Des Applications Suspendues Par Facebook Pour Des Logiciels Malveillants Et Des Utilisations Abusives De Données

Des applications suspendues par Facebook pour des logiciels malveillants et des utilisations abusives de données

Facebook a annoncé vendredi avoir suspendu "des dizaines de milliers" d'applications créées par environ 400 développeurs dans le cadre d'une enquête faisant suite au scandale de Cambridge Analytica .

Des applications suspendues

L'annonce a été faite le même jour que des documents juridiques non scellés dans le Massachusetts ont révélé que Facebook avait suspendu 69 000 applications. Dans la grande majorité des cas, toutefois, les suspensions ne sont intervenues après aucune enquête sérieuse, mais parce que les développeurs d'applications n'avaient pas répondu aux demandes d'informations envoyées par courrier électronique.
À partir de mars 2018, Facebook a commencé à rechercher les applications qui ont accès aux données de ses utilisateurs. L'enquête a eu lieu après des révélations selon lesquelles la société d'exploration de données Cambridge Analytica avait utilisé des données mal obtenues de millions d'utilisateurs de Facebook via une application, puis utilisé ces données pour tenter d'influencer les élections américaines. Cela a entraîné une réaction violente contre Facebook, notamment par le fait que le PDG Mark Zuckerberg a été appelé à témoigner devant le Congrès. L'entreprise tente toujours de réparer sa réputation .

Facebook a déclaré vendredi que son enquête sur les applications était en cours et qu'il avait déjà examiné des millions d'applications.

Protéger les données utilisateurs

La société a déclaré qu'elle avait complètement banni quelques applications et engagé des poursuites contre certaines d'entre elles, notamment en mai contre une société d'analyse de données sud-coréenne appelée Rankwave. En avril, elle a poursuivi LionMobi , basé à Hong Kong, et JediMobi, à Singapour, qui, selon la société, avait créé des applications qui infectaient les téléphones des utilisateurs avec des logiciels malveillants.

Facebook a réglé cet été avec la Federal Trade Commission un montant record de 5 milliards de dollars cet été pour violation du respect de la vie privée résultant du scandale Cambridge Analytica. La société a déclaré que l'accord de la FTC «apportera ses propres exigences en matière de supervision aux développeurs d'applications. Cela oblige les développeurs à certifier chaque année le respect de nos politiques »et que les développeurs qui ne le font pas seront« tenus pour responsables ».

L'enquête sur les applications concernées

Vendredi également, un juge a dévoilé une assignation à comparaître du procureur général du Massachusetts exigeant que le réseau social divulgue les noms des applications et des développeurs qui ont obtenu des données de ses utilisateurs sans leur consentement. Il a également demandé toutes les communications internes de Facebook sur ces applications.

L'État a commencé à enquêter sur Facebook lorsque le scandale Cambridge Analytica a éclaté. Mais la société a refusé d’identifier les applications ou les développeurs, et la citation à comparaître serait restée confidentielle en vertu de la loi du Massachusetts si Facebook n’avait pas insisté pour la garder secrète. La division de la protection du consommateur du procureur général du Massachusetts, Maura Healey, avait recherché des données sur les applications antérieures à 2014, lorsque Facebook avait annoncé des modifications à la plate-forme afin de limiter l'accès aux données des utilisateurs.

Facebook a tenté de supprimer l'assignation dans les négociations avant la décision rendue vendredi par le juge Brian A. Davis. Mais le bureau de Healey s'est battu pour limiter les sections expurgées.

L'accès aux données utilisateurs par les applications

Facebook a en effet révélé avoir identifié plus de 10 000 applications «présentant des caractéristiques associées à des risques plus élevés d'utilisation abusive de données», mais n'en a identifié aucune.

Le procureur général de l'État a indiqué que Facebook avait permis aux développeurs d'intégrer au moins 9 millions d'applications dans la plate-forme à partir de 2014 et leur permettait d'accéder aux données des utilisateurs, notamment les photos, l'historique de travail, les dates de naissance et les "j'aime". s’appliquait non seulement aux personnes qui avaient installé les applications, mais aussi à leurs amis sur Facebook qui n’en avaient pas.

Plus d'information :

Tag : facebook, reseau, sociaux, données, protection, applications, smartphone, mobile, , FaceBook, Massachusetts, procureur général, 2014, partir, logiciels malveillants, assignation, dollars, vie privée, FTC, réseau social, Consommateur, procureur général de l'État, Federal Trade Commission, Singapour, HONG KONG, courrier électronique, exploration de données, élections, PDG, Mark Zuckerberg, Congrès, entreprise, Analyse de données, sud-coréenne, historique,



Avis

Devenez membre pour donner votre avis !

Donner votre avis

(c)