Fij : Un Projet Azuréen Le Jeu Horama

FIJ : un projet azuréen le jeu Horama

Si le FIJ récompense les meilleurs jeux de société de l’Année, il permet également de découvrir de nouvelles créations. Cette année, il accueille notamment les étudiants du master cannois Mapi (management en projets innovants) qui présentent un jeu vidéo nommé Horama.

Horama : le jeu entre Histoire et connaissance

Ce sont 10 étudiants de 1er et 2nd années de master en management des projets innovants en jeux vidéo (Mapi-Maje) de l’université de Nice Sophia Antipolis qui ont mis en place le projet.

Horama est un jeu point & click, dans lequel les utilisateurs se déplacent en cliquant sur les différents décors de la ville de Nice en 1860. Les décors 3D ont été modélisés à partir d’images d’archives et de visite de la ville. Ce jeu n’a nécessité aucun financement mais uniquement des ressources humaines. Il représente 4 mois de travail collectif et individuel.

L’équipe a été soutenue dans la conception du jeu, par une société niçoise : Webelse, spécialisée dans la production de contenu numérique à destination touristique.

Depuis 2013 l’industrie du jeu vidéo est supérieure à celle du cinéma. Avec Horama les étudiants ont voulu faire un panorama de l’histoire et des connaissances sur la ville de Nice. Le but premier étant de donner une autre image du jeu vidéo, un jeu qui a un objectif autre que uniquement le divertissement.

« Dans le monde du jeu vidéo (…) il faut travailler vite et bien »





©NellyDaubord

Alison Derolez est l’une des deux filles qui a participé au projet étudiant du jeu Horama. Pour elle c’était un véritable défi, malgré certaines difficultés rencontrées elle est toujours restée confiante et déterminée. Elle a répondu aux questions de gralon.net.

Qu’est ce que vous retenez de ce projet ?

Travailler dans le jeu vidéo c’est très amusant mais c’est aussi beaucoup de contraintes, beaucoup de difficultés, un petit peu de pression car il faut finir les choses dans les temps. Mais c’est une expérience super enrichissante, qui permet de se faire une image de la profession et qui sait, peut être de notre vie plus tard, dans le monde du jeu vidéo.

Quelle a été l’étape la plus difficile ?

Le plus dur c’est quand on vous dit qu’une de vos ambitions est difficilement réalisable et que le temps et les ressources sont insuffisantes pour y arriver. Très souvent il faut travailler vite et bien du coup, on ne fait pas toujours ce que l’on voudrait faire.

Que représente le FIJ pour vous ?

Le FIJ est une véritable vitrine pour nous, car on peut montrer nos idées, notre travail et donc le valoriser , on peut rencontrer des gens et se faire des contacts dans le monde du jeu. C’est aussi un lieu très convivial ou l’on découvre une multitude d’univers de jeux différents.

Quelle est la finalité d' Horama ?

La finalité d’Horama serait de réussir à faire sortir le jeu. Mais tout ceci dépendra de l’intérêt que les gens porteront au concept, et des moyens mis à notre disposition pour le mener à terme. Une chose est certaine, je crois en ce projet.

Etes vous fière de ce projet ? pourquoi ?

Oui je suis très fière de ce projet car au final on s’est rendu compte que c’était un petit peu ambitieux pour nous et que le manque d’expérience c’est pas facile à gérer , mais finalement on a quand même réussi à avoir quelque chose qui est jouable, qui nous a appris des choses, qui nous a formé et c’est pour ça que je suis contente de l’ équipe et de tout le travail fourni pour ce jeu.

Plus d'information :

Visitez le site : https://www.facebook.com/HoramaMaje?fref=ts

Tag : Horama, projet, étudiants, jeu vidéo, PACA, FIJ, Nice, Mapi, 1860, 2014, , jeu vidéo, FIJ, Nice, Management, master, cannois, étape, pression, cinéma, Numérique, niçoise, ressources humaines, 3D, jeux de société, Université de Nice Sophia Antipolis, jeux vidéo, Univers,



Avis

Devenez membre pour donner votre avis !

Donner votre avis