Exposition Guy Debord à La Bibliothèque Nationale De France

Exposition Guy Debord à la Bibliothèque Nationale de France

La Bibliothèque Nationale de France présente Guy Debord dans une exposition exceptionnelle qui se tiendra du 27 mars au 13 juillet prochain.

Guy Debord

À la fois poète, artiste, marxiste révolutionnaire, initiateur de deux mouvements d’avant-garde, l’Internationale lettriste (1952-1957) puis l’Internationale situationniste (1957- 1972), directeur de revue et cinéaste, Guy Debord (1931-1994) a développé dans ses œuvres, écrites ou filmées, les armes théoriques d’une critique radicale de la société moderne.

Ses théories visent à la construction de situations : la dérive, la psychogéographie, le jeu permanent, le détournement etc.

Autant de gestes qui ont fortement influencé les mouvements contestataires et la culture de la seconde moitié du XX ème siècle.

Classées trésor national en janvier 2009, les archives de Guy Debord, qu’il a lui-même conservées et mises en ordre, ont rejoint les collections du département des Manuscrits de la BnF en 2011.

C’est la richesse documentaire et l’extraordinaire diversité iconographique de ce fonds méconnu qu’invite à découvrir cet ouvrage : correspondance, coupures de presse, carnets et fiches de lecture ou objets personnels éclairent d’un jour nouveau l’œuvre et le parcours de Debord.

Ils nous renseignent sur ses lectures, sur ses projets inachevés, enfin sur l’histoire de ce qui a été avant tout une aventure collective. Car si Debord, qui avait un goût prononcé pour les cartes d’état-major et la science militaire – au point d’élaborer dès 1956 le Jeu de la guerre – il a toujours souligné l’importance du rôle joué par ses « compagnons d’armes », auquel le livre rend hommage à travers une galerie de portraits.

Présentation de l'exposition

L’exposition «  Guy Debord, un art de la guerre », organisée à la Bibliothèque nationale de France repose essentiellement sur les archives de Guy Debord.

Elles ont rejoint en 2011 les collections du département des Manuscrits de la Bibliothèque nationale de France, où elles sont désormais ouvertes à la consultation.

Les manuscrits et documents de travail exposés permettent de recomposer la toile que les archives tissent au fil de leur lecture et de redonner momentanément vie à l’aventure.

Soucieux de préserver la mémoire de leur temps et de leurs actes, il a pris soin de conserver ses propres manuscrits et ceux dont il s’est trouvé le dépositaire, ainsi que toute une documentation extrêmement riche sur les activités de l’I.L. et de l’I.S. que l’exposition présente justement.

Le cœur de l’exposition est constitué de 600 fiches de lecture rédigées par Guy Debord, choisies parmi les 1400 qui se trouvent dans le fonds.

S’y ajoutent plus de quatre cents pièces, manuscrits, photographies, documents de travail, affiches, tracts, œuvres plastiques et extraits d’archives sonores.

Ce parcours rétrospectif dans une époque dont la nôtre découle directement devrait aussi apporter quelque éclairage pour la compréhension de notre temps.

D'autres ensembles seront présentés :

- Les photographies, inédites pour la plupart, d’Ed van der Elsken, auteur en 1956 du livre Love on the left bank, dans lequel apparaît la troupe que fréquentait Guy Debord chez Moineau, café en marge du Saint-Germain-des-Prés de Sartre et Beauvoir,

- La galerie de portraits qui permettra de voir le visage de plus de quarante situationnistes, dont on connaît plus souvent les noms que le regard

- Un ensemble d’extraits audiovisuels issus des collections de l’INA, qui permettront de contextualiser les positions des situationnistes vis-à-vis des événements de leur temps, depuis les émeutes de Watts aux Etats-Unis en 1965, jusqu’à la cybernétique et son application pratique dans la vie quotidienne

- Les découpes de magazine préparées par Guy Debord pour une possible utilisation au banc-titre dans ses films : mises les unes à côté des autres, elles composent une vaste fresque des années 70 et de leur débauche consumériste.

Enfin, le Jeu de la guerre, œuvre moins connue de Debord et pourtant essentielle pour com- prendre son parcours, sera présenté dans une salle dédiée.

Des œuvres plastiques, des manuscrits ainsi que des archives audiovisuelles ou sonores, s’ajoutant à celles de l’INA, viendront compléter la présentation des archives issues du fonds Guy Debord.

Ces pièces ont été prêtées généreusement par Olivier Assayas, Michèle Bernstein, Alice Debord, Paul Destribats, Anneke Hilhorst, Bertrand Renardineau, Luc Mercier, Luc Volatier, Barbara et Hedy Laure Wolman ainsi que par le Centre Pompidou, l’Hôtel Ambassade d’Amsterdam, le Länsmuseet d’Halmstad (Suède), la Galerie Ronny van de Velde (Anvers) et le Stedelijk Museum d’Amsterdam.

Informations pratiques

Dates
27 mars au 13 juillet 2013
Du mardi au samedi 10h-19h
Dimanche 13h-19h
Fermé lundi et jours fériés

Lieu
Grande Galerie BnF I François-Mitterrand
Quai François-Mauriac - Paris XIII
Métro : Bibliothèque François-Mitterrand (14), Quai de la Gare (6)
Bus : 62, 64, 89, 132 et 325

Tarifs
7 euros, Tarif réduit : 5 euros
Réservations FNAC,
Tél : 0892 684 694 (0,34 euros TTC/mn)

Plus d'information :

Tag : Exposition Guy Debord, Bibliothèque Nationale de France, Bibliothèque François Mitterrand, Guy Debord , Guy Debord, manuscrits, guerre, euros, département, Bnf, Luc, 1956, Bibliothèque nationale de France, INA, 1957, 13 juillet, 27 mars, France, Stedelijk Museum, TTC, consumériste, années 70, fresque, Magazine, cybernétique, 1965, Olivier Assayas, Fnac, Anvers, Suède, Halmstad, Amsterdam, Centre Pompidou, François-Mitterrand, Barbara, Paris XIII, Bibliothèque François-Mitterrand, Mercier, Wolman, Beauvoir, 1931, cinéaste, 1972, Internationale Situationniste, 1952, Internationale lettriste, avant-garde, révolutionnaire, marxiste, 1994, critique radicale, XX, Sartre, Saint-Germain-des-Prés,



Avis

Devenez membre pour donner votre avis !

Donner votre avis