L'histoire Du Livre, Des Origines à Nos Jours

L'histoire du livre, des origines à nos jours

L’histoire du livre, dont les origines remontent à la plus haute Antiquité, a été marquée par une succession d’innovations techniques. Nous vous proposons de retracer l’évolution des livres, des premiers manuscrits jusqu’à l’invention de l’imprimerie.

Les prémices du livre

L’histoire du livre a commencé avec l’invention de l’écriture entre le IXe et le IVe millénaire av. J.-C.

Les premiers supports utilisés pour conserver durablement des textes ont été la pierre, les tablettes d’argile (comme celles du IIIe millénaire av. J.-C. retrouvées en Mésopotamie) et le bois.
A noter : les mots qui signifient "livre" en grec ancien et en latin (biblos et liber) ont pour sens premier l’écorce intérieure d'un arbre ; en Chine, les tablettes de bambou et la soie ont également servi de support à l'écriture.

Le concept de bibliothèque remonte également à la haute Antiquité : on a ainsi retrouvé 22.000 tablettes datant du VIIe siècle av. J.-C. qui appartenaient à la bibliothèque des rois d'Assyrie.

Du volumen au codex

Pendant l'Antiquité, les tablettes ont été remplacées par des rouleaux de papyrus puis de parchemin appelés volumen en latin (pluriel : volumina).
Ces rouleaux, plus légers et plus faciles à transporter, ont constitué le principal support des textes en Egypte, en Grèce et à Rome.

On a ainsi retrouvé en Egypte des rouleaux, constitués par collage de plusieurs feuilles de papyrus atteignant 10 mètres et même, pour certains livres, plus de 40 mètres de longueur. Ces rouleaux se déroulaient de manière horizontale pour lire le texte.

A partir du IIIe siècle av. J.-C., le parchemin réalisé à partir de peaux animales (mouton, veau) révolutionne l’histoire du livre en permettant une meilleure conservation des manuscrits dans le temps.
Ce support, qui coûte très cher à l’époque, a pour avantage d’être solide. Il permet même d'effacer un texte pour réécrire par dessus : c’est ce que l’on appelle un manuscrit palimpseste.

Il a fallu attendre la fin de l'Antiquité (entre le IIe et le IVe siècle) pour que le rouleau ou volumen soit remplacé par un ensemble de feuillets reliés au dos, le codex.
Cette nouvelle forme de livre permet d'accéder directement à un endroit précis du texte (contrairement au volumen que l’on déroule) et de prendre des notes en même temps qu'on lit.

Le livre au Moyen Age

Au Moyen Age, les manuscrits se présentent dans la plupart des cas sous la forme de codex. Ce type de livre est constitué de cahiers reliés entre eux, en nombre variable suivant la longueur du texte à transcrire. Ces cahiers sont eux-mêmes formés de feuillets encartés les uns dans les autres et cousus ensemble.
A noter : on désigne les différents formats de cahier en fonction du pliage des feuillets : in folio (pliage en deux), in quarto (pliage en quatre), in octavo (pliage en huit)...

C’est au cours du Moyen Age que le livre prend sa forme actuelle avec la séparation des mots, l’invention des majuscules et de la ponctuation, puis celle des tables des matières et des index.

Jusqu'au XIIe siècle, la production des manuscrits et la transmission de la culture sont restées le monopole du clergé : les monastères possédaient des ateliers de copie appelés scriptoria où les religieux et religieuses étaient parfois secondés par des copistes et des artistes laïcs. Ce monopole a pris fin avec le développement des universités dans les grandes villes : avec la demande accrue de manuscrits apparaît le métier de libraire.

L'utilisation du papier s’est diffusée en Europe au XIVe siècle. Ce support, venu de Chine par l'intermédiaire de la culture arabe, allait bouleverser l’histoire du livre. Moins cher que le parchemin, ce matériau a en effet permis une plus grande diffusion des livres.

L'invention de l'imprimerie

Le développement des techniques de l'imprimerie par Gutenberg vers 1440 a marqué un tournant décisif dans l’histoire du livre.

Dès lors, les livres (qui étaient auparavant des objets uniques et précieux) ont pu être reproduits à de nombreux exemplaires.
Grâce à la baisse très forte du coût de production, la diffusion du livre a considérablement augmenté dès le XVe siècle.

A noter : on appelle "incunables" les livres imprimés au XVe siècle (entre 1440 et 1501) ; ces éditions ont en effet été réalisées à l’époque où l’imprimerie était au berceau (incunabula en latin).

Plus d'information :

Tag : histoire du livre, invention du livre, évolutions du livre, manuscrits, parchemin, volumen, codex, invention imprimerie, incunable



Avis

Devenez membre pour donner votre avis !

Donner votre avis