Interview De Robert Pattinson Pour Le Film De L’eau Pour Les éléphants

Interview de Robert Pattinson pour le film De l’eau pour les éléphants

A l’extérieur, devant le Plaza Athénée, de petits groupes de jeunes femmess guettent le moindre mouvement. Attentives au ballet des grosses berlines, aux entrées et aux sorties des clients, elles sont là pour voir celui qu’elles idolâtrent, Robert Pattinson. L’acteur britannique est à Paris, ce vendredi, pour présenter le film dont il est la vedette, <b>De l’eau pour les éléphants</b>.

Les conditions de l'interview

L’emploi du temps de celui qui a explosé sur la scène internationale avec Twilight et son rôle de vampire n’a pas tardé à filtrer. Les cœurs palpitent, les regards transpirent l’excitation, certaines jeunes femmes se sont apprêtées comme si elles allaient célébrer un mariage.
Une petite pièce au rez-de-chaussée du prestigieux hôtel accueille une vingtaine de journalistes et autres privilégiés ayant réussi à se faire accréditer. Parmi ceux qui attendent, eux aussi avec impatience, l’arrivée du jeune premier, figure une majorité de femmes. Car dans les rangs des professionnels de l’info ciné, on n’est pas insensible non plus aux charmes de Robert Pattinson…
Le jeune homme arrive enfin. Il est accompagné par le réalisateur du film Francis Lawrence, ainsi que par les acteurs principaux Reese Witherspoon et Christoph Waltz. Les consignes sont claires : les médias ne doivent pas se focaliser sur Robert Pattinson. Alors les questions seront réparties avec un juste équilibre. Mais qu’on ne s’y trompe pas, chaque mouvement, chaque attitude, chaque parole de la star montante sont épiés. Regardant rarement vers la salle, pour éviter le mitraillage en règle de photographes (et le malaise de fans ?), l’acteur britannique répondra finalement à une poignée de questions.

L'interview de Robert Pattinson

Après Twiligth, ce film emmène l’acteur que vous êtes dans un autre monde, celui du cirque. Comment avez-vous vécu cette expérience ?
J’ai fait le même voyage que mon personnage. J’ai été littéralement plongé dans ce monde.

Que pensez-vous de cette communauté que constituent les gens du cirque ?

Comme le montre le film, et avec ma courte expérience, j’ai pu constater que les gens qui vivent ensemble dans un train et qui parcourent ainsi le monde pour se produire sur scène, sont parfois amenés à être très violents. C’est une proximité qui est dangereuse. Ça vous rend fou, j’en ai même perdu pied. D’ailleurs, je me demande bien aujourd’hui comment il se fait qu’il n’y ait pas plus de criminels dans les cirques (rires)…

Mais l’ambiance de la troupe, la solidarité qui s’y exprime, et la vie avec les animaux vous ont visiblement touchés…

Oui, dès le premier jour, alors même que je n’avais pas encore donné mon accord pour ce film, j’ai notamment eu un contact avec l’éléphante. J’ai touché sa trompe et cet échange entre elle et moi m’a touché. Je n’ai lu le scénario qu’après, mais dès le début je me voyais bien jouer dans ce film, avec cette éléphante. Je me disais qu’on ne pouvait pas faire un mauvais film avec un tel animal.

Il y a des scènes très spectaculaires dans le film, avec des animaux sauvages. Vous êtes vous senti en danger durant le tournage ?

Il y a certaines scènes où j’étais très nerveux. Et j’ai été carrément effrayé lorsqu’on a filmé tous ces gens qui devaient courir vers moi. J’avais l’impression que ces trois cents figurants allaient me passer sur le visage ! C’est la pire scène que j’ai tournée jusque-là (sourire) !

Vous garderez quand même de très bons souvenirs, on imagine…

Un soir, je jouais cette scène où il fallait que je m’assoupisse près de l’éléphant, qui dormait aussi, couché sur le flanc. Après coup je me suis dit : combien de fois dans ta vie vivras-tu une telle expérience ? C’était magnifique. Ce sont des moments indélébiles pour moi. Ils ont marqué ma vie à jamais.

C’est encore un rôle de gentil qui vous a été ici proposé. Envisagez-vous un jour de briser cette image qui vous colle à la peau ?

J’aimerais expérimenter des genres de film et des personnages différents, oui, pourquoi pas. Mais c’est difficile… Et puis il y a de la romance dans quasiment tous les films aujourd’hui. Il y a toujours une histoire d’amour. Je ne combattrai pas cette tendance. En fait, je n’en ressens pas vraiment le besoin pour l’instant.

Le Pitch du film

LE PITCH
Alors qu'il est sur le point de passer son examen final à l'école vétérinaire de Cornell, Jacob Jankowski (Robert Pattinson) perd ses parents dans un accident de voiture. A la suite de cette tragédie, il laisse tout tomber et rejoint les Frères Benzini, un cirque ambulant qui tente de survivre à la Grande Dépression.

Propos recueilli par Emmanuel Gougeon [email protected]

Plus d'information :

Tag : interview Robert Pattinson, Robert pattinson pour de l'eau pour les éléphants



Avis

Devenez membre pour donner votre avis !

Donner votre avis