Mariage De William Et Kate : Quand Le Rêve Devient Réalité

Mariage de William et Kate : Quand le rêve devient réalité

Il l'a fait! Après presque 10 ans de liaison, le prince William a enfin épousé celle que l'on appelait "waity katie". L'ex-roturière doit à présent renoncer à son surnom et à un tout un tas d'autres choses d'ailleurs, pour devenir à plein temps, princesse Catherine, duchesse de Cambridge. Quand le rêve devient réalité, Gralon n'est jamais très loin...

Un conte de fée des temps modernes

Qu'elles l'admettent ou non, toutes les filles ont grandi avec des Walt Disney plein la tête. Et même si je sais que pour vous messieurs, c'est un peu dur à avaler, toutes les filles sont à la recherche du prince charmant. Pourquoi? Vous demandez-vous. Et nous, on répond, et pourquoi pas. Cendrillon, La Belle au Bois dormant, Belle, La petite Sirène; absolument toutes ont trouvé leurs princes alors même que rien de tel ne les y prédestinait! Alors, si pour elles, ça a marché, pourquoi pas nous?
Regardez Kate (oups, pardon, il faut à présent l'appeler Catherine). Étudiante, fille d'hôtesse de l'air, rien ne présageait qu'elle finirait héritière du trône de Grande-Bretagne. D'ailleurs, dans le fond, les mariages avec des roturières, c'est à la mode en ce moment. A croire que la monarchie se modernise. Espagne, Suède, Belgique, etc; c'est l'Europe entière qui insuffle un nouveau souffle aux vieilles traditions. Ça fait du bien, non?

Un mariage de princesse:
Digne du plus beau conte de fée, le mariage du prince William avait absolument tout d'un mariage de princesse. Des invités par milliers d'abord. 1 900 à l'abbaye, plus de 800 000 tout au long du cortège et certainement plus de 2,5 milliards de téléspectateurs!!

La mode :
On a d'ailleurs pu assister à toutes les frivolités vestimentaires de rigueur, ou non, des Britanniques. La jaquette était de convenance pour les hommes. C'est une veste trois-quarts à basques ouvertes et rondes qui se porte par-dessus un gilet de préférence gris ou crème avec lequel on peut porter une cravate bleu ou rose pale. Pour les femmes, il y a toujours plus de choix. Les couleurs vives étaient très largement représentées. Un peu trop de vert à mes goûts, mais que puis-je y faire, l'émeraude est à la mode! C'est dans les chapeaux qu'on a pu constater nombre d'extravagance. De la grande virgule bleu électrique, aux plumes indisciplinées, sans parler de la coiffe de Beatrice d'York qui vraiment se passe de commentaire, on a fait que de s'émerveiller.
Bref, il y en avait pour tous les goûts mais comme dirait Yann Arthus Bertrand, vu du ciel, ça méritait le coup d'œil.
Petit bémol pourtant. On regrette la sobriété du couple monégasque. Le prince Albert II et sa fiancée Charlene, parfaitement assortis dans un gris perle paraissaient parfaitement effacés. Peut-être par modestie et respect alors qu'eux-même se marieront cet été.

L'ambiance:
Vous vous souvenez dans Alice aux Pays des Merveilles, quand la Reine débarque pour jouer au croquet... Tous les drapeaux sont de sortie, il y a grand nombre de trompettistes, chaque personne a une place parfaitement définie, le protocole a tout prévu... Et bien, à Londres, c'est pareil. Alors, comprenez-le, l'accordéon, c'est ringard, la trompette, c'est royal. Et pourtant, les deux instruments apparaissent régulièrement chez Disney. Et des trompettes, il y en avait... Des cloches aussi, ne les oublions pas. Pendant le cortège et après la cérémonie, c'est pendant plus de 3 heures que des carillonneurs se sont relayés.

Les cortèges:
Entre le défilé des voitures (que des marques britanniques bien sûr!), des bus (oui, ça c'est pour le côté moderne et pratique du XXIe siècle), des carrosses et des landaus royaux (on notera au passage le formidable travail de couturier de Sa Majesté pour les uniformes des postillons et valets de pied), mais aussi les centaines de gardes à cheval, on ne peut que penser à ces arrivés majestueuse à la grande cérémonie de bal de Cendrillon par exemple.
Sans oublier qu'à leur entrée à l'abbaye, il fallait pouvoir reconnaître et identifier chaque personnalité et l'ensemble des titres qu'elle porte. Et là, on avoue, on s'y une peu perdu. Stéphane Bern, est tout simplement irremplaçable. Sans lui, c'est un peu comme regarde un film indien sans avoir les sous-titres, on y comprend rien!
D'ailleurs à ce jeu là, la petite Kate est dès aujourd'hui appelée princesse Catherine, Duchesse de Cambridge, Comtesse de Strathearn et Baronne Carrickfergus. Oui, je vous l'accorde, Kate, c'était plus court et plus simple!



La modernité et la popularité

30 ans après le mariage du prince Charles et de Diana, les choses ont beaucoup changé à la cour. Déjà, Catherine est la première roturière à entrer à la cour d'Angleterre depuis plus de trois siècle. Ensuite, tout le faste royal, longtemps décrié, a été merveilleusement bien géré.

Le coût :
Les dépenses que représentent ce mariage ne coûteront au final que très peu aux contribuables britanniques. En effet, seul le service de sécurité est à leur charge. (23 millions d'euros quand même!) Le reste de la cérémonie est réparti dans la famille. C'est les parents de Catherine par exemple qui ont payé la robe de la mariée. William paie avec sa cassette personnel le dîner de ce soir et c'est la Reine personnellement qui prend en charge toute la préparation. Mais, dans le fond, ne dit-on pas, quand on aime on ne compte pas?

Les recettes :
Deux points sont tout de même à noter. Le gouvernement estime à 700 millions d'euros, les recettes directes et indirectes de cette journées. 50 000 emplois ont été créé pour le bon déroulement de ce mariage. Et 1 londonien sur 3 avoue avoir loué son appartement cette semaine. Il est tout aussi difficile que dans le petit village de Bucklebury de 1 500 habitants où vit la famille Middelton, c'est 20 000 personnes qui sont attendues pour suivre la cérémonies, et il n'y a que trois pubs! Autant dire que c'est un mariage plus que "bankable" !

Les dons :
D'ailleurs, les époux ont demandé à ne pas recevoir de cadeaux de mariage mais ont suggéré à leurs invités de mettre à profit l'argent destiné à des cadeaux dans un don pour l'une des 26 associations qu'ils soutiennent.
Et pour la petite info, sachez que si les familles royales étrangères ont été transportées en bus, c'est avant tout nous dit-on pour des raisons de sécurité (il est plus facile de protéger 5 bus que 50 berlines) mais c'est aussi pour limiter les coûts. N'étant pas en déplacements officiels, ce n'est pas l'Etat qui finance les transferts mais bien la cassette personnelle de la Reine mère.
Merci Sa Majesté.

Plus d'information :

Tag : mariage du prince William, mariage prince William, mariage prince William et Kate Middleton, prince William, Kate Middleton, duc de Cambridge, Queen, reine Elisabeth II, Londres, populaire, ferveur populaire, popularité



Avis

Devenez membre pour donner votre avis !

Donner votre avis