The Armory Show

The Armory Show

Pour la centième année, The Armory Show, festival d'art de renommée planétaire, a pris ses quartiers sur les Pier 92 et 94 du 7 au 10 mars.

Histoire de l'Armory Show

Au départ, ce qu'on appelle aujourd'hui The Armory Show, avait pour nom The International Exhibition of Modern Art.

Son surnom vient du lieu où il se tient à New York, pour la première fois, du 17 février au 15 mars 1913 : la caserne du 69 ème régiment d'infanterie.

En 1911, un projet se monte entre quatre artistes : Elmer MacRae, Jerome Myers, Henry Fitch Taylor et Walt Kuhn.

Leur but ? Montrer à tous leurs concitoyens ce qu'ils ignorent.

Alfred Stieglitz, alors photographe, galeriste et spécialiste du cubisme, ainsi que le critique Arthur Davies, se joignent à leur idée.

Un résultat majestueux

Le catalogue de l'Armory Show contient plus de 1100 œuvres et près de 300 artistes.

Lorsque l'exposition commence, on présente les premiers modernes : Delacroix, Courbet, Corot etc. Aucun oubli n'est non plus fait sur les meneurs de l'impressionnisme : Cézanne, Gaughin, Monet, Renoir, Sisley, Van Gogh, Degas, Manet, Seurat, etc.

Mais la modernisation se révèle encore plus pointilleuse. Pour tous ceux restés à Cassatt, ou Whistler, l'exposition les amène à découvrir Matisse, Picasso ou encore Delaunay pour qui les œuvres datent parfois de l'année précédente.

The Armory Show choque. La presse se déchaine. C'est la déflagration espérée par ses auteurs.

Plus de 300 000 visiteurs viennent dans une ambiance électrique.

Malgré les critiques et les nombreuses caricatures, l'exposition convainc des acheteurs et à s'imposer parmi les meilleures.

Elle se rend ensuite en 1913, à Chicago, où même le tableau qui a le plus fait parlé de lui « Nu dans l'escalier n°2 » de Marcel Duchamp trouve preneur.

L'Armory Show fête ses 100 ans

L'exposition fête cette année son 100 ème anniversaire. Plusieurs galeries ont profité de l'occasion pour rendre hommage à l'artiste Duchamp qui avait tant fait parlé de lui lors de la première.

La galerie Francis Naumann a réuni des artistes qui se sont inspirés du « Nu descendant l'escalier n°2 » en reproduisant la scène dans sa peinture le mannequin Andrej Pejic, androgyne, au visage de femme mais au sexe d'homme.

Près de 215 galeries, réparties en deux sections, sont présentes à L'Armory Show. Il y a donc beaucoup à visiter, à regarder. Même si cette année Noah Horowitz, directeur de l'exposition, a réduit la surface.

La France très bien représentée

Le 8 mars « The show that shook the world : Marcel Duchamp and the 1913 Armory Show », dévoile un discours de l'artiste français jusqu'à là jamais publié, datant de la cérémonie de 1963, pour les 50 ans de l'exposition.

Cette projection a été accompagnée d'une conférence explicative, dirigée par le producteur Richard Miller et l'artiste Francis Naumann, deux grands connaisseurs de Duchamp.

Parmi les artistes français représentés on trouve les galeries d'Hervé Bize de Nancy, de Laurent Godin, Loevenbruck de Saint Germain des Près, ainsi que la JGM Galerie, créée à la fin des années 80 par Jean-Gabriel Mitterrand, spécialisée dans les sculptures et artistes asiatiques.

Plus d'information :

Visitez le site : http://www.thearmoryshow.com

Tag : the armory show, the armory show 2013, 100 ans de l'armory show



Avis

Devenez membre pour donner votre avis !

Donner votre avis