Le Pont Du Gard

Le Pont du Gard

Le Pont du Gard, qui est le plus haut pont aqueduc connu du monde romain, a été entièrement construit sans l'aide de mortier. Cet édifice remarquable fait partie du patrimoine mondial de l'humanité depuis 1985. Il est l'un des monuments français les plus visités et a accueilli 1,4 million de touristes en 2001.

Présentation

Le Pont du Gard est un ouvrage à trois niveaux situé près de Remoulins, Nîmes et Uzès, dans le Département du Gard.
Cet ouvrage remarquable était une portion d'aqueduc romain et servait à apporter l’eau à Nîmes, en enjambant le Gardon.

Histoire

Le pont du Gard faisait partie d'un aqueduc de 50 km qui apportait de l'eau d'Uzès à la ville romaine de Nemausus (Nîmes).
Cet aqueduc a sans doute été construit au Ier siècle de notre ère, comme l’attestent les pièces de monnaies retrouvées dans les réservoirs de la ville de Nîmes.
Le pont lui-même a été construit afin que l'eau puisse traverser la petite vallée du Gardon.

Or, la ville romaine de Nemausus comprenait un certain nombre de puits et une source proche. La construction de l'aqueduc n’était donc pas une nécessité vitale, mais était plutôt destinée à alimenter des thermes, les bains et les fontaines de la ville.
Cet aqueduc, qui a vraisemblablement desservi la ville en eau jusqu’au V ème siècle, a également été utilisé comme voie de passage par les voyageurs pour traverser le Gardon.

Caractéristiques architecturales

Le Pont du Gard a été construit avec les pierres extraites sur place, dans les carrières romaines environnantes. Il s’agit de pierre de Vers, un calcaire coquillier se prêtant très bien à la taille.
Les deux premiers niveaux ont été entièrement composés de blocs de plus de cinquante centimètres d'épaisseur qui dépassent parfois les deux mètres de long, ce qui représente un poids d'environ six tonnes.

Ce pont, qui comporte trois étages, domine le Gard à près de 49 m de hauteur.
Il présente actuellement une longueur de 275 m, mais son extrémité du côté de la rive gauche a été tronquée de plus de 100 m.

Son étage inférieur comporte 6 arches, son étage moyen 11 arches et son étage supérieur 35 arches.
L'ouverture des arches des deux premiers niveaux est identique car les piles des arches du deuxième étage sont posées dans l'axe des piles du premier.
En revanche, les arches de l'étage supérieur ont une ouverture constante de 4,80 m.

A deux mètres du sommet de la quatrième pile du deuxième étage, à partir de la rive droite, se trouve un petit bas relief représentant un phallus, sculpture assez courante sur les monuments romains, censée préserver contre le mauvais œil.
Cette sculpture est connue sous le nom de lièvre du Pont du Gard depuis que Frédéric Mistral a bâti une légende à son sujet.

Une technique de construction remarquable

Les bâtisseurs romains ont utilisé des techniques de taille et d'assemblage à sec des blocs : chaque bloc a été assemblé aux autres par le ciselage des joints sur place.
Les emplacements des pierres taillées étaient indiqués avec précision par des repères (des chiffres romains et des lettres que l’on peut encore lire, gravés sur certains blocs).

Les piles du bas ont été dotées par les Romains d'avant-becs triangulaires d'une dizaine de mètres de haut pour fendre le courant en cas de crue.
Lors des crues gigantesques de 1958, le niveau des eaux atteignit la base des piles du deuxième étage, mais le Pont du Gard resta debout, alors que de nombreux autres ponts, dont celui de Remoulins, furent emportés.

Plus d'information :

Tag : Pont du Gard, pont Gard, histoire Pont du Gard, aqueduc romain, architecture romaine, Nïmes

Avis

  • merci pour votre aide ca ma aider pour mon exposé

    11 mai 2011

  • le site etait beau quand ont passait devant en voiture maintenant le site est moche et tres cher

    26 avril 2011

  • bien sa aide pour faire un exposé merci

    08 juin 2010

Devenez membre pour donner votre avis !

Donner votre avis