Météo : Qui Choisit Le Nom Des Tempêtes ?

Météo : qui choisit le nom des tempêtes ?Image ©Pxhere

L’année 2020 a été marquée par la tempête Alex en octobre, puis la tempête Bella fin décembre. Mais savez-vous qui choisit le nom des tempêtes ? Depuis le 1er décembre 2017, quand une tempête se forme en Europe, elle est baptisée par Météo France en partenariat avec les services météorologiques espagnols (AEMET) et portugais (IPMA). Explications.

Qu'est-ce qu'une tempête ?

Selon la définition donnée par Météo France "une tempête est une zone étendue de vents violents générés aux moyennes latitudes par un système de basses pressions (dépression)".

Pour caractériser la sévérité de ce phénomène météorologique, les météorologues se fondent sur trois paramètres :
=> les valeurs de rafales de vent maximales enregistrées
=> la durée de l'événement
=> la surface de la zone affectée par les vents les plus forts (rafales supérieures à 100 km/h ou plus).

Ainsi, les tempêtes qualifiées de "majeures" au niveau national affectent plus de 10% du territoire français.

Pourquoi leur donner des prénoms ?

Il peut sembler bizarre de donner un prénom à un phénomène météorologique comme une tempête ou un ouragan. Mais il y a une bonne raison derrière cette étrange tradition.

Sur son site Internet, l’OMM (l’organisation météorologique mondiale) explique que l’on donne des noms aux tempêtes et aux ouragans pour aider la population à les identifier rapidement dans les messages d’alerte.

En effet, ces prénoms masculins ou féminins sont beaucoup plus faciles à retenir que des nombres ou des termes techniques (qui ont parfois été utilisés par le passé).

A noter : c’est pour la même raison que l’on donne de préférence aux phénomènes de vent violent des noms familiers à la région où va se produire l’événement. On comprend mieux pourquoi les tempêtes qui touchent le Japon sont appelées Usagi ou Tokage tandis que celles qui traversent la France sont baptisées Alex, Barbara ou Clément !

Depuis quand utilise-t-on des prénoms ?

L'idée de baptiser les tempêtes pour faciliter leur identification dans les messages d'alerte n’est pas nouvelle.

L'institut allemand de météorologie (qui dépend de l’Université libre de Berlin) donne un nom aux tempêtes qui affectent le territoire européen depuis 1954.

Jusqu'en 1979, toutes les tempêtes portaient des prénoms féminins. Mais ensuite, le système de dénomination de l’Université de Berlin a changé pour être moins discriminatoire.

Aujourd’hui, cette institution ne choisit pas des prénoms au hasard, mais les sélectionne pour chaque année en respectant les deux règles suivantes :

=> en suivant l’ordre alphabétique : la première tempête de l'année porte un prénom commençant par A, la deuxième un prénom commençant par B, etc.
=> en alternant les prénoms masculins (les années impaires) et les prénoms féminins (les années paires).

Jusqu'au 1er décembre 2017, Météo France utilisait les noms de tempêtes attribués par l'institut météorologique de l'université de Berlin.

Depuis cette date, l'institut allemand continue à baptiser les tempêtes, mais la France, l'Espagne et le Portugal utilisent désormais leur propre nomenclature.

Météo-France a noué un partenariat avec les services météorologiques espagnols (AEMET) et portugais (IPMA) pour baptiser les tempêtes susceptibles de toucher ces trois pays.

Comment fonctionne le système actuel ?

Dans le système actuel, les tempêtes se voient attribuer un prénom dès lors qu'elles sont susceptibles de déclencher une alerte vent de niveau orange sur l'un des trois pays (France, Espagne ou Portugal).

Une liste de noms est établie à l'avance, avant la saison des dépressions hivernales.

Ces noms sont ensuite attribués selon un ordre également pré-défini. Pour la saison 2020-2021, la liste comprend par exemple les prénoms : Alex, Barbara, Clement, Dora, Ernest, Filomena, Gaetan et Hortense.

A noter : il faut toutefois souligner que dans les cas où la tempête frappe d'abord l'Irlande ou la Grande-Bretagne, ce sont les services météorologiques de ces pays qui choisissent le nom de la dépression. Ce nom est ensuite utilisé dans les autres pays.

C’est le cas de la tempête Bella : ce nom lui a été attribué par l'agence britannique Met Office, le 24 décembre 2020, et il a été repris par Météo France lorsque cette tempête a apporté de fortes rafales de vent et de fortes chutes de neige en France.

Qui baptise les autres tempêtes ?

La tâche de baptiser une tempête tropicale, un ouragan ou un cyclone incombe au National Hurricane Center de Miami en Floride.

Six listes alternant 21 prénoms masculins et féminins sont préétablies et reprises tous les six ans. Par exemple, les listes pour les années 2005, 2011 et 2017 sont identiques.

Lorsque des phénomènes météorologiques sont très meurtriers (comme ce fut le cas de l'ouragan Katrina), leur nom est retiré de la liste et remplacé par un autre pour les années suivantes.

De plus, si plus de 21 phénomènes se produisent au cours de l’année, on leur attribue ensuite comme nom une lettre de l’alphabet grec (Alpha, Beta, Gamma, etc.).

Plus d'information :

Tag : tempêtes, nom des tempêtes, nom tempête, d'où vient le nom des tempêtes, nom tempête masculin féminin, nom des ouragans, nom des tempêtes 2020 2021, pourquoi les tempêtes ont des noms , tempete, France, prénom, Vent, 2017, allemand, Université de Berlin, Espagne, Portugal, ordre, dépression, Portugais, 1er décembre, 24 décembre, Irlande, Met Office, britannique, services météorologiques, Grande-Bretagne, neige, tempête tropicale, alphabet grec, lettré, Ouragan Katrina, 2011, 2005, Floride, Miami, National Hurricane Center, Hortense, Dora, dépressions, l'événement, français, Internet, organisation météorologique mondiale, ouragans, région, Japon, Usagi, 1954, 1979, Changé, discriminatoire, université libre de Berlin, nomenclature, Météo-France, Europe,



Avis

Devenez membre pour donner votre avis !

Donner votre avis