vous êtes ici : Accueil> Films Cinéma > Jean-Pierre Marielle

Rechercher

Jean-Pierre Marielle

Jean-Pierre Marielle



Né le 12/04/1932

Jean-pierre marielle se forme au conservatoire d'où il sort avec un deuxième prix de comédie et où il se lie d'amitié avec jean-paul belmondo et jean rochefort.

après quelques apparitions dans des spectacles de la comédie-française, il intègre la compagnie grenier-hussenot.

il commence à jouer de petits rôles au cinéma à partir de 1957 (le grand bluff de patrice dally; tous peuvent me tuer d'henri decoin).

peu convaincu par son expérience cinématographique, il retourne sur les planches et le cabaret notamment aux côtés de guy bedos.

mais au cours des années soixante, il obtient des rôles de plus en plus consistants pour le grand écran avec peau de banane de marcel ophuls (1963), week end à zuydcoote (1964) d'henri verneuil et le diable par la queue de philippe de broca (1969).

et en 1973 il joue l'un des personnages principaux de la comédie de georges lautner la valise.

souvent partenaire de philippe noiret, il éclate à ses côtés en interprétant le rôle du marquis de pontcallec dans que la fete commence de bertrand tavernier en 1975.

il enchaîne alors avec succès les rôles de composition : pauvre type dans les galettes de pont-aven de joël seria (1975), jumeaux tenanciers de bordel dans le coup de torchon (1981) ou encore un flic désespéré dans les mois d'avril sont meurtriers de laurent heynemann (1987).

les années 90 commencent sous de bons auspices avec uranus de claude berri et le succès surprise de tous les matins du monde (1991) d'alain corneau.

mais il essuie par la suite plusieurs échecs publics dans des films de patrice leconte (les grands ducs, 1996) et bertrand blier (les acteurs, 1999).

en 2003, il revient au cinéma avec la petite lili de claude miller avant d'enchaîner des projets aussi divers que le délirant atomik circus, le retour de james bataille des frères poiraud ou le drame d'yves angelo, les ames grises.

il se fait également remarquer aux yeux du monde entier en incarnant le conservateur du musée du louvre dans la superproduction américaine da vinci code de ron howard.

en 2007, il prête sa célèbre voix, à la fois grave et enjouée, au chef cuisinier gusteau dans le film d'animation des studios pixar, ratatouille, avant de tenir le haut de l'affiche de la comédie faut que ça danse ! de noémie lvovsky.

Mercredi 12 Août 2020, Bonne fête aux Clarisse,

Gralon sur les réseaux sociaux

Statistiques
  • +2 millions de visites mensuelles
  • +160 000 sites inscrits
  • +300 000 membres