vous êtes ici : Accueil> Films Cinéma > Laurent Lucas

Rechercher

Laurent Lucas

Laurent Lucas

Acteur, Costumierfrançais

Né le 20 juillet 1965à Paris (France)

Fils d'un chimiste et d'une prof d'anglais, laurent lucas grandit au havre, où il quitte le lycée à 16 ans.

c'est après avoir assisté à un one man show à paris que naît chez le jeune homme le désir de devenir comédien.

dévorant les classiques de la littérature durant son service militaire, il intègre en 1989 le cours dullin, avant de rejoindre le théâtre national de strasbourg en 1993.

il enchaîne alors les pièces de théâtre, dirigé par des metteurs en scène tels que joël jouanneau, jean-louis martinelli ou julie brochen.

les débuts au cinéma de laurent lucas ne passent pas inaperçus : laurence ferreira barbosa lui offre le rôle d'un patient séropositif face au médecin balibar dans j'ai horreur de l'amour en 1997.

promenant son air mystérieux dans nombre de films d'auteur (quelque chose d'organique, rien sur robert, pola x), il incarne en 1999 le compagnon désemparé d'une karin viard malade du cancer dans haut les coeurs ! (après avoir été le frère de l'actrice dans la nouvelle eve.

).

sa composition dans le film de solveig anspach lui vaut une nomination au césar du meilleur jeune espoir en 2000.

le grand public découvre à son tour laurent lucas grâce au rôle de michel, le tranquille père de famille troublé par l'arrivée de sergi lopez dans harry, un ami qui vous veut du bien, le succès-surprise de dominik moll en 2000.

pote d'un josé garcia drôle à en mourir (rire et châtiment), petit ami d'une marina de van adepte de l'automutilation (dans ma peau), le ténébreux acteur se plaît à jouer tantôt les bourreaux tantôt les victimes : manager méphistophélique (violence des échanges en milieu tempéré) et chirurgien pervers (qui a tué bambi ?, 2003), il est torturé par un aubergiste (calvaire) et rongé par l'inquiétude (lemming, 2005) - son double rôle de prêtre/poète dans tiresia en 2003 résume bien son goût pour l'ambiguité.

privilégiant les oeuvres singulières (adieu, les invisibles), le comédien, qui partage sa vie entre la france et le québec, ne refuse pas forcément un cinéma plus commercial, comme en témoigne sa participation au polar contre-enquête aux côtés de jean dujardin en 2007.

Vendredi 14 Août 2020, Bonne fête aux Arnold, Évrard,

Gralon sur les réseaux sociaux

Statistiques
  • +2 millions de visites mensuelles
  • +160 000 sites inscrits
  • +300 000 membres