore un automobiliste mais un aspirant conducteur, sachez que l'épreuve pratique du permis de conduire évolue cette année.

En plus de la vérification d'un élément technique du véhicule et de la question en lien avec la sécurité routière, l'examen du permis B comporte depuis le 1er janvier une question portant sur les notions élémentaires de premiers secours.

1 point est attribué au candidat si la réponse à cette question est correcte. C'est peu, mais l'objectif de cette mesure est d'imposer une formation de secourisme à tous les candidats à l'examen du permis de conduire.

Plus d'information :

Tag : automobilistes, nouveautés auto 2018, prime à la conversion, bonus écologique, malus automobile, taxe additionnelle, stationnement payant, barèmes kilométriques, tarifs des péages, contrôle technique



Avis

Devenez membre pour donner votre avis !

Donner votre avis