Interview Du Directeur Du Salon De L'e-tourisme De St Raphael

Interview du directeur du salon de l'e-tourisme de St Raphael

L'homme sans qui ce salon ne serait rien. Régis Courvoisier, directeur du salon E-toursime et président de la centrale de réservation de l'Estérel, a mené toute sa petite équipe vers la réussite de cette nouvelle édition.

Quel est l'intérêt de proposer le salon du E-tourisme à Saint-Raphaël?

Notre secteur est une destination phare pour le tourisme. C'est pourquoi avec une équipe intercommunale et grâce à l'appui de nos élus, nous avons voulu offrir une vitrine de notre savoir-faire et ainsi développer le tourisme par le biais des nouvelles technologies. Et pour cela, la ville de Saint-Raphaël, dynamique et variée regroupait tous les critères pour porter un tel projet et assumer son rôle de leader et de moteur pour la région.

Pouvez-vous nous faire un bref historique du salon?

2011 est la deuxième édition du salon. La première ayant eu lieu en 2009 au centre culturel. Cette année, nous avons donc doublé notre surface d'exposition. Avec un showroom de 860m², 4 salles de conférence et un « espace Networking », le tout les pieds dans l'eau du port, on ne pouvait pas rêver meilleur emplacement. On a travaillé pour que l'événement soit à la hauteur des locaux et réciproquement. On espère ainsi doublé le nombre de visiteurs par rapport à la première édition.

Quelles sont les nouveautés par rapport à 2009?

Ce qu'il y a de nouveau cette année, c'est le fait que quasiment l'ensemble des exposants présents sont tournés vers la mobilité. Comme nous ne sommes qu'au début en matière d'usage de technologie mobile, nous avons décidé que cette année le salon se tiendrait sur une journée et demi et non plus une seule journée. Ainsi les professionnels bénéficient de plus de temps pour échanger. Nous avons également mis en œuvre un partenariat avec le musée archéologique qui présente sa visite numérique, excellente vitrine de notre secteur. Par ailleurs, nous proposons pour la première fois une journée de formation. Les thèmes travaillés sont ceux évoqués dans les ateliers de la veille et proposés par certains de nos partenaires comme la FROTSI ou la CCIV.

Le marché se porte bien, en quoi ce salon est utile pour les exposants?

Le E-tourisme est un secteur qui explose. Il faut être sur tous les fronts, c'est incontournable. Étant donné que le secteur évolue très vite, nous nous devions de proposer un événement régulier afin que les professionnels du métier aient une date à laquelle se retrouver pour se tenir informés des évolutions et se mettre à jour si besoin. De ce fait, nous avons décidé d'offrir aux exposants une vitrine mais aussi une possibilité de suivre des ateliers d'information et de communication. Ainsi toutes leurs attentes sont entendues.

Et pour les visiteurs?

Le but est de proposer des solutions à l'inverse des salons où on ne fait que soulever des problématiques. Combien ça coûte? Comment sélectionner des prestataires? Quelles sont les erreurs à éviter? Apporter des témoignages d'expériences vécues. Toutes les questions que soulèvent notre profession, nous avons voulu y répondre. Pour cela, avec l'aide d'un cabinet extérieur, nous avons monté un comité de pilotage avec le conseil général, l'office du tourisme et la Chambre de commerce et d'industrie. Durant un an, nous avons travaillé sur le concept de l'événement en cherchant quels pouvaient être les intervenants les plus compétents pour apporter des solutions précises.

Quel est l'intérêt d'une centrale de réservation?

La centrale de l'Estérel regroupe 14 communes et se présente comme un interlocuteur privilégié. Nous avons la connaissance de l'offre du territoire. Nos agents d'accueil visitent à tour de rôle les structures et peuvent ainsi mieux en parler, mieux conseiller le client. Le système offre l'avantage aussi de faire des remarques aux hébergeurs. Au bout de deux plaintes du client, celui-ci doit s'engager dans une démarche qualité, sous peine de ne plus figurer dans notre fichier. Et nous jouons le jeu car le principal pour nous, c'est que le client réserve chez nous.

Internet va donc causer la perte des agences de voyage?

Les agences ne font pas le même travail. Je crois qu'elles doivent se poser les bonnes questions. Elles ne doivent pas ignorer le phénomène des nouvelles technologies par exemple mais doivent se concentrer sur la valorisation de leurs compétences. Travailler notamment sur la promotion de leurs aptitudes de conseil sur mesure.

Quelle importance accordez-vous au phénomène des avis de consommateur, à la E-réputation en général?

Le dialogue entre consommateurs s'étend de plus en plus. Depuis toujours, l'homme fait davantage confiance à quelqu'un qui partage sa situation plutôt qu'à une personne externe à son milieu. Mais au final, ce n'est pas grave car au fur et à mesure le consommateur devient un expert et les remarques sont généralement fondées. C'est le principe du « il n'y a pas de fumée sans feu ». Toutefois il est important pour le professionnel de garder un œil sur ce qui se dit ou s'écrit sur son établissement afin de pouvoir répondre le plus rapidement et efficacement aux commentaires.

Quelle la tendance de cette année 2011?

La mobilité bien sûr! Bien plus qu'un support le mobile devient une manière de consommer. Notamment grâce à la technologie de la réalité augmentée, le touriste profite d'une nouvelle manière de découvrir un lieu, un monument, etc. Les statistiques indiquent même que d'ici un an et demi, il y aura davantage de connexions via un mobile que par un ordinateur.

Plus d'information :

Tag : e-tourisme, touriste, salon, saint-raphael, mobile, séjour, hotel, restaurant



Avis

Devenez membre pour donner votre avis !

Donner votre avis