Le Revenu Universel : Une Idée à Expérimenter ?

Le revenu universel : une idée à expérimenter ?

L'idée n'est pas nouvelle mais elle revient régulièrement dans le débat politique, dans plusieurs pays du monde : verser à tous, sans conditions, une allocation mensuelle. Ce revenu universel garanti, permettrait, selon ses partisans, de supprimer toutes les autres aides sociales et de diminuer le chômage. Nous vous proposons de faire le point sur cette idée qui continue de faire son chemin.

De quoi s'agit-il ?

Instaurer le revenu universel consisterait à verser à chaque citoyen une allocation mensuelle suffisante pour vivre, sans conditions d'âge ni de ressources.

L'objectif serait d'assurer à tout un chacun un revenu suffisant pour satisfaire ses besoins élémentaires, quels que soient la manière dont il vit et ce qu'il fait.

Mais cela n'empêcherait pas ceux qui le souhaitent de travailler : chacun serait libre d'occuper un emploi pour gagner plus que ce "minimum garanti".

A noter : cette idée n'est pas nouvelle puisque des économistes et des philosophes comme Milton Friedman, Michel Foucault, Karl Marx ou Jean-Jacques Rousseau ont tous défendu, chacun à leur manière, l'idée d'un revenu de base. 

Est-ce réalisable ?

Le revenu universel ne serait-il qu'une douce utopie ? Pour l'instant, tous les pays qui l'ont envisagé ou annoncé ont fini par faire marche arrière...

En juin 2016, les Suisses se sont prononcés contre cette mesure. Le gouvernement finlandais, qui avait pour sa part prévu d'expérimenter dès 2017 ce revenu de base auprès de 10.000 habitants avant de le généraliser à tout le pays, a également modifié ses projets.

Le Premier ministre finlandais, Juha Sipilä, avait confié au directeur de recherche de l'institution gérant les aides sociales en Finlande le soin de travailler sur cette expérimentation et de faire des propositions d'ici novembre 2016.

Dans un premier rapport rendu fin mars, l'idée de remplacer l'ensemble des aides sociales existantes par un revenu de base a finalement été écartée. La Finlande opterait plutôt pour un "revenu de base partiel", auquel viendraient s'ajouter les différentes aides sociales.

Un rapport final doit être publié le 15 novembre, avant que le gouvernement finlandais ne mette en place cette expérimentation et ne prenne des mesures concrètes pour fixer le nombre de personnes concernées, le montant de l'allocation versée et la durée de l'expérience...

Quels sont les arguments pour et contre ?

En Finlande, le revenu universel apparaît comme une solution possible dans un pays fortement touché par le chômage (avec près de 10% de chômeurs).

Selon ses partisans, une allocation universelle permettrait :
=> d'éradiquer la pauvreté et de donner à tous les moyens de vivre décemment
=> de remplacer les aides sociales et donc de réduire le nombre de fonctionnaires chargés de les gérer, la paperasse et les coûts
=> de valoriser le travail non rémunéré comme celui des femmes au foyer et des bénévoles d'associations
=> d'encourager les chômeurs à accepter des postes mal payés ou temporaires, en complément du revenu de base
=> pour certaines personnes, de prolonger leurs études ou de se former à de nouveaux métiers
=> et donc de redynamiser le marché de l'emploi
=> pour l'avenir, de protéger les salariés dont le poste est menacé par les nouvelles technologies et l'automatisation des tâches.

A noter : selon le Forum économique mondial, d'ici 2020, les robots et l'impression 3D risquent de détruire 7,1 millions d'emplois dans le monde et d'en créer seulement 2,1 millions en contrepartie.

Au contraire, les opposants à cette mesure objectent que :
=> sa mise en place coûterait trop cher et entraînerait une hausse des impôts
=> elle découragerait les gens de travailler et favoriserait l'oisiveté, voire des comportements délétères pour la société
=> elle ne serait pas équitable, car versée à des personnes qui n'en ont pas besoin
=> elle serait injuste car elle laisserait à certains la tâche de travailler et de générer de la richesse
=> elle favoriserait les emplois précaires, à temps partiel et moins bien payés.

Et en France ?

Alors que l'élection présidentielle de 2017 approche, la question du revenu universel figurera sans doute dans les débats sous une forme ou sous une autre.

En France, cette idée a déjà été avancée par plusieurs personnalités politiques comme Dominique de Villepin, Frédéric Lefebvre et le parti Europe-Écologie-Les-Verts...

L'une des recommandations du rapport sur la réforme des minima sociaux du député PS Christophe Sirugue consistait d'ailleurs à fusionner l'ensemble des minima sociaux actuels (RSA, prime de solidarité, etc.) en une allocation unique de 400 euros, versée à partir de l'âge de 18 ans sous conditions de ressources. Cette allocation pourrait ensuite être augmentée pour certaines catégories de la population comme les chômeurs, les handicapés et les personnes âgées.

A la mi-avril, Manuel Valls allait dans le même sens en évoquant sur Facebook "une allocation ciblée versée à tous ceux qui en ont vraiment besoin". Pas universelle donc, mais garantie et permettant de remplacer 10 allocations existantes !

Le Premier ministre affirmait encore mi-mai : "Le revenu universel [est] une idée qu'il faut mettre dans le débat public". Celle-ci devrait continuer à faire son chemin puisque, selon un sondage BVA publié le 30 mai 2016, 51% des Français seraient favorables à un tel revenu minimum universel.

Plus d'information :

Tag : revenu universel, revenu universel définition, revenu universel definition, revenu universel finlande, revenu minimum universel, revenu universel de base, aides sociales, revenu minimum, revenu universel france



Avis

Devenez membre pour donner votre avis !

Donner votre avis