Frederic Halbreich Artistes

FREDERIC HALBREICH

Site : Frederic Halbreich

En un peu plus de sept ans naissent près de trois cent tableaux, mais le rythme de production d'abord torrentiel va se canaliser dans une exigence de plus en plus sévère; cependant qu'un travail acharné lui permet d'acquérir étape par étape un métier d'une solidité et d'une originalité impressionnante. ses modèles s'appellent alors de Staël et Poliakoff, dont l'empreinte domine encore dans sa première exposition personnelle (Racines & l'Œil, 1997). Mais la grande leçon de Klee contribue à aiguiser sa recherche sur la matière. Lorsque la présence de Poliakoff disparaît, les grandes tendances de son langage s'affirment. Un voyage à New-York confirme son attachement aux grands abstraits lyriques américains (Still, Rothko, Kline). C'est désormais la monochromie dont la discipline librement consentie est source de liberté et d'inépuisable richesse qui domine sa production. Soulages, dans lequel il reconnaît un frère en art de Kline, devient sa grande référence européenne; mais à ce stade, il n'est plus question d'influences. L'artiste a appris peu à peu à faire vibrer la toile au rythme de la vie organique, et à faire chanter la lumière de l'intérieur même du tableau comme s'il était éclairé par derrière. Après avoir tout un temps favorisé les surfaces mates et tramées, il met au point à partir de 2002 une technique inusitée en Occident, l'Art de la Laque dans l'art pur. Ses œuvres se déclinent désormais sur des châssis, qu'il appelle sarcophages, et dont les tranches latérales épaisses de plus de cinq cm en font de véritables objets précieux destinés à être accrochés au mur, plus que des images ou des représentations.

Plus d'information :

Visitez le site Frederic Halbreich : http://www.frederic-halbreich.odexpo.com/

Tag :

FREDERIC HALBREICH, Peinture, Laque, Laqueur , Art de la laque, Artiste peintre frederic halbreich,
, laque, PEINTURE

Avis

Devenez membre pour donner votre avis !

Donner votre avis