Photos HDR
 

Interview D'hervé Poudat

Interview d'Hervé Poudat

L'auteur niçois Hervé Poudat a publié en décembre 2008 son premier roman d'anticipation intitulé "La Transhumance des Anges", aux éditions Pourquoi viens-tu si tard ? La couverture est illustrée par son complice JAL, avec qui il a collaboré pour la série de BD "Osnira".

On vous connaît comme scénariste de la série de BD Osnira. Vous êtes aussi auteur de nouvelles et de pièces de théâtre. Vous définissez-vous avant tout comme un auteur de BD ?

Non, plutôt comme un « touche à tout » de l’écriture, même s’il faut reconnaître que c’est la BD qui m’a ouvert en premier les portes de l’édition.

Avez-vous une préférence pour l’un de ces genres ?

Non, j’aime raconter mon imaginaire quelle qu’en soit la forme. Le choix du genre se fait davantage par rapport au temps que je peux consacrer à l’écriture, mais aussi en fonction des rencontres. Les pièces de théâtre sont nées d’une opportunité de jouer "Le Père Noël est une ordure", dans une troupe amateur. Mes scénarios de BD sont issus de rencontre avec des dessinateurs. Si le temps m’est compté je m’investis plutôt dans l’écriture de nouvelles. J’ai pu entreprendre la réalisation du roman dans une période de transition de plusieurs mois entre deux activités.

Avez-vous une source d’inspiration commune à toutes ces œuvres ?

Oui, l’idée que notre existence est un grand simulacre, que notre monde est truqué, que l’apparente structure de notre environnement est fausse.

La Transhumance des Anges est votre premier roman. Comment est né ce projet ?

De deux mots dans un livre traitant du ZEN : « monde intérieur », une traduction ésotérique de l’âme. Avec ma fâcheuse tendance à tout transformer, je me suis dis : « Et si au-delà des mots les mondes intérieurs étaient une réalité ? »

Y songiez-vous depuis longtemps ?

C’est une lecture qui remonte à 1994.

Avez-vous travaillé différemment pour écrire un roman ?

Dans le fond, non. C’est un travail de réflexion de chaque seconde, toute la journée et souvent toute la nuit pour trouver les bons personnages, les bonnes actions et les bonnes tournures pour les faire vivre. Dans la forme, oui. Vous avez toute la place pour disserter, vous pouvez prendre tout votre temps pour une description, pour développer la psychologie des personnages. Dans la BD et le théâtre, vous avez des codes à respecter, des longueurs à tenir.

Qu’avez-vous retiré de cette nouvelle expérience ?

L’inégalable bonheur d’avoir le temps et la place pour se régaler avec les mots.

Et pour l’avenir, avez-vous d’autres projets ?

- Un nouvel album de BD pour la fin d’année : un recueil d’histoires et légendes oubliées de Bretagne mis en images par un dessinateur azuréen, Julien Anquez.
- Une nouvelle collaboration avec Jal pour une histoire noire et fantastique.

Prévoyez-vous une suite aux aventures de Samano et Léa ?

Oui, elle s’organise dans ma tête.

Quel est votre coup de cœur du moment ?

Gran Torino, le dernier film de Clint Eastwood.

Avis

Devenez membre pour donner votre avis !

Donner votre avis